Cessons de vouloir attirer les touristes étrangers

Durée de lecture : 7 minutes

1er avril 2019 / Corinne Morel Darleux

Au lieu de mettre le paquet pour favoriser le tourisme local, le comité régional du tourisme de la Région Auvergne - Rhône-Alpes drague une clientèle lointaine et aisée. Avec à la clé, un coût environnemental exorbitant. « Une ineptie », s’insurge l’autrice de cette chronique.

Corinne Morel Darleux est conseillère régionale Auvergne - Rhône-Alpes.

Corinne Morel Darleux

Tous les matins, je reçois dans ma boite électronique, comme les autres élu.e.s du groupe RCES [Rassemblement citoyen écologique et solidaire], une lettre d’informations envoyée par Fanny, notre indispensable attachée de groupe. Ainsi qu’un certain nombre de mails d’organismes para-institutionnels, les « satellites » de la Région. À deux jours d’une nouvelle session, plongée dans les rapports et amendements, j’y consacre une attention particulière, et voilà que ce matin je reçois la lettre d’infos du CRT : le comité régional du tourisme.

C’est souvent édifiant, donc je regarde. Ce sont eux par exemple qui, pour booster le nombre de skieurs, préconisent d’ouvrir l’aéroport de Grenoble au low-cost et exigent pour celui de Lyon-Saint-Exupéry une ligne aérienne directe avec la Chine. Dans une concordance des temps assez parfaite je dois dire avec ces députés LREM de l’Isère qui plaident en faveur du projet de Center Parcs à Roybon pour « consolider » l’activité de l’aéroport de Grenoble. Moins de zones humides, moins de forêt, des bulles tropicales en plein hiver : un sens inné des enjeux — et des affaires.

Alors qu’il faudrait réduire les voyages en avion, le comité du tourisme fait des long-courriers un marché prioritaire

De fait, le CRT n’a jamais été pour nous un grand allié. La méfiance que nous avons depuis des années pour cet organisme vient essentiellement de son approche très axée « compétitivité » et « rayonnement à l’international » pour la promotion de la Région comme destination touristique. Et cette fois encore, ils mettent dans le mille. À l’heure où il faudrait réduire ses voyages en avion, a fortiori pour les loisirs, et alors que le kérosène n’est toujours pas taxé, le CRT fait des longs-courriers un des ses marchés prioritaires. C’est ainsi que dans son bilan 2018, au lieu de voir figurer la progression du nombre de vacances à la ferme, les modes de transport utilisés ou les kilomètres économisés, le développement du tourisme local ou les tonnes de carbone épargnées, on se retrouve en illustration d’accueil avec une image du monde hérissée de drapeaux.

Notre région est pourtant riche de paysages à explorer et de sites remarquables, que la Région soutient d’ailleurs en général : de la grotte Chauvet au palais du facteur Cheval, des itinéraires de randonnée dans les Alpes au petit train à crémaillère qui mène au sommet du puy de Dôme, en passant par Vulcania, valeureusement défendu désormais par M. Giscard d’Estaing fils, ou encore la Viarhona, cette longue voie cyclable de 815 kilomètres qui va du Lac Léman jusqu’au Gard.

Certes, le CRT affiche dans ses objectifs de « stimuler la demande du grand public », qu’il nomme élégamment « marchés fonds de commerce ». Mais au lieu de mettre le paquet pour favoriser le tourisme local, en prenant en charge par exemple une partie du prix des forfaits de ski, ou en favorisant les petites structures d’accueil, la Région et le CRT misent un peu trop systématiquement sur le prestige et l’étendue du marché. Pour une raison simple, en réalité : une forme d’aveuglement, de dogme économique. Comme le disait Chantal Carlioz, vice présidente LR au tourisme du département de l’Isère lors d’une commission Montagne à la Région : « C’est l’économie qui décide ». Et tous de rappeler en boucle qu’1 euro investi dans un forfait de ski c’est 7 euros de retombées économiques dans la station. Mais, outre qu’à force d’être répétés ces chiffres commencent à dater, tout le monde voit bien que les gens d’ici n’ont plus de sous. Que les jeunes ne viennent plus skier. Que la neige vient à manquer. En un mot, qu’on arrive aux limites du modèle économique. Comme dirait le regretté Ivan Illich, on atteint le seuil de contre-productivité au-delà duquel les investissements deviennent des dépenses et, désormais, l’équivalent d’un coup d’accélérateur vers le désastre environnemental. Pour un euro d’investi dans ce système, combien de dixièmes de degré de perdus ?

