À l’école de la nature, les vies s’épanouissent

Durée de lecture : 8 minutes

29 août 2020 / Un collectif d’enseignants de l’Enseignement agricole public



À l’heure de la rentrée des classes et alors que l’épidémie de Covid-19 reprend, les autrices et auteurs de cette tribune mettent en avant les multiples enseignements que procure la nature « charnellement vécue ». Une pédagogie à mille lieues de celle promouvant le numérique.

La liste des membres du collectif d’enseignants de l’Enseignement agricole public signataires de cette tribune est à la fin du texte.


Nous sommes un collectif d’enseignants de l’Enseignement agricole public. Au cours de la période de confinement liée à l’épidémie de Covid-19, nous avons dû essayer tant bien que mal d’assurer une continuité pédagogique à distance par le recours aux outils numériques. L’usage de ces derniers a ainsi été promu à grande échelle, certainement avec la vocation d’être poursuivi et amplifié.

Comme beaucoup, nous avons pu éprouver les limites de cette solution : son accès technodépendant socialement et économiquement inégalitaire, sa consommation d’énergie, sa menace pour la vie privée et les données personnelles, sa contention statique du corps, son inconfort visuel et même douloureux, sa dimension virtuelle et théorique, son caractère antinaturel, entre autres. Cette orientation abstraite de l’école ne nous convainc pas, ne correspond pas à un projet pédagogique que nous souhaitons tout au contraire incarné dans des situations d’apprentissage au moyen d’un corps humain impliqué, engagé, partie prenante, moteur et vecteur premier de sensations et d’émotions parcourues, charnellement vécues.

Nous nous interrogeons et nous inquiétons sur l’évolution de notre métier d’enseignant à l’avenir, sur ce qu’il deviendra demain dans cette école numérique et connectée, qui semble devenir dorénavant le standard exclusif, la norme définitive. Nous éprouvons un manque cruel de réel, de concret, de sensible. De nature.

L’énergie du désir irrépressible d’ouverture sur le « monde en vrai » nous meut ensemble spontanément

L’environnement est l’habitat privilégié des jeunes, et de leurs formidables utopies. Quelle alternative offrir à un jeune qui désirerait au lycée un autre enseignement que celui de trépigner assis sur une chaise durant de longues et interminables heures, ses muscles immobilisés ?

Nous avons une vision différente de celle resserrée et réduite à un univers fictif codé et compressé. L’élan qui nous anime cherche à explorer physiquement le monde. Nous portons une ambition de projeter nos enseignements dans un immense extérieur, un environnement qui serait l’habitat tout entier pour nos jeunes de leurs innombrables rêves et formidables utopies, de l’expérience de leurs existences terrestres qui y seraient intensément vécues. Avec joie, avec bonheur.

Comme pour ces jeunes, l’énergie du désir irrépressible d’ouverture sur le « monde en vrai » nous meut ensemble spontanément, nous donne à tous l’envie de caresser au contact de notre peau, l’eau, les minéraux, les végétaux, les animaux, l’air, la terre, nous transmet cette respiration de chaque instant, ce souffle qui nous pousse en avant. Les leçons premières du véritable rapport aux êtres et aux choses se trouvent inscrites sur le terrain. Sentir le parfum des fleurs, respirer l’air pur, toucher le contact organique à la matière, nouer dans le réel des relations humaines de coopération, de complicité, heureuses. Nous voulons transmettre cet amour inestimable des plaisirs simples et gratuits que la nature nous prodigue dans sa générosité.

Dans nos établissements de l’Enseignement agricole public, nos espaces ne sont pas limités à l’enceinte d’une classe, pas restreints à la promiscuité et à l’immobilité d’une unité de lieu fixe contraint, pas concentrés en une densité susceptible d’être propice au stress, au bruit, à l’énervement, à la fatigue. Bien sûr, cela arrive aussi, car nos classes existent bien évidemment entre les murs, mais avec la capacité de ce choix simple et efficace : sortons !

Au fond d’un val isolé qui ne bruisse que de l’onde en cascade et du feuillage frissonnant, nous nous sentons vivants. Pour nos disciplines techniques, scientifiques, générales, culturelles, physiques et sportives, pour la vie scolaire et sociale dans nos établissements, les espaces extérieurs sont nos terrains d’évolution, d’exercices, d’études, de jeux, et les milieux naturels le cadre exceptionnellement permanent de nos lycées nature.

Les jardins et les espaces verts, les vignes et les vergers, les grandes cultures et les pâturages, les étables et les bergeries, les forêts et les cours d’eau, les montagnes, les plaines, les collines, les rivages, sont nos magnifiques, changeantes, actives, mobiles salles de classe. Nos sorties empruntent en toutes saisons les champs, les haies, les contours des arbres champêtres, les chemins de bergers, les troupeaux d’animaux au pré, les herbes rases ou grasses, les vallons creux où coulent des ruisseaux, les sous-bois ombragés et même un peu ténébreux, les villages entre le ciel et la terre, la grandeur des paysages, des terroirs et des histoires des hommes.

À la découverte des chemins de traverse qui parsèment les territoires et leur nature vivante qui partout respire 

Épouser la vie en vrai, de ses écosystèmes fragiles à la magie du cosmos. Notre enseignement est celui-ci, d’un ressenti sensible, de la pluie et du soleil, du vent et du renouvellement de l’air, du calme et du beau grandiose élevé par son essence au sublime d’espaces en minuscule d’écosystèmes fragiles, jusqu’à la magie du cosmos et de ses myriades d’étoiles qui scintillent à l’infini. Notre enseignement grandeur nature épouse la vie en vrai. Notre enseignement « autrement » pousse la classe tout au-dehors, à la découverte des chemins de traverse qui parsèment les territoires et leur nature vivante qui partout respire.

