VIDÉO - Dans les Repair Cafés, on s’aide à réparer pour moins jeter

4 janvier 2018 / Fanny Dollberg (Reporterre)



Né aux Pays-Bas en 2009, le concept du Repair Café a gagné Paris. En permettant à chacun de réparer ses objets défectueux, les Repair Cafés luttent contre le gaspillage, l’obsolescence programmée et la consommation. Reportage en vidéo.

  • Paris, reportage

Chaque mois, l’association Repair Café Paris organise deux ateliers de réparation où chacun peut apporter ses objets cassés (vêtements, électroménager, appareils électroniques, ordinateurs, etc.) afin de les faire réparer ou d’apprendre à les réparer, le tout dans la bonne humeur autour d’un café, d’un thé et de petits gâteaux. L’association met en relation des réparateurs bénévoles, professionnels du bricolage ou simples amateurs, avec des personnes ayant un objet hors d’usage qu’ils souhaitent pouvoir réutiliser plutôt que de le remplacer. C’est gratuit. Apprendre à réparer pour moins jeter et donc moins consommer, voilà le principe des Repair Cafés. Le 9 décembre dernier se déroulait le dernier Repair Café Paris de l’année. Il avait lieu à la Cité des sciences en partenariat avec le Fablab, un atelier partagé de fabrication numérique. Reporterre y était.

Le concept du Repair Café a été lancé en 2009 aux Pays-Bas par la journaliste Martine Postma. Depuis, ils s’y multiplient, mais aussi en Belgique, en France et même aux États-Unis. L’association Repair Café Paris, elle, a vu le jour en 2013.

Les enjeux sont multiples. Lutter contre le gaspillage et l’obsolescence programmée, réduire nos productions de déchets, préserver et transmettre un savoir-faire, celui de bricoler et de réparer soi-même, pratiquer une forme de consommation collaborative, et enfin favoriser le lien social et la solidarité en créant des espaces de vie, où partage et entraide sont les maîtres mots.

  • Regarder notre vidéo



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Création d’emplois, réparation, insertion : à Lyon, une belle expérience

Source : Fanny Dollberg pour Reporterre

DOSSIER    Déchets

THEMATIQUE    Quotidien
18 janvier 2018
Oui, l’optimisme est possible
Edito
18 janvier 2018
Et si Notre-Dame-des-Landes devenait un bien commun ?
Alternative
16 janvier 2018
Les pêcheurs parlent : « La pêche électrique, ce n’est plus de la pêche, c’est de la destruction »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Déchets



Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Fanny Dollberg (Reporterre)