Faire un don
43661 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
55 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

VIDÉO - Dans les Repair Cafés, on s’aide à réparer pour moins jeter

Durée de lecture : 1 minute

4 janvier 2018 / Fanny Dollberg (Reporterre)

Né aux Pays-Bas en 2009, le concept du Repair Café a gagné Paris. En permettant à chacun de réparer ses objets défectueux, les Repair Cafés luttent contre le gaspillage, l’obsolescence programmée et la consommation. Reportage en vidéo.

  • Paris, reportage

Chaque mois, l’association Repair Café Paris organise deux ateliers de réparation où chacun peut apporter ses objets cassés (vêtements, électroménager, appareils électroniques, ordinateurs, etc.) afin de les faire réparer ou d’apprendre à les réparer, le tout dans la bonne humeur autour d’un café, d’un thé et de petits gâteaux. L’association met en relation des réparateurs bénévoles, professionnels du bricolage ou simples amateurs, avec des personnes ayant un objet hors d’usage qu’ils souhaitent pouvoir réutiliser plutôt que de le remplacer. C’est gratuit. Apprendre à réparer pour moins jeter et donc moins consommer, voilà le principe des Repair Cafés. Le 9 décembre dernier se déroulait le dernier Repair Café Paris de l’année. Il avait lieu à la Cité des sciences en partenariat avec le Fablab, un atelier partagé de fabrication numérique. Reporterre y était.

Le concept du Repair Café a été lancé en 2009 aux Pays-Bas par la journaliste Martine Postma. Depuis, ils s’y multiplient, mais aussi en Belgique, en France et même aux États-Unis. L’association Repair Café Paris, elle, a vu le jour en 2013.

Les enjeux sont multiples. Lutter contre le gaspillage et l’obsolescence programmée, réduire nos productions de déchets, préserver et transmettre un savoir-faire, celui de bricoler et de réparer soi-même, pratiquer une forme de consommation collaborative, et enfin favoriser le lien social et la solidarité en créant des espaces de vie, où partage et entraide sont les maîtres mots.

  • Regarder notre vidéo

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Création d’emplois, réparation, insertion : à Lyon, une belle expérience

Source : Fanny Dollberg pour Reporterre

DOSSIER    Déchets

THEMATIQUE    Quotidien
12 décembre 2019
Le crime d’écocide, bientôt dans la loi ?
Info
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
11 décembre 2019
Manifestation des cheminots : « La grève ne prend pas en otage, elle nous libère ! »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Déchets



Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Fanny Dollberg (Reporterre)