Aux Etats-Unis, les Sioux se battent contre un projet d’oléoduc géant

10 septembre 2016 / Yona Helaoua (Reporterre)



Depuis plusieurs mois, des tribus sioux du nord des États-Unis luttent contre le projet d’oléoduc Dakota Access, qui menace leur approvisionnement en eau et les terres sacrées de leurs ancêtres. Un juge fédéral vient de rejeter leur requête, mais le département de la Justice réclame une suspension des travaux le temps de mener une consultation.

- Washington (États-Unis), correspondance

« Mni wiconi. » Dans la langue des Lakota, une tribu sioux du nord des États-Unis, cela signifie : « L’eau, c’est la vie. » La bataille qui se déroule en ce moment dans le Dakota du Nord a pour point de départ l’eau de la rivière Missouri, mais ses enjeux sont bien plus grands. Elle a démarré il y a quelques mois et a culminé le week-end dernier, quand des manifestants pacifiques ont été attaqués par les chiens d’une société de sécurité surveillant les travaux d’un nouvel oléoduc.

Le combat a commencé le 1er avril. Pour lutter contre le passage de cet oléoduc tout près de la réserve indienne de Standing Rock, plusieurs tribus sioux ont créé, à quelques kilomètres de là, le Sacred Stone Camp, un camp de fortune situé dans la zone de Cannon Ball. Depuis, plusieurs milliers de personnes, dont les représentants de 200 tribus, selon Reuters, sont venues les rejoindre.

Ce nouvel oléoduc à 3,7 milliards de dollars, dont le tracé a reçu une autorisation fédérale, s’appelle le « Dakota Access ». Il a été conçu pour traverser quatre États sur près de 1.900 km, du Dakota du Nord à l’Illinois, avant d’être raccordé à un autre oléoduc pour alimenter les raffineries du golfe du Mexique.

« Dix-huit millions de personnes vivent en aval de cette rivière »

Selon les défenseurs du projet, porté par la société texane Energy Transfer Partners, il s’agirait d’un moyen de transport plus sûr que le train pour un matériau hautement inflammable. Mais, si les habitants de Standing Rock sont inquiets, c’est à cause des inévitables fuites de ce gros tuyau de 76 cm de diamètre censé transporter entre 470.000 et 570.000 barils de pétrole par jour. De quoi menacer l’agriculture et les réserves d’eau potable ainsi que tout un écosystème : des nids d’aigles d’Amérique aux plantes médicinales en passant par la culture du riz sauvage.

« Au départ, l’oléoduc devait traverser la rivière Missouri près de la ville de Bismarck, mais les autorités étaient inquiètes, car une fuite de pétrole aurait souillé l’eau potable de la capitale de l’État. Ils ont donc décidé de déplacer le projet à un demi-mile [moins d’un kilomètre] en amont de la réserve, le long d’une terre volée à la tribu en 1958, et ce sans leur consentement », rappelle, dans une tribune publiée dans le New Yorker, Bill McKibben, fondateur de l’ONG environnementale 350.org.

Quelque dix millions de personnes seraient directement concernées par cet oléoduc, selon Kendall MacKey, responsable de la campagne contre les énergies fossiles chez 350.org, interrogée par Reporterre. « Mais les conséquences ne concernent pas que la réserve, enchérit Kandi Mossett « Eagle Woman », activiste responsable des questions d’énergie chez Indigenous Environmental Network et elle-même membre d’une tribu sioux du nord-ouest de Standing Rock. Dix-huit millions de personnes vivent en aval de cette rivière et seront touchées d’une manière ou d’une autre si le tuyau fuit. Ce qui arrivera, car nous savons que tous les oléoducs, je dis bien tous, finissent par fuir. Le tableau est donc bien plus large, il s’agit de s’orienter vers une économie sans énergie fossile, de protéger l’eau pour les générations futures. »

Alors que la moitié de l’oléoduc a déjà été construite, les Sioux de Standing Rock accusent aussi les travaux de vandaliser des terres considérées comme sacrées ainsi que des lieux de sépulture et de prière.

« Ils ont violé la mémoire sacrée de mes ancêtres »

Face à ces attaques, les activistes de Standing Rock tentent de faire entendre leur voix via une campagne nationale. Une pétition a été lancée et rassemble aujourd’hui près de 300.000 signatures. Plus récemment, le soutien de plusieurs stars d’Hollywood, comme Leonardo DiCaprio, Ben Affleck ou encore Susan Sarandon, a aidé à médiatiser le combat.

Dans le milieu politique, la candidate du Green Party, Jill Stein, s’est rendue sur les lieux cette semaine. Elle fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt pour avoir tagué un bulldozer et empiété sur une propriété privée. Des faits passibles de 30 jours d’incarcération et/ou une amende de 1.500 dollars dans le Dakota du Nord, second producteur national de pétrole après le Texas. « J’espère que le Dakota du Nord va poursuivre les vrais vandales qui détruisent au bulldozer des sites sacrés d’inhumation », a écrit la candidate écolo sur Twitter.

