Climat : les banques investissent toujours plus dans les énergies fossiles

Durée de lecture : 5 minutes

8 avril 2019 / Violette Bonnebas (Reporterre)

Selon un rapport publié par des ONG de lutte pour le climat, 33 grandes banques internationales, dont des françaises, continuent de financer massivement les énergies fossiles. Une tendance « alarmante », en complète contradiction avec les engagements internationaux visant à contenir le changement climatique.

Le vert est la couleur à la mode dans le secteur financier. Pas une banque ou presque qui ne souligne aujourd’hui son « engagement » pour le « développement durable », « l’éthique » ou la « lutte contre le changement climatique ». Pourtant, les pratiques des instituts financiers mondiaux sont très éloignées de ces belles promesses. C’est en tout cas la conclusion du rapport « Banking on climate change 2019 » publié récemment par un collectif d’ONG. [1]

Malgré la signature de l’accord de Paris fin 2015, 33 grandes banques ont continué de financer massivement les énergies fossiles. Selon les auteurs du rapport, elles ont injecté pas moins de 1.900 milliards de dollars – soit près de 1.700 milliards d’euros – dans l’industrie du charbon, du pétrole et du gaz. Le volume financier augmente même d’année en année, et un tiers de l’argent mis à disposition finance une centaine d’entreprises qui se développe de façon particulièrement agressive dans le secteur.

« Les premiers responsables sont les entreprises elles-mêmes, mais ce sont les banques qui leur fournissent les moyens »

Une tendance « alarmante », en complète contradiction avec les engagements internationaux visant à contenir le réchauffement planétaire, selon Greig Aitken du réseau international BankTrack, qui a corédigé le rapport. Les énergies fossiles, responsables de 80 % des émissions de gaz à effet de serre, sont en effet la première cause du changement climatique.

Il poursuit :

Les premiers responsables sont les entreprises elles-mêmes, mais ce sont les banques qui leur fournissent les moyens. Dans le secteur du charbon, certaines sociétés auraient d’ailleurs déjà fait faillite si les banques ne les aidaient pas à survivre. »

« C’est un très mauvais signal envoyé aux investisseurs et aux entreprises, car cela ne les incite pas à se désengager de ces activités », complète Regine Richter de l’ONG Urgewald.

En tête du classement, trois banques américaines : Wells Fargo, Citi et surtout JP Morgan Chase, dont le PDG Jamie Dimon n’avait pourtant pas hésité à dénoncer publiquement le désengagement du président américain Donald Trump de l’accord de Paris. « Nous avons la responsabilité d’inciter nos élus à travailler de manière constructive et à promouvoir des politiques qui améliorent la vie des gens et protègent notre environnement », avait-il déclaré en 2017, alors que sa banque est, de loin, le numéro 1 mondial du financement du forage offshore, de l’extraction de pétrole et de gaz en Arctique, ainsi que du gaz de schiste.

Société Générale est aujourd’hui le deuxième financeur mondial de terminaux de gaz naturel liquéfié

Le rapport révèle aussi le rôle prépondérant de grandes banques canadiennes, japonaises et chinoises. Mais alors que l’accord sur le climat a été signé en France, les banques de l’Hexagone ne sont pas en reste.

De 2016 à 2018, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Natixis ont encore investi plus de 125 milliards d’euros dans les énergies fossiles. Récemment visé par des actions de militants climatiques, Société Générale est aujourd’hui le deuxième financeur mondial de terminaux de gaz naturel liquéfié, à la fois émetteurs de CO2 et responsables d’expropriations massives, notamment au Mozambique.

Greig Aitken, du réseau international BankTrack, souligne :

Certaines de ces banques avaient pourtant pris des engagements forts, comme par exemple BNP Paribas sur un désengagement vis-à-vis du pétrole de schiste et des sables bitumineux. C’est décevant. »

Comment les banques peuvent-elles continuer à financer ces industries alors qu’elles se sont engagées à ne plus le faire ? La stratégie de la Deutsche Bank est un modèle du genre : si la banque allemande ne finance effectivement plus de projets dans le charbon, conformément à ses annonces en 2017, elle continue en revanche de financer… les sociétés charbonnières elles-mêmes, à coups de prêts et d’obligations.

Vendredi 14 décembre 2018, près d’un millier de militants pour le climat ont bloqué les environs du siège de la Société générale pour dénoncer ses investissements dans les énergies fossiles les plus polluantes.

Devant BNP Paribas et le Crédit Suisse, la Deutsche Bank est ainsi le premier financeur du conglomérat allemand RWE, plus gros émetteur de CO2 de l’Union européenne. RWE possède quatorze centrales à charbon et organise l’expansion de ses mines de lignite à ciel ouvert dans l’ouest de l’Allemagne, condamnant la forêt millénaire de Hambach à disparaître. « C’est parfaitement irresponsable de la part des banquiers, réagit Regine Richter. Ils devraient au contraire stopper immédiatement tout financement. »

Les pratiques des grandes banques internationales, telles qu’elles sont détaillées dans le rapport, sont complètement à rebours de la transition énergétique et des alertes émises par les scientifiques. Les experts du Giec préconisent une réduction des émissions de CO2 de 45 % en 2030 par rapport à 2010 pour limiter la hausse de la température planétaire à 1,5°C.

Et pendant que les banques soutiennent massivement les fossiles, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont baissé de 8 % entre 2017 et 2018, selon le cabinet d’études Bloomberg New Energy Finance. Dans le même temps, les émissions de CO2 liées aux énergies fossiles ont crû de 2,7 % en 2018, après une hausse de 1,6 % en 2017.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Ce rapport, dont c’est la dixième édition, est publié par six ONG : Rainforest Action Network, BankTrack, Indigenous Environmental Network, Oil Change International, Sierra Club et Honor the Earth.


Lire aussi : Les banques françaises financent une mine énorme et polluante en Guinée

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos :
. chapô : Une mine de lignite, en Allemagne. Crédit Flickr Frank Kehren
. Photo d’une action contre Société Générale, issue de cet article de Reporterre.

DOSSIER    Mines et Gaz de schiste

THEMATIQUE    Climat Énergie
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie
21 novembre 2019
Dans le Nord, des élus locaux promeuvent le béton et l’étalement urbain
6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser


Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste



Sur les mêmes thèmes       Climat Énergie





Du même auteur       Violette Bonnebas (Reporterre)