Avis à tous les volontaires pour les futures vocations de l’aventure du vivant : élèves étudiants, apprentis, stagiaires de la formation adulte. À tous ceux qui désirent faire bouger les bancs et bousculer les lignes, casser les codes et lever les verrous, passer les murs, les barrières, les clôtures, adopter de nouvelles postures dans une école de l’air libre, venez chez nous ! Venez chercher le Nord dehors, l’équilibre dans la nature. À tous qui aspirent à regarder le monde naturel avec respect pour chercher à habiter plus durablement notre planète, rejoignez-nous ! Nos établissements seront les vôtres. Venez partager tous ensemble dans les établissements de l’Enseignement agricole public, une même expérience de sens, d’implication et d’engagement, réellement « grandeur nature ».


  • Les signataires de la tribune

- Florent BAUDON, enseignant en aménagement de l’espace, lycée nature de La Roche-sur-Yon (85)
- Frédéric BERNARD, enseignant en mathématiques, EPLEFPA Montpellier Orb Hérault, lycée Frédéric Bazille, Agropolis de Montpellier (34)
- Fabrice BONALDO, enseignant en agronomie, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Alain BORDENEUVE, enseignant en sciences économiques et sociales, et gestion, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Emannuel BOSSIS, enseignant en biologie-écologie, LEGTA de Sées (61)
- Bernard CABUZAT, enseignant en éducation physique et sportive, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Pascal CARRIE, enseignant en biologie-écologie, LEGTA de Montauban (82)
- Gérard CERNICCHIARO, enseignant en éducation socioculturelle, Agricampus, lycée Les Magnanarelles, Les Arcs- sur-Argens (83)
- Sébastien CHAILLOU, enseignant en aménagement paysager, LPA d’Opunohu (987)
- Gregory CHAUSSADE, enseignant en éducation socioculturelle, EPLEFPA d’Ahun, LEGTPA Alphonse Defumade d’Ahun (23)
- Michael CHAZELLE, enseignant en agroéquipement et zootechnie, Campus Agronova Site de Précieux, LEGTA Précieux Montbrison (42)
- Anne CORRIOL, enseignante en biologie-écologie, LEGTA Edgar Faure de Montmorot (39)
- Emmanuel COULOMBS, enseignant en éducation socioculturelle, EPLEFPA Brive Voutezac (19)
- Luc DELACOTE, enseignant en agronomie-zootechnie, EPLEFPA Montpellier Orb Hérault, lycée Frédéric Bazille, Agropolis de Montpellier (34)
- Emmanuel DEVINEAU, enseignant- animateur en éducation socioculturelle,
lycée nature de La Roche-sur-Yon (85)
- Myriam DOULS, enseignante-animatrice en éducation socioculturelle, EPLEFPA Montpellier Orb Hérault, lycée Frédéric Bazille, Agropolis de Montpellier (34)
- Christel DUPUY, enseignante en biologie-écologie-microbiologie, Agricampus Poitiers Venours, lycée Xavier Bernard (86)
- Rachida EL IMANE COLLET, enseignante en agronomie, biologie-écologie, EPL CMK, LEGTPA de Morlaix (29)
- Delphine GARAPON, enseignante en biologie-écologie, Campus Agronova site de Précieux, LEGTA Précieux Montbrison (42)
- Fabienne JAEGER, enseignante en biologie-écologie, LEGTA d’Obernai (67)
- Violaine JOURDAIN, enseignante-animatrice en éducation socioculturelle, retraitée, LEGTA Luçon Pétré de St Gemme la Plaine (85)
- Guillaume LAPEYRE, enseignant en aménagement paysager, EPLEFPA Brive Voutezac, LEGTA Henri Bassaler, Voutezac (19)
- Yannick LE BASTARD, enseignants en mathématiques, EPLEFPA Montpellier Orb Hérault, lycée Frédéric Bazille, Agropolis de Montpellier (34)
- Bernard LOISEL, enseignant en viticulture-œnologie, CFAA Agropolis de l’Hérault - Montpellier (34)
- Stéphane MARAVAL, enseignant documentaliste, EPLEFPA Terres et Paysages, LEGTA Jacques Bujault de Melle (79)
- Laurence MERMET, enseignante en éducation socioculturelle, EPL CMK, LEGTPA de Morlaix (29)
- Valérie POULETAUD, enseignante en sciences économiques et sociales, de l’aménagement et de l’environnement, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Fanny PRADELLES formatrice en agronomie, EPLEFPA Montpellier Orb Hérault, CFPPA de l’Hérault (34)
- Didier ROLIN, enseignant en aménagement paysager, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Paul-Louis ROYER, enseignant en aménagement, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Frédérique TEMPLEREAU, enseignante en aménagement, EPLEFPA Agrocampus de Saintonge, LEGTA Georges Desclaude de Saintes (17)
- Sylvain SCHWARZ, enseignant en agroéquipement, LEGTA d’Obernai (67)





Lire aussi : L’éducation à la nature est primordiale, finançons-la

Source : Courriel à Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre

Photo : © Dimitri de Boissieu

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

THEMATIQUE    Nature Pédagogie Éducation
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Nature Pédagogie Éducation