Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefAnimaux

À Chypre, un massacre « industriel » des oiseaux migrateurs

Plus de deux millions d’oiseaux tués chaque année, des profits juteux pour les trafiquants : à Chypre, la passion pour un mets nommé « ambelopoulia » nourrit un braconnage devenu « industriel » face à des autorités trop passives, selon les défenseurs des animaux.

Piégés par des branches enduites de colle ou des filets, des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs sont tués puis servis chaque année en secret dans des restaurants de l’île méditerranéenne.

« C’est un désastre écologique », déplore l’association de protection des oiseaux BirdLife Cyprus en rappelant que le braconnage de ces oiseaux migrateurs –notamment la fauvette noire– est strictement interdit dans l’Union européenne.

Plus de 2,3 millions d’oiseaux auraient été tués par les braconniers à l’automne 2016, selon une étude de la Société royale britannique de protection des oiseaux (RSPB), un chiffre en très forte hausse par rapport aux 1,4 million de 2010.

Les braconniers vendent la douzaine d’oiseaux à 40 euros à des établissements qui proposent ensuite discrètement l’assiette d’« ambelopoulia » à environ 80 euros.

« La capture illégale de ces oiseaux est devenue une affaire de grande ampleur. Un braconnier bien organisé peut gagner des dizaines de milliers d’euros par an sans payer aucun impôt », explique à l’AFP Tassos Shialis, coordinateur d’une campagne de protection pour BirdLife Cyprus.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende