Cinq dirigeants autochtones tués en Colombie par un groupe armé

Durée de lecture : 3 minutes

4 novembre 2019



Cinq dirigeants autochtones ont été assassinés le 28 octobre en Colombie, dans la région sud-ouest du Cauca. Parmi les victimes figurait Cristina Bautista, dirigeante de la réserve indigène semi-autonome de la Nasa Tacueyó. Quatre gardes non armés de la communauté ont également été tués, tandis que six autres ont été blessés. Les communautés autochtones luttent depuis des décennies pour contrôler leur territoire sacré et le font par des moyens pacifiques.

Les autochtones ont attribué l’attaque meurtrière à des dissidents de l’ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

En trois ans, au moins 700 dirigeants de mouvements sociaux ont été assassinés en Colombie

Quelques heures avant d’être assassinée, Cristina Bautista a envoyé un enregistrement audio alarmant à certains de ses contacts WhatsApp : « Nous sommes à un poste de contrôle et une camionnette noire vient de passer avec des hommes qui ont commencé à tirer. »

Les Nasa sont un groupe autochtone qui vit dans la province de Cauca, dans les montagnes du sud-ouest de la Colombie, zones où les rebelles marxistes des Farc étaient actifs. Les Nasa défendent leurs terres, forts des droits que leur donne la Constitution, et confrontent les mercenaires des industries extractives, de l’exploitation minière illégale à Cauca (et dans d’autres régions du pays) ainsi que les divers groupes armés impliqués dans le narcotrafic.

Selon l’Institut pour le développement et la paix, depuis la signature des Accords de paix en 2016, au moins 700 dirigeants de mouvements sociaux ont été assassinés en Colombie, en particulier des activistes afro-colombiens et autochtones. Ainsi, en octobre dernier, Dumar Noe Mestizo, artiste et militant autochtone de 24 ans, était tué par des hommes en moto.

« Nous ne demandons aucune intervention militaire car ce sont souvent les soldats qui nous tuent ! »

En 2016, le groupe rebelle des Farc a signé un accord de paix avec le gouvernement colombien et a ordonné à ses combattants de déposer les armes. Certains membres des Farc qui n’étaient pas d’accord avec la stratégie de leurs dirigeants ont continué à combattre l’État et à se livrer à des activités criminelles, comme le trafic de drogue et l’extorsion. En tentant d’élargir le territoire qu’ils contrôlent, ces dissidents se heurtent de plus en plus aux Indigènes qui en protègent les terres.

Le président colombien Iván Duque a accusé les dissidents du groupe rebelle de la guérilla des Farc opposés aux accords de paix du pays mais la police n’a procédé à aucune arrestation et n’a désigné aucun suspect de ce massacre.
Le président a promis mercredi de déployer 2.500 soldats dans la région.

En réaction, Mario Murillo, vice-doyen de l’École de communications de l’Université Hofstra, journaliste spécialiste de la Colombie et de la région du Cauca, a déclaré au média Democracy Now : « Lorsque les forces armées ont annoncé qu’elles allaient envoyer des troupes dans la région et la militariser avec la coopération des dirigeants autochtones, le mouvement autochtone a immédiatement déclaré  : "Non, non, non, non. Nous ne demandons aucune intervention militaire car ce sont souvent les soldats qui nous tuent !" »






21 septembre 2020
Présidentielles : pas de candidat chez les Verts avant 2021
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Casino mis en demeure de ne plus vendre de bœuf issu de la déforestation
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Les 1 % les plus riches sont les premiers responsables du changement climatique
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
À Gonesse, une fête pour lutter contre trois projets inutiles
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Une partie de la forêt de Compiègne « privatisée » pour la chasse à courre
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Zone à faible émission : sept villes sommées de limiter la circultation des véhicules polluants
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Nos portables pourraient accentuer la mortalité des insectes, selon une étude
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Nouveau report pour le Congrès mondial de la nature
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
À Port-la-Nouvelle, les travaux du port géant se poursuivent malgré l’opposition
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Un paysan accusé de violences : il a lancé une bouse de vache lors d’une action
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
En Bulgarie, un écologiste est en grève de la faim depuis 40 jours
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Un recours contre le projet du gouvernement d’offrir des sites « clé en main » aux industriels
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Foodwatch dénonce les emballages alimentaires à moitié vides
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
La Commission européenne propose de réduire de 55 % en 2030 les émissions de gaz à effet de serre
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2020
Les deux tiers des fruits non bios contiennent des résidus de pesticides
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    International Libertés
21 septembre 2020
Carola Rackete : « Il ne s’agit plus d’être optimiste ou pessimiste mais de s’engager »
Entretien
21 septembre 2020
Exclusif - La carte des emprises de l’Andra pour imposer l’enfouissement des déchets nucléaires
Enquête
19 septembre 2020
Le cri des pauvres, le cri de la Terre, reconnaître l’altérité : une lecture chrétienne
Tribune


Sur les mêmes thèmes       International Libertés