VIDÉO - Pain, jambon et saucisson : la face cachée du sandwich

Durée de lecture : 2 minutes

8 mars 2018 / Entretien entre Marie Astier et Guillaume Coudray

La charcuterie et la boulangerie descendent une pente inquiétante depuis qu’elles sont passées sous la coupe de l’industrie. Pour ce premier rendez-vous des « Entretiens de Reporterre », deux connaisseurs de ces filières échangent autour de l’avenir de ces aliments du quotidien.

La charcuterie a été classée en 2015 cancérogène certain par le Centre international de recherche sur le cancer. Partout où elle passe, l’épidémie de cancers colorectaux sévit. La faute aux additifs nitrés, adoptés par l’immense majorité des fabricants depuis plus d’un siècle. Pourquoi sont-ils malgré tout toujours autorisés ? Guillaume Coudray a mené l’enquête en France, aux États-Unis, en Allemagne et ailleurs, dans les archives de l’industrie et de l’administration, afin de comprendre comment un mur de mensonges a été assemblé depuis des dizaines d’années, afin d’éviter que ces additifs soient interdits. Son ouvrage, Cochonneries. Comment la charcuterie est devenue un poison, a été publié en septembre 2017 aux éditions La Découverte.

Il est également devenu très rare, dans notre pays aux 30.000 boulangeries, de trouver un pain qui ne soit pas « amélioré » à l’aide d’adjuvants, additifs, auxiliaires technologiques et autres produits destinés à faire en sorte que la fournée sorte belle, gonflée et croustillante à tous les coups. Les conséquences en matière de santé sont moins cruciales que pour la charcuterie — le pain nous nourrit mal mais ne nous tue pas — mais les conséquences environnementales dans les champs et économiques dans la filière sont bien là : désormais, quatre géants se partagent la majorité du marché de la farine en France. Certains contrôlent la filière du grain jusqu’au pain. Marie Astier, à travers une série de reportages, le raconte dans Quel pain voulons-nous ?, paru aux éditions du Seuil en septembre 2016.

Pain et charcuterie, de nombreux parallèles peuvent être faits entre ces deux filières : la volonté de faire vite et rentable grâce à des produits miracles dont on n’arrive plus à se passer, le fait que les artisans n’aient pas échappé à l’industrialisation, l’accentuation des inégalités face à l’alimentation, etc. Charcutiers et boulangers sont aujourd’hui à la croisée des chemins : continuer vers toujours plus d’industrialisation ou préserver et redévelopper les savoir-faire qui permettent de faire sans produits miracles.

Ce premier numéro des « Entretiens de Reporterre » vous offre donc une conversation entre deux enquêteurs des aliments de notre quotidien.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’abominable histoire de la bouffe industrielle

Source : Marie Astier pour Reporterre

Réalisation et photo : Fanny Dollberg pour Reporterre

Cet article a été réalisé avec le soutien de la Fondation Ekibio

DOSSIER    Alimentation

THEMATIQUE    Santé
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info


Dans les mêmes dossiers       Alimentation



Sur les mêmes thèmes       Santé