On se félicite d’avoir attiré des « marchés lointains »... sans en donner le coût environnemental

Si on regarde les politiques publiques par le seul prisme économique, effectivement marcher en montagne ou en forêt est gratuit, se baigner en rivière ou en lac aussi, de manière générale les pauvres ne consomment pas assez et on n’a pas encore trouvé le moyen de commercialiser les paysages ni les minutes de contemplation. Donc, l’idée est d’attirer la clientèle aisée, celle des grandes stations suisses et autrichiennes, avec de la neige artificielle et des spas. Et d’aller chercher ailleurs des clients plus nombreux, c’est-à-dire les Chinois.

Miser sur la quantité ou sur la marge bénéficiaire, ça n’a rien de révolutionnaire. L’économie a toujours joué sur ces deux leviers : soit vous vendez très cher à peu de gens, soit vous vendez pas cher à beaucoup de gens. Le CRT essaye de faire les deux. Seulement voilà, aujourd’hui il y a une nouvelle donnée : le climat.

Or dans le bilan 2018 du CRT, l’indicateur mis en avant est celui de la progression du nombre de nuitées sur les longs-courriers : +7% en deux ans. Ce qui veut dire concrètement qu’on se félicite d’avoir fait venir davantage de vacanciers en avion sur des longs trajets. Dans les chiffres-clés mis en avant, pourtant, aucune trace de ces déplacements : pas le début d’un bilan carbone ou du nombre moyen de kilomètres effectués. Le CRT se félicite de la présence régionale sur huit « marchés lointains » sans en dire le coût en matière d’environnement. On est dans du pur marketing : rien ne permet de distinguer le rapport du CRT d’un dépliant d’entreprise quand il vante le nombre de blogueurs enrôlés à l’international pour promouvoir la destination — la marque, devrais-je dire — Auvergne-Rhône-Alpes. Des prescripteurs qu’il faut choyer, car naturellement une région française, fusse-t-elle présidée par Laurent Wauquiez, n’arrive pas par hasard sur des marchés lointains, cela ne se fait pas tout seul. Encore faut-il faire la publicité de la Région.

La puissance publique doit défendre les populations devant les risques qu’engendrent dérèglement climatique et perte de biodiversité

Et c’est ainsi qu’on découvre, dans le plan d’actions 2019 sur le marché des longs courriers, un « Eductour avec les pays du Golfe en partenariat avec Disneyland Paris » et des actions du CRT, pour cette seule année, à Dubaï, Moscou, Kiev, Pékin, Suzhou, Séoul, Tokyo, Osaka, Montréal, Seattle, Rio de Janeiro, Tel Aviv et Jérusalem.

J’écrivais déjà le 3 décembre dernier :

« Sinon, il y a eu un nouvel éboulement fin novembre dans le massif du Mont Blanc, plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes ont dévalé près de 2 kilomètres près du glacier de Taconnaz. Le réchauffement climatique, en faisant fondre le permafrost qui agit comme un véritable ciment de nos montagnes, n’en finit plus de défigurer les Alpes. Mais chut, tout va bien : je suis en train d’éplucher les rapports qui vont être soumis au vote les 19-20 décembre, et on y apprend que la Région Auvergne - Rhône-Alpes paye un tour du monde en avion au « Cluster Montagne », qui regroupe les professionnels de l’« aménagement » en montagne. 241.000 € pour faire de la promo et réseauter au Chili, États-Unis, Chine, Canada, Colombie, Liban, Slovaquie, Suède, Maroc, Espagne... Un coût carbone exorbitant et un impact direct sur le réchauffement climatique, donc le manque de neige, la fonte des glaciers et les éboulements. Ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied. Ou une ineptie. »

La question qui se pose, tenace, est celle du rôle de la collectivité. Doit-elle, au nom de l’intérêt général, favoriser l’économie à tout prix, en priant pour que ça ruisselle ? Ou doit-elle, en tant que puissance publique, s’assurer de défendre les populations devant les risques qu’engendrent dérèglement climatique et perte de biodiversité ? Dit plus prosaïquement : où doit aller l’argent public ? Et à quel moment de déni des politiques, l’autodéfense citoyenne devient-elle légitime ?



Lire aussi : Le changement climatique interpelle les citoyens, mais pas les dirigeants de Rhône-Alpes

Source : Corinne Morel Darleux pour Reporterre

Photos :
. chapô : Abdallahh Alpes - Beyrouth-Genève Flickr

DOSSIER    Chroniques de Corinne Morel Darleux

THEMATIQUE    Climat Politique Quotidien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito
14 octobre 2019
À Londres, Extinction Rebellion a paralysé un aéroport
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Chroniques de Corinne Morel Darleux



Sur les mêmes thèmes       Climat Politique Quotidien





Du même auteur       Corinne Morel Darleux