Grâce à cette médiatisation, des soutiens venus d’Europe, d’Asie ou encore d’Australie affluent vers le camp. « Nous étions environ 4.500 le week-end dernier », estime Kandi Mossett, elle-même sur les lieux depuis un mois. Ce même week-end, la jeune femme a été choquée par le traitement réservé aux manifestants. Alors que les opposants au projet avaient déposé un recours juridique contre le permis de construire, indiquant que des tombes d’ancêtres se trouvaient sur le chemin des pelleteuses, Energy Transfer Partners a tout de même commencé à creuser, samedi 3 septembre.

« Ils ont violé la mémoire sacrée de mes ancêtres », se désole Eagle Woman, rapportant qu’au moins deux tombes ont été profanées. « Les militants n’en croyaient pas leurs yeux, ajoute-t-elle. Ils sont intervenus et ont commencé à pousser les barrières pour arrêter les bulldozers. » Une compagnie de sécurité privée a alors employé l’intimidation pour faire reculer les manifestants : des chiens ont été lâchés, mordant six personnes. Six autres ont été blessées par les forces de sécurité, et 30 personnes ont reçu des gaz lacrymogènes, dont une femme enceinte, rapporte Kandi Mossett. Selon les services du shérif du comté de Morton, trois agents de sécurité ont eux aussi été blessés.

« Ils sont violents et ne s’arrêteront pour rien au monde. Nous non plus »

Les tribus sioux ont alors formulé un recours auprès d’une cour fédérale réclamant une suspension temporaire des travaux. Un juge a émis un premier avis, mardi 6 septembre, suspendant la construction sur la partie Est du site. « Mais c’est sur la partie Ouest que tous les sites sacrés se situent, s’alarme Kandi Mossett. Par chance il a plu ces derniers jours donc les travaux ont été suspendus. » Le juge a rendu un avis plus complet vendredi 9 septembre, rejetant la requête et provoquant la colère des opposants à Dakota Access. Le gouverneur du Dakota du Nord avait d’ailleurs mobilisé la Garde nationale en prévision de ce jugement.

Mais, signe que le dossier devient politique, l’armée ainsi que les départements de la Justice et de l’Intérieur ont ordonné la suspension des travaux jusqu’à nouvel ordre et appellent à une consultation avec les tribus.

Quoi qu’il arrive, les membres du Sacred Stone Camp resteront mobilisés. « Nous serons là aussi longtemps qu’il le faudra, assure Kandi Mossett. Les promoteurs du Dakota Access sont extrêmement agressifs. Maintenant nous savons qu’ils sont violents et qu’ils ne s’arrêteront pour rien au monde. Nous sommes là pour dire que nous non plus. »

Alors que Dakota Access mesure seulement 11 km de moins que Keystone XL, dont l’annulation par le président Barack Obama cette année a été saluée par les associations environnementales, l’interrogation est légitime : pourquoi donc cet oléoduc a-t-il été autorisé aussi rapidement et sans consultation préalable ? Le pipeline a été approuvé cet été par une agence fédérale différente, la U.S. Army Corps of Engineers, qui s’est servie d’une solution de facilité appelée « Permit 12 ». « Cela a permis de fractionner le projet en centaines de petites sections, sans avoir à réaliser d’étude d’impact globale ni de consultation avec les tribus. Le “Permit 12” n’est en général pas utilisé pour les oléoducs, nous sommes dans une sorte de vide juridique », explique à Reporterre Kendall MacKey, de 350.org.

Les activistes en appellent désormais au chef de l’État, qui, de se son propre aveu, souhaite laisser en héritage ses efforts pour l’environnement. « Obama a fait une déclaration très décevante au sujet de l’oléoduc, regrette Kandi Mossett. [1] Lors de sa visite à Standing Rock, en 2009, il avait dit qu’il serait là pour nous, mais ça n’est pas le cas. Il doit s’élever contre ce projet et nous aider à protéger notre culture. » Une manifestation est prévue mardi 13 septembre dans plusieurs villes du pays, dont Washington DC, la capitale.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Le président états-unien, interrogé à la volée lors d’un déplacement au Laos, le 7 septembre, a indiqué qu’il allait se pencher sur la question.


Lire aussi : Aux Etats-Unis, le soutien de Sanders à Clinton donne des ailes à la candidate écolo

Source : Yona Helaoua pour Reporterre

Photos : © Rob Wilson with the Bold Alliance

THEMATIQUE    Energie International Luttes
27 septembre 2016
Allo, Vinci-AGO ? Le promoteur de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne répond pas
Reportage
28 septembre 2016
Parce que la vie est éphémère et que la beauté se fait rare, manifestons notre bonheur
Chronique
27 septembre 2016
À louer : maison sans déchet et sans poubelle
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Energie International Luttes





Du même auteur       Yona Helaoua (Reporterre)