Je fais un don
OBJECTIF : 55 000 €
26144 €   COLLECTÉS
48 %

À Notre-Dame-des-Landes, un demi-siècle de luttes d’une incroyable richesse humaine

29 novembre 2017 / François de Beaulieu



À l’approche du verdict sur l’avenir du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Marc Le Duc et Jocelyne Rat racontent presque un demi-siècle d’une lutte exemplaire dans le livre « Retour à Notre-Dame-des-Landes », illustré de façon remarquable.

François de Beaulieu a publié depuis 1967 une soixantaine de livres et plusieurs centaines d’articles sur le patrimoine naturel et culturel de la Bretagne. Il est engagé dans la protection de la nature et spécialement des landes bretonnes, et présente ici le livre de Marc Le Duc et Jocelyne Rat.

François de Beaulieu.

Dernière ligne droite tendue pour les médiateurs du gouvernement dans le dossier Notre-Dame-des-Landes [Ils devraient remettre leur rapport au Premier ministre, Édouard Philippe, le 13 décembre.]. Le lobby pro-aéroport tire à boulets rouges sur la mission mise en place par le Premier ministre et Nicolas Hulot. « Une farce », n’a pas hésité à proclamer Philippe Grosvalet, président socialiste du conseil départemental de Loire-Atlantique.

L’objet de cette colère ? La mission a remis sur la table l’hypothèse du maintien de l’aéroport nantais sur le site actuel. Depuis juin, de réunion en réunion, les élus anti-aéroport et l’Atelier citoyen croisent le fer avec la Direction de l’aviation civile (DGAC). Les opposants viennent de lever 24.000 euros afin de financer des études à opposer à celles de la DGAC. « Cette dernière ne lâche rien », confie un participant.

Mais les pro-aéroport croient percevoir dans ces études comme la préparation à un renoncement au projet. D’où l’offensive. Elle vise à décrédibiliser les médiateurs et derrière eux, Nicolas Hulot, désigné par anticipation comme le grand responsable d’un possible échec du transfert dans le bocage.

C’est pourtant une vision réductrice du dossier, doublée d’une inquiétante amnésie. En réalité, si les pistes et les installations n’ont toujours pas recouvert le bocage, c’est que dès les années 1970, le projet s’est heurté à des paysans déjà mobilisés pour la défense de la terre-outil de travail, acteurs ou solidaires d’autres luttes comme celles du Larzac ou de Plogoff. Qu’en 2012, une grève de la faim de 28 jours a rendu les recours juridiques suspensifs. Que la lutte s’est renforcée, élargie avec l’arrivée de citoyens, d’élus, de pilotes de ligne, de squatteurs anticapitalistes. Que le travail des naturalistes a contribué à faire connaître la grande richesse du territoire. Que la plus vieille lutte environnementale de France reste capable de mobiliser rapidement des dizaines de milliers de personnes…

Au printemps 2012, une grève de la faim de 28 jours écarte les menaces d’expulsion des paysans (au centre, le paysan Michel Tarin, l’une des grandes figures du combat contre l’aéroport).

Faire ressentir l’incroyable richesse humaine 

Au moment où une nouvelle étape pourrait s’ouvrir à Notre-Dame-des-Landes, il s’avère indispensable d’avoir en mémoire les grands moments d’un combat de presque un demi-siècle.

Une des premières actions des paysans contre l’aéroport au début des années 1970.

Pour cela, on dispose d’un nouveau document. Anciens journalistes ayant suivi le dossier pour Ouest France, Marc Le Duc et Jocelyne Rat en connaissent tous les éléments et, surtout, les acteurs. Le livre qu’ils publient s’intitule d’ailleurs Retour à Notre-Dame-des-Landes. Portraits et reportages. Après avoir assuré avec rigueur leur mission d’information en donnant la parole à tous, ils peuvent aujourd’hui rendre hommage aux paysans courageux sans qui il n’y aurait jamais eu de zone à défendre. Le livre est d’ailleurs dédié au regretté Michel Tarin, dont on n’a pas oublié la grève de la faim.

De remarquables photographies viennent à l’appui d’un récit toujours vivant et précis. Pour ceux qui ont eu la chance de vivre ces années exceptionnelles, comme pour tous les autres, ce livre a surtout le mérite de faire ressentir l’incroyable richesse humaine qui s’est déployée là.

Le 1er avril 2017, inauguration du phare au cœur d’une Zad qui expérimente de nouveaux rapports entre les individus.

Si les auteurs ne manquent pas d’éléments pour restituer la chronologie et dénoncer les trucages des partisans du projet d’aéroport, les études orientées de la DGAC, ils ont surtout le mérite de faire vivre de l’intérieur tous les temps forts de la lutte, les déceptions comme les victoires, les initiatives imprévisibles et la formidable capacité à rassembler. Le récit donne une idée très concrète de ce que l’on nomme « l’intelligence collective ». Il faudra avoir cette longue histoire en mémoire pour inventer un avenir digne de la lutte menée.


  • Retour à Notre-Dame-des-Landes. Portraits et reportage, de Marc Le Duc et Jocelyne Rat, le Temps éditeur, septembre 2017, 176 p., 17 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : le bruit n’est pas un argument, prouvent des experts néerlandais

Source : François de Beaulieu

Photos :
. chapô : Les premières peintures anti-aéroport ont été réalisées dans les années 1970 sur le toit du hangar d’Alain Gaudin. © Laetitia Notarianni
. action paysanne : © CHT, coll. journal le Paysan nantais
. grève de la faim : © Laetita Notarianni
. phare : © Marc Le Duc

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

13 décembre 2017
Édouard Philippe : « Le choix se formalise désormais ainsi : “Notre-Dame-des-Landes ou le réaménagement de Nantes Atlantique” »
Info
12 décembre 2017
« One planet summit », ou quand la politique fait faillite devant la banque
Edito
13 décembre 2017
One Planet Summit : belle opération de com’, peu de contenu
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       François de Beaulieu