A Bayonne, ça chauffe ! Dans un mois, Alternatiba

Durée de lecture : 3 minutes

7 septembre 2013 / Elise Bancon (Reporterre)

Le 5 et 6 octobre se tiendra à Bayonne Alternatiba, un grand village des alternatives dont l’organisation a nécessité plus de 500 bénévoles. A un mois de l’événement, ça carbure dans les soutes pour préparer la rencontre.


- Bayonne, correspondance

Alternatiba, J moins un mois ! Il fait 30° sur Bayonne, les derniers touristes sont à la plage. J’arrive à la Fondation, siège de Bizi ! centre névralgique de toute la préparation d’Alternatiba. Quelques têtes se lèvent pour me saluer. Egun on, untsa ? ("Salut, ca va ?", en basque). Oui ça va. Tout le monde replonge dans son ordi. Ici, les teints sont plutôt pâlots et ça ne sent pas l’huile Cocobronze. On n’a pas le temps d’aller à la plage quand on est un chevalier du climat !

Une nouvelle bénévole est briefée dans un coin. Grâce à Alternatiba, on voit de nouvelles têtes chaque jour. Les militants et militantes de tous les temps et de toutes les luttes travaillent de concert avec les bonnes volontés fraichement arrivées prêtes à donner un coup de main...

Les jeunes membres d’une association de surf côtoient la militante altermondialiste enflammée et le paysan bio du Pays Basque intérieur. L’alchimie fonctionne, on est là pour la même chose : alerter sur l’état du climat, sur l’état de la planète, et mettre en valeur la multitude d’alternatives qui permettent d’espérer en l’avenir.

L’un a été entrainé ici par un ami, l’autre a rempli une fiche bénévole sur internet, une autre encore a intensifié son engagement pour l’occasion. Chacun fait appel à ses réseaux : il faut des maquettistes, des traducteurs, des cuisiniers, des artistes… Plus de 500 bénévoles…

Le téléphone sonne sans cesse, ça parle français, basque, espagnol, souvent un peu tout mélangé. Les propositions affluent, tel groupe de théâtre, telle association a entendu parler de l’événement et propose ses services. « Pour les conférences, c’est fini, on a trop de monde ! Si c’est un spectacle demande s’ils peuvent venir samedi ! »

Initialement prévu uniquement le dimanche 6 octobre, Alternatiba prend ses aises. Intervenants et participants vont venir de loin pour l’occasion, alors on va leur permettre de rentabiliser leur week-end… « Et tu rappelles qu’ils viennent à titre gracieux ! ». Voilà qui a de quoi réconforter sur la nature humaine : les centaines de conférenciers, artistes, membres de collectifs, d’associations, de collectivités locales seront présents parce qu’ils croient au projet, qu’ils souhaitent contribuer à construire un monde meilleur et à relever le défi climatique, pour reprendre les mots de Stéphane Hessel qui avait accepté de parrainer l’événement.

Soudain, couvrant le bruit de la polycopieuse, un grondement : « Non tu déconnes là, m..…. ! non, ça va vraiment pas ça, c’est quoi ce truc ? On n’a pas dit ça l’autre jour ! » Tout le monde rentre un peu la tête dans les épaules et attend que l’orage passe. Le travail est énorme, la tension aussi, et ça pèse… Voilà qui risque de ne pas aller en s’arrangeant… Heureusement, le week-end, on se change les idées… en s’inscrivant comme bénévole sur un autre événement ! Et pas pour faire du benchmarking, parce qu’on y croit ! On est militant ou on ne l’est pas…

Du monde arrive pour une réunion de commission, les vélos s’empilent à l’extérieur, on va encore se faire klaxonner par le camion poubelle qui ne peut plus passer dans cette rue étroite du Petit Bayonne ! Les travailleurs muets poussent leur ordi pour laisser la place aux nouveaux arrivants. Les idées fusent, les points de vue s’affrontent un peu, on vient d’horizons si différents…

Mais le programme s’étoffe, les appels à mobilisation viennent de partout. Alternatiba, c’est déjà un pari gagné, celui du don de soi et du partage, celui de la créativité et de l’espérance, celui d’un monde prêt à faire changer le système, pas le climat !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Elise Bancon pour Reporterre.

Photo du chapô : Alternatiba, prise au Festival Emmaus Lescar-Pau le 23 juillet 2013.

Reporterre est partenaire d’Alternatiba.

Lire aussi : Lancement d’Alternatiba : « Si l’alternative est possible, qu’est-ce qu’on attend ? »

Et consulter la rubrique Alternatives, racontant plein d’histoires pour préparer Alternatiba et l’autre monde qui est en marche.


Pour soutenir Reporterre :

DOSSIER    Alternatiba

THEMATIQUE    Climat
21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Alternatiba



Sur les mêmes thèmes       Climat