« Xavier Beulin, vous êtes, pieds et mains liés, du côté des industriels »

5 février 2016 / Gaspard d’Allens



Le patron de la FNSEA et agrobusinessman menace d’envoyer ses gros bras « déloger » les Zad. Alors que de nouvelles solidarités naissent dans les campagnes, Xavier Beulin, estime l’auteur de cette tribune, a en fait abandonné la défense des paysans pour celle des industriels.

Gaspard d’Allens est coauteur, avec Lucile Leclair, du livre à paraître au Seuil en partenariat avec Reporterre, Les Néo-paysans.


« Face à toute nouvelle tentative de Zad, on n’attendra pas les forces de l’ordre, on ira nous-mêmes les déloger », a déclaré Xavier Beulin, président du groupe agro-industriel Avril et président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles).

On connaissait Xavier Beulin en homme d’affaires, les cheveux gominés et la cravate serrée, nous le découvrons milicien. Prêt à devancer le tournant répressif du pouvoir et ouvrant agressivement la voie vers le fascisme.

Alors que le monde agricole se débat dans la crise, étranglé par les dettes et soumis aux impasses du productivisme, l’agrobusinessman ne trouve rien de mieux que de criminaliser le mouvement social qui naît dans les Zad contre la bétonisation de notre monde.

Nous ne nous laisserons pas instrumentaliser. Opposer les uns aux autres, les paysans aux écologistes, aux anars, aux zadistes. La loi des puissants a toujours été de diviser pour mieux régner. Xavier Beulin, vos gros bras ne nous cacheront pas votre impuissance et vos mensonges. Vous n’êtes plus du côté des agriculteurs, vous êtes, pieds et mains liés, avec les industriels.

Bientôt, les agriculteurs ne seront plus dupes. Comment pourrait-on se sentir représenté par son propre fossoyeur ? Xavier Beulin est à la tête de l’empire agroalimentaire Avril, plus proche du grand patronat que de l’agriculture. Il a négocié cet été un plan qui signe la disparition annoncée des petits éleveurs et joue sur sa double casquette de syndicaliste et d’industriel pour capter les aides.

 Les centaines de tracteurs et les mobilisations du collectif d’agriculteurs Copain

À l’inverse du corporatisme fermé de la FNSEA, une nouvelle force émerge partout dans nos campagnes, où paysans, militants, occupants, s’unissent pour réinventer une existence digne hors de l’aménagement capitaliste du territoire et de la métropolisation. Ils ne demandent pas des primes, ils s’approprient directement les terres et font pousser avec espoir, fougue et joie leur révolte.

À Notre-Dame-des-Landes, tandis que 1.650 hectares sont menacés par le projet d’aéroport, les occupants ont avec les paysans historiques tissé des liens forts, cultivé en commun des légumes, des céréales, des pommes de terre, pour mieux résister contre les aérocrates. Au contact du monde agricole, les occupants se sont peu à peu empaysannés et les frontières sont devenues poreuses. Si la FNSEA veut déloger la Zad, elle devra faire face à des centaines de tracteurs et aux mobilisations du collectif d’agriculteurs Copain – un mouvement transversal d’organismes agricoles opposés à l’aéroport.

À Agen, c’est un paysan, Joseph Bonotto, qui a appelé les « zadistes » à la rescousse. Ils se sont installés sur ses terres et luttent ensemble contre un projet de technopole de 220 ha et le passage de LGV. Joseph Bonotto se dit « moins seul, heureux, soulagé ». À Saint-Victor-et-Melvieu, dans l’Aveyron, la cabane de l’Amassada, s’est, elle aussi, construite sur une parcelle prêtée par un agriculteur opposé à un projet de transformateur électrique.

« Le monstre, Monsieur Xavier Beulin, c’est vous »

À Bure, le 15 novembre 2015, les opposants à la poubelle nucléaire ont, avec des paysans, semé de l’orge, de l’avoine, de la moutarde et planté des arbres fruitiers sur les terres du laboratoire de l’Andra. À travers la charge symbolique du geste agricole, ils ont voulu faire converger les luttes et se réapproprier le territoire.

Alors que les terres agricoles se font de plus en plus rares, de nouvelles alliances apparaissent, à l’avant garde d’une ruralité vivante, choisie, heureuse. Et face à ces forces progressistes, le syndicat majoritaire, la FNSEA, joue les caïds, attise les haines, en préférant laisser le bitume et l’asphalte avaler nos terres nourricières.

Les propos de Xavier Beulin et les actions de la FNSEA annoncent le retour des Chemises Vertes [1]. Cette milice virulente, qui prônait dans les années trente, sous la poigne de son leader Dorgères un État autoritaire et corporatiste. Ce mouvement d’extrême droite s’était retrouvé quelques années plus tard au cœur du pouvoir sous Vichy.

Aujourd’hui, les commandos qui brûlent le bâtiment des impôts à Morlaix – en totale impunité – et les fractions qui s’attaquent au zadiste isolé à Sivens nous rappellent de mauvais souvenirs. Les milices de la FNSEA sous-traitent le travail des forces de l’ordre, le syndicat agricole accompagne l’État policier dans sa gangue la plus réactionnaire.

Gramsci écrivait, au début du siècle, cette phrase lumineuse : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur, surgissent les monstres. » Le monstre, Monsieur Xavier Beulin, c’est vous, vous et vos fermes usines, votre agro-industrie qui piétine les paysans, et nous empêche d’imaginer un autre avenir pour nos campagnes.


- Les Néo-paysans de Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, éditions du Seuil, 144 p., 12 euros. À paraître le 18 février 2016.

Ce livre est édité en partenariat avec Reporterre.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Lire à leur propos le livre de Robert Paxton Le Temps des Chemises Vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural 1929-1939, Paris, Seuil (« L’Univers historique »), 1996, 316 pages.


Lire aussi : EDITO - MM. Hollande et Valls ouvrent la voie au fascisme

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos :
. Chapô : UMP Photo(CC BY-NC-ND 2.0)
. manifestation du 9 janvier 2016 contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Flickr (Non à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes/CC BY-NC-ND 2.0)

THEMATIQUE    Agriculture
26 septembre 2016
Voici pourquoi le « beau » pain n’est pas forcément « bon »
Tribune
26 septembre 2016
Coup de théâtre : la Zad de Notre-Dame-des-Landes n’est pas légalement expulsable, annoncent ses habitants
Info
23 septembre 2016
Scandale Triskalia : portraits de destins bouleversés
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture