Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Nature

Une ville costaricaine veut octroyer la citoyenneté aux plantes et aux abeilles

Au Costa Rica, une banlieue de la capitale a réorganisé son plan d’urbanisation autour de ses habitants non-humains. Connue sous le nom de Ciudad Dulce (« Douce Ville ») – Curridabat considère ses espaces verts comme des infrastructures qui produisent des services écosystémiques.

Pour mettre en place ce projet, le maire de la ville a reconnu abeilles, chauves-souris, colibris, papillons mais aussi arbres et plantes indigènes comme citoyens de la municipalité. Les autorités utilisent la cartographie numérique pour planifier une reforestation massive de l’environnement urbain et faire prospérer les pollinisateurs dans un réseau de parcs et de bio-corridors (ou corridors écologiques).

« Le projet de convertir chaque rue en bio-corridor et chaque quartier en écosystème exigeait une relation avec la faune et la flore, explique le maire Edgar Mora. Ces corridors améliorent la qualité de l’air, la qualité de l’eau et donnent aux gens des espaces pour se détendre, s’amuser et améliorer leur santé. »

Le Costa Rica a décidé de mettre en place des mesures écologiques conséquentes. Plus de 98 % de son énergie provient de sources renouvelables. Un quart du pays est labellisé « espace naturel protégé ». Il abrite 6 % de la faune et de la flore mondiales, alors que son territoire ne représente que 0,03 % des terres émergées. Le pays a également réussi à inverser l’un des taux de déforestation les plus élevés au monde.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende