À Toulouse, la manifestation des Gilets jaunes violente et centrée sur l’injustice sociale

Durée de lecture : 1 minute

2 décembre 2018



- Toulouse, correspondance

Convoquée à 14 heures samedi 1 décembre, la manifestation syndicale à l’appel de la CGT, de la FSU et de Solidaires a été rejointe par les Gilets jaunes mobilisés depuis le matin. Le cortège, composé de plusieurs milliers de personnes, n’a jamais vraiment pu s’élancer en raison des affrontements qui ont commencé dès la fin de matinée à proximité de la gare Matabiau. Des barricades ont été partiellement enflammées, au milieu d’une foule visiblement surprise de se retrouver là : jeunes, retraités, politisés ou non, et une majorité de personnes non identifiées et/ou vêtues de gilets jaunes, bien équipées pour résister aux gaz, certains applaudissant la présence des syndicalistes, quelques-uns les insultant.

L’essentiel des slogans portaient sur l’injustice sociale. La situation est rapidement devenue très confuse, de nombreux groupes de manifestants s’engageant dans toutes les directions pour éviter les gaz lacrymogènes, sans toutefois abandonner la manifestation. Les affrontements, très intenses, se sont alors propagés dans les rues autour du marché de la place Jeanne d’Arc, dépassant la police. Plusieurs personnes ont été blessées. Une partie du cortège, menée par des militants de la CGT, d’Act Up et de Lutte ouvrière, est passée sous une pluie de lacrymogènes et sur fond de détonations de grenades assourdissantes, mais l’essentiel est resté en arrière pour affronter la police jusqu’en début de soirée. Avec « Macron démission », « il faut qu’il y ait de la violence pour qu’on nous entende » a été la phrase la plus entendue au cours de la manifestation toulousaine de ce samedi.

  • Source : Vladimir Slonska-Malvaud pour Reporterre




Lire aussi : Les Gilets jaunes à Paris : « C’est malheureux, mais sans violence, rien ne change »


3 juillet 2020
Pollution de l’air : l’État risque une lourde amende pour inaction
Lire sur reporterre.net
3 juillet 2020
Mercosur : « Stoppées net » selon M. Macron, les négociations sont finalisées, annonce l’Union européenne
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Le reporter Stéphane Trouille est condamné à huit mois ferme en appel
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
La justice relaxe un militant anti-pub
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
La Commission européenne demande à la France de mettre fin à la chasse illégale
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Trop des substances préoccupantes dans les crèmes solaires pour enfants
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Le Conseil d’Etat valide l’urbanisation du Triangle de Gonesse
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
L’exploitation des forêts s’accroît de manière abrupte en Europe
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
L’Autorité de régulation censure une pub pour un vélo qui critique les pollutions de l’automobile
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
L’avenir des trains de nuit attendra la fin de l’été
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
Élisabeth Borne confirme le report de l’interdiction du glyphosate
Lire sur reporterre.net
30 juin 2020
EDF abandonne son projet de piscine nucléaire à Belleville-sur-Loire, selon un élu
Lire sur reporterre.net
30 juin 2020
Des députés proposent des quotas individuels de carbone pour limiter les trajets en avion
Lire sur reporterre.net
29 juin 2020
Le conseil d’administration de Polytechnique valide un projet de centre de recherche de Total
Lire sur reporterre.net
29 juin 2020
Train des primeurs Perpignan-Rungis : les wagons ne seront pas détruits
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes
3 juillet 2020
Sous la « vague verte » des municipales, le surprenant succès des listes citoyennes
Enquête
30 juin 2020
Dans les montagnes vosgiennes, des lycéens filment le quotidien de paysans
Reportage
2 juillet 2020
Railcoop, la coopérative qui fait renaître les lignes de train abandonnées
Alternatives


Sur les mêmes thèmes       Luttes