Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefTransports

Avion : pour être écolo, un seul vol long-courrier tous les dix ans

En dix ans, un seul aller-retour en avion (ici un Airbus A380-861 d'Air France) en long-courrier serait autorisé, selon l'étude de Greenpeace France.

Un aller-retour long-courrier tous les dix ans. Voilà la seule fréquence de vol compatible avec l’Accord de Paris. Commandée par Greenpeace France, et publiée le 14 novembre, une étude démontre que pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, les Français ne devront partir en voyage qu’une fois par décennie jusqu’en 2040 — un long-courrier étant un vol d’une durée supérieure à 4 h 30.

Passé 2040, « plus nous nous rapprocherons de 2050 et plus notre budget carbone devra diminuer pour atteindre la neutralité, détaille l’ONG. Seule une rupture technologique majeure permettrait alors aux personnes qui voyagent en avion de continuer à le faire à cette fréquence ».

À l’heure actuelle, les Français prennent en moyenne un long-courrier tous les cinq ans. Cette fréquence cache néanmoins de grandes inégalités entre une infime minorité habituée des aéroports et les presque 40 % de population n’ayant jamais mis les pieds dans un avion. Séjours et vols courts, vols professionnels et vols en jet privé sont donc les premiers à limiter.

Le train reste également à privilégier, rappelle l’ONG. « La réduction du trafic aérien n’aura pas lieu sans une action politique ambitieuse pour rééquilibrer les trafics entre le ferroviaire et l’aérien », précise Alexis Chailloux, chargé de campagne à Greenpeace France.

L’organisation écologiste demande ainsi aux gouvernants de mettre fin aux avantages fiscaux dont bénéficie le secteur aérien. Elle réclame également un moratoire sur les projets d’extensions d’aéroports et plaide pour l’interdiction des publicités promouvant ces services néfastes au climat.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende