Faire un don
14804 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
19 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

« Zone à défendre » : le jeu collaboratif qui lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Durée de lecture : 4 minutes

29 juillet 2017 / Moran Kerinec (Reporterre)

Les zadistes de Notre-Dame-des-Landes et des joueurs amis ont inventé un jeu de plateau aussi coopératif que militant. Le temps d’une partie, les joueurs usent de multiples moyens pour s’opposer à la construction de l’aéroport controversé.

« Entre, j’ai déjà sorti les pièces », lance Robin derrière le comptoir de son magasin Robin des jeux, à Paris. Sur une petite table, un plateau découpé en une multitude de zones, représentant chacune un pan de Notre-Dame-des-Landes : « Ardillières », « Forêt de Rohanne », « Chêne des Perrières »… Autant de cases qui dépeignent les lieux les plus connus des habitués de la Zad. Les pions zadistes y côtoient des ronds bleus où sont dessinées des matraques de CRS. Un immense poing vert compte les points des joueurs sur un flanc du plateau. Encerclant la partie supérieure de terrain, une série de cases va rythmer le jeu : le « Tempo de Valls ».

« Clairement, le jeu est politisé », plaisante Robin, qui a participé à son élaboration. Le projet aura pris son temps : quatre années se sont écoulées depuis l’éclosion de l’idée d’un jeu de plateau sur la Zad. La faute à « une équipe éditoriale hardcore gamer qui ne voulait pas sortir un jeu dont elle n’en serait pas pleinement satisfaite », est-il expliqué sur le blog de ses créateurs. Depuis le financement Ulule, dont la collecte a encaissé 6.457 € sur les 5.000 espérés, le projet aura connu plusieurs maquettes. « La première version était trop dans l’affrontement entre zadistes et forces de l’ordre, se rappelle Robin, le jeu a évolué pour devenir plus coopératif. » Et plus coloré : plateau et jeu de cartes ont reçu les soins de deux dessinateurs, qui y ont apporté une touche humoristique pour détendre l’ambiance d’affrontement.

La coopération est le maître-mot entre camarades de lutte

Même la couleur des pions a été réfléchie, raconte Robin : « Nous ne pouvions pas mettre de pions bleus à cause des forces de l’ordre, mais chacun à une signification. Les rouges sont les communistes, les noirs sont les black blocs, les verts… » Et les jaunes ? « Les sociaux-traîtres ! » rit le gérant, voyant que nous les avons choisis pour une partie d’essai.

La partie s’engage. À chaque tour, des bulldozers accompagnés par les forces de l’ordre entrent par les coins du plateau pour ratiboiser Notre-Dame-des-Landes. Seul ou en équipe, le joueur affronte les éléments « du système », comme le décrivent ses créateurs. La coopération est le maître-mot entre camarades de lutte pour organiser une défense efficace, que ce soit en cultivant des légumes pour nourrir les troupes ou en obtenant des soutiens, matériels ou moraux. Au programme : « monter une radio pirate », « construire une serre », « jet de fumier » ou « câlins »… Les cartes « compétences » proposent un éventail d’actions pour lutter contre l’aéroport. De son côté, le « système », qui avance ses pions automatiquement, pratique une stratégie d’étouffement : chaque affrontement contre les CRS accélère le « Tempo de Valls » et augmente la présence des forces de l’ordre au tour suivant.

Pour remporter la partie, les zadistes en herbe ne doivent pas éliminer les troupes adverses, mais accomplir un nombre suffisant de projets collectifs. En revanche, si plus de neuf cases sont mises en chantier, le bocage de Notre-Dame-des-Landes sera trop endommagé et la partie, perdue. « L’équilibrage a été difficile, nous ne sommes pas des professionnels, rappelle Robin. Nous avions tendance à gagner constamment à force d’y jouer et d’en connaître les rouages. »

Force est d’avouer que, quand la rédaction de Reporterre a ressorti le jeu pour une seconde partie, la tendance était plutôt à perdre sous le poids des bulldozers avant d’arracher la victoire de justesse.

Quant aux recettes de la vente du jeu - il coûte 29 € -, elles seront consacrées au soutien du mouvement de Notre-Dame-des-Landes et à celui d’autres Zad. Mais, cerise sur la barricade, une édition « Free to Print » en licence libre du jeu est disponible pour les porte-monnaie les plus légers.


Où trouver le jeu en boîte

. A la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, aux Fosses noires. Contact : jeu.zad@gmail.com

. Auprès des comités de soutien de NDDL.

. A Paris, chez Robin des Jeux, 37 Boulevard de Charonne, 75011.

. Sur le net : chez Robin des Jeux en ligne.

Complément d’infos : Le « livret politique » du jeu est à lire ici


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le jeu coopératif, idéal pour les vacances

Source : Moran Kerinec pour Reporterre

Photos : © Moran Kerinec/Reporterre

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Culture et idées
28 septembre 2019
Un nouveau grand cru dans le Bordelais : le vrai lait de ferme
Alternative
6 décembre 2019
Mobilisation contre les retraites : « Le 5 décembre n’est qu’une étape »
Reportage
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Moran Kerinec (Reporterre)