A Notre Dame des Landes, des « copwatchers » pour surveiller les policiers

Durée de lecture : 2 minutes

14 novembre 2012 / Les désobéissants


Amis journalistes,

Comme vous le savez, un nouveau Larzac est en train de naître, près de Nantes.

Une bataille titanesque s’est engagée contre la construction à Notre-Dame des Landes d’un aéroport... et le monde (productiviste, désastreux sur le plan climatique, avide de terres agricoles, antidémocratique, etc.) qui va avec.

Une manifestation de réoccupation des terres évacuées récemment par l’armée et la gendarmerie est prévue ce week-end. Il s’agit de reconstruire des hébergements détruits par les gendarmes afin d’y loger tous ceux qui veulent défendre les terres agricoles et les zones naturelles préservées du coin.

Bien sûr, il est possible que les forces de l’ordre ne nous laissent pas faire. Nous avons décidé de lancer une brigade de « copwatchers », ou observateurs de policiers (et autres forces de l’ordre), armés de caméras, strictement non violents et respectueux de tous, mais bien décidés à filmer les éventuelles violences des gardiens de l’aéroport et de son monde.

Nous aurons des uniformes distincts, et nous rendrons d’un point chaud à l’autre pour filmer les forces de l’ordre en action, COMME NOUS EN AVONS LE DROIT.

Cela n’est cependant pas sans risque. Les agents de l’Ordre violents n’aiment généralement pas qu’on les filme en train de déraper. Il faut donc se préparer à des réactions brutales (que nous filmerons !), voire à des procès de mauvaise foi mais bien réels. Cela fait d’ailleurs partie de notre projet : ces procès nous aideront à initier un réel débat sur la réalité du maintien de l’Ordre aujourd’hui, sur les mésusages des forces de l’ordre, et aussi sur ceux des policiers, gendarmes et autres qui veulent une autre police et résistent en interne, isolés et souvent sanctionnés par l’institution...

Un site internet spécial sera lancé dans la foulée.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué des Désobéissants

Lire aussi : Un vigile agressé ? Ca ressemble si fort à une grosse provocation...

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Libertés
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Les désobéissants