Faire un don
24913 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
31 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Une décharge gérée écologiquement, c’est possible

Durée de lecture : 2 minutes

2 juillet 2014 / Samantha Rouchard (Le Ravi)

Dans le Var, les décharges illégales sont légion. Mais il est possible de faire autrement. A la tête d’une entreprise qui recycle les déchets du BTP, Gérard Ferro est la preuve qu’il s’agit d’une question de volonté. Portrait d’un patron atypique.


Gérard Ferro, entrepreneur d’Esterel Terrassement et Environnement est la preuve vivante qu’on peut faire une décharge propre dans le Var ! Les initiatives de recyclage dans le département, où fleurissent des décharges illégales de matériaux inertes du BTP, c’est pas comme s’il y en avait au tractopelle ! Honneur donc à ce patron atypique.

Gérard Ferro est le fils du gardien du barrage de Malpasset à Fréjus (Var), tristement connu pour avoir cédé en 1959. Ses parents créent alors une sablière sur les terrains dévastés. Le gisement s’étant amenuisé avec le temps, il s’aperçoit en réaménageant les lieux qu’il y a de la richesse dans les matériaux inertes. Lui vient alors l’idée de les recycler.

« C’est incroyable, on part d’immeubles détruits et on a encore du sable qui est valable », s’étonne toujours Gérard Ferro après autant d’années de travail, pas peu fier d’être le leader européen du recyclage des inertes et d’avoir le sable le plus performant de la région Paca. Même si les gros entrepreneurs du BTP local ne le voient pas toujours d’un très bon œil !

A Esterel Terrassement et Environnement, on ne fait pas n’importe quoi. Tout le site est filmé. Les déchets sont inspectés et triés avant d’être transformés. Au total cent mille tonnes par an sont traitées avec un taux de revalorisation de 98 % et Gérard Ferro recycle jusqu’à l’eau qui sert à laver les déchets lors du concassage !

Alors pourquoi les autres n’en font-ils pas autant ? « C’est plus facile de faire mal que de faire bien », répond l’entrepreneur écolo qui se désespère de voir à la moindre averse les conséquences des « irresponsables qui comblent des vallons et construisent des remblais illégaux sans aucune étude impact et hydraulique ».

Ses enfants reprenant la suite, il espère désormais faire des émules en transmettant son savoir-faire aux entreprises qui le lui demandent.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article publié dans Le Ravi n°119 en juin 2014 et transmis amicalement à Reporterre

Photos :
. Tractopelle : Pays de Fayence
. Gérard Ferro : Méridien Mag

Lire aussi : Monsieur Hollande : ouvrez les yeux sur le scandale des décharges françaises ! Regardez Super Trash.

THEMATIQUE    Pollutions
8 novembre 2019
La réforme de l’assurance chômage va « hacher menu » les précaires
Entretien
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
6 décembre 2019
Mobilisation contre les retraites : « Le 5 décembre n’est qu’une étape »
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Pollutions





Du même auteur       Samantha Rouchard (Le Ravi)