A Roybon, manifestation et contre-manifestation

Durée de lecture : 1 minute

8 décembre 2014 / Andrea Barolini et Camille Martin (Reporterre)

A Roybon, la lutte autour du projet de Center Parcs a pris une nouvelle dimension, avec l’entrée en scène des partisans du projet : tandis qu’une manifestation aux flambeaux se déroulait samedi soir contre la destruction de la forêt, les élus locaux - PS et Front national étant unis - organisaient une manifestation le dimanche pour soutenir le Center Parcs et ses promesses d’emploi.


- Roybon (Isère), reportage

Samedi 6 décembre, la soirée de Roybon, en Isère, a été illuminée par les lampions et les bougies des opposants au projet de Center Parcs, mené pour la société Pierre et Vacances.

Jeunes, moins jeunes, pères et mères avec leurs enfants, écologistes, zadistes. Cinq cents personnes environ se sont réunies à 18 h au parking du lac du village : vin chaud, soupes, pain et saucissons pour tous les participants au rythme d’une petite fanfare. La députée européenne d’Europe Ecologie Les Verts, Michèle Rivasi, était présente pour demander « l’abandon de ce projet qui est une véritable aberration écologique ».

Vers 19 h, les manifestants se sont enfoncés dans la forêt pour une marche aux flambeaux : une heure pour arriver jusqu’au cœur du bois de Chambaran, près du chantier du village de vacances. Le froid, le vent, la pluie et la neige mêlées qui tombaient de temps en temps n’ont pas empêché de rejoindre, par une route blanche, des containers où quelques hommes de la police privée de Pierre et Vacances attendaient les opposants. Il n’y a eu aucun affrontement. Une partie des manifestants a marqué des slogans sur les murs métalliques, avant de faire demi-tour et de rentrer vers Roybon.

« On reviendra », ont-ils assuré. Sur le chemin de retour, des gendarmes regardaient le cortège défiler dans la calme.

Mais dimanche, une autre manifestation a été organisée par les partisans du projet : les élus de Roybon et d’alentour, unissant le PS et le Front national. Près de deux mille personnes, selon FR3, signifiant que pour elles, Center Parcs représentait des emplois.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Andrea Barolini et Camille Martin pour Reporterre.

Photos : Zad Roybon.

Lire aussi :
. Avec les zadistes de Roybon
. À Notre Dame des Landes et ailleurs, la fausse promesse de l’emploi pour pouvoir tout saccager.


Cet article a été réalisé par des journalistes professionnels et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Center Parcs et Roybon

29 février 2020
VIDÉO- François Sarano : « La loi de la jungle est la loi de la paresse »
Entretien
29 février 2020
Les luttes contre les « grands projets inutiles » de l’Ouest convergent à Nantes
Info
28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info


Dans les mêmes dossiers       Center Parcs et Roybon