Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Agriculture

Aux Pays-Bas, l’agriculture intensive veut continuer de polluer

Le lundi 4 juillet, aux Pays-Bas, des agriculteurs ont manifesté et bloqué des accès routiers et des supermarchés avec leurs tracteurs. Les raisons de leur colère ? Le gouvernement souhaite les contraindre à utiliser moins d’engrais et à réduire leur cheptel, afin de limiter les émissions d’oxyde d’azote.

Champion de l’élevage intensif, le pays est en effet le premier exportateur européen de viande et, comme le rapporte le journal Ouest-France, « les sols et les eaux des Pays-Bas crèvent littéralement de l’azote produit par les déjections des animaux, dont 40 % proviennent des bovins et des porcs ».

En mai 2019, la plus haute cour administrative avait jugé que l’État ne respectait pas ses engagements européens en ne se donnant pas les moyens de réduire l’excès d’azote, en particulier dans les zones naturelles vulnérables. Résultat, le gouvernement a planché sur une nouvelle loi, en décembre 2020, et un plan d’action a été dévoilé début septembre 2021. Il prévoit de réduire de 30 % le cheptel estimé à plus de 100 millions de têtes de bovins, porcs et de volailles.

Le 10 juin, le gouvernement a précisé son plan, annonçant vouloir faire baisser les rejets d’azote jusqu’à 70% dans 131 zones clés, la plupart proches de réserves naturelles et de terres protégées. Depuis, des actions de protestation ont lieu presque quotidiennement. Les agriculteurs mobilisés ont déclaré qu’ils poursuivraient ces blocages jusqu’à ce que ce plan soit abandonné.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende