Une écologiste brésilienne a été torturée et assassinée

Durée de lecture : 2 minutes

1er mars 2019



Rosane Santiago Silveira, une militante des droits de l’environnement et des droits humains, a été brutalement torturée et assassinée dans la ville de Nova Viçosa (Bahia), au Brésil, le 29 janvier. Elle se battait pour endiguer l’accaparement des terres par les plantations d’eucalyptus dans la réserve extractive environnementale d’Ilha de Barra Velha, une zone protégée où les familles résidentes tirent leur subsistance de produits naturels extraits de la forêt. Ces activités aident à maintenir l’intégrité de la forêt.

Selon le fils de Mme Silveira, Tuian Santiago Cerqueira, Rosane aurait reçu de nombreuses menaces de mort : « L’impunité règne, l’État ne poursuit pas ces crimes. Nous étions avec elle à Noël et tout le monde s’est rendu compte qu’elle était inquiète, elle avait reçu trois menaces de mort ».

Mme Silveira a été retrouvée morte chez elle, les mains et les pieds attachés et blessés, un vêtement serré autour du cou et des coups de couteau à la tête.

Rosane Santiago Silveira voulait créer une association de protection de l’île de Barra Velha - la réserve environnementale extractive où elle vivait - et elle était membre du conseil de la réserve d’extractivistes de Cassurubá.

Le Brésil est l’un des pays les plus dangereux pour les activistes de l’environnement.

- Source : Elisabeth Schneiter avec Global justice ecology

- Lire aussi :
. Un chef indigène a été assassiné au Brésil
. Deux indigènes écologistes assassinés au Honduras
. Un écologiste opposé à une centrale thermique assassiné au Mexique
. Le Forum social mondial et le Brésil bouleversés par l’assassinat d’une militante
. Le livre d’Elisabeth Schneiter : Les héros de l’environnement





Lire aussi : Le Forum social mondial et le Brésil bouleversés par l’assassinat d’une militante
THEMATIQUE    International Libertés
1er juillet 2020
Les autorités sanitaires minorent la contamination aux pesticides de l’eau du robinet
Info
2 juillet 2020
Railcoop, la coopérative qui fait renaître les lignes de train abandonnées
Info
1er juillet 2020
La stigmatisation du « bobo » tente de disqualifier les luttes écologistes
Entretien


Sur les mêmes thèmes       International Libertés