« Contre l’invasion militaire d’un État destructeur », les soutiens des zadistes se sont retrouvés à Paris

Durée de lecture : 2 minutes

11 avril 2018 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

Mardi 10 avril, en fin de journée, les soutiens parisiens aux Zadistes de Notre-Dame-des-Landes se sont réunis pour faire « rayonner la résistance de la Zad absolument partout en France ».

  • Paris, reportage

Devant la fontaine Saint-Michel, à Paris, les deux chimères de marbre vert rugissent silencieusement tandis que la place se garnit. En plein cœur de la capitale, ce mardi 10 avril, à partir de 18 heures, Notre-Dame-des-Landes se propage dans les résonances d’une centaine de voix. Elle vole la vedette, le temps d’un rassemblement, à une autre grande dame : Notre-Dame-de-Paris, située à deux pas de là.

Comme à Belleville et Tolbiac le jour précédent, ou à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) un peu plus tôt dans la journée, les soutiens parisiens des militant.e.s et de l’esprit de la Zad de Notre-Dame-des-Landes se réunissent. « Le but est de manifester un soutien sans faille aux personnes, aux amis, aux camarades et à toutes celles et ceux qui résistent, sur place, contre l’invasion militaire d’un État destructeur », explique Michel, qui prévoit de rallier la Loire-Atlantique dès le lendemain. « L’État, en prétendant rétablir l’État de droit, s’exempt de ses propres règles, regrette-t-il. Dans ce contexte, se rassembler, c’est faire rayonner la résistance de la Zad absolument partout en France. Non seulement pour affirmer un soutien, mais aussi pour tisser une continuité directe avec les luttes menées par les étudiants, les cheminots (...). » Il tient à rappeler qu’en 2012, c’est par « une mobilisation foudroyante », à travers la France, « que l’opération César avait été mise en échec politiquement et en matière de rapport de force », glisse-t-il. « Ce qui se passe aujourd’hui, c’est un César 2, et la réaction doit être la même. »

« La Zad, c’est un peu la condensation de tous les projets de rechercher d’un avenir différent » 

Quelques brèves prises de parole se succèdent. En substance : une résistance qui se rode à Notre-Dame-des-Landes, un appel la renforcer sur place, un point sur les blocages de facs. Les discussions animées fleurissent et fourmillent au sein de plus petits groupes.

Mardi 10 avril, à Paris.

« La Zad, c’est un peu la condensation de tous les projets de rechercher d’un avenir différent, la preuve qu’ils peuvent cohabiter ensemble », estime notamment Mika, étudiant. Un peu plus loin, sur le pont Saint-Michel, une bonne vingtaine de cars de CRS est à l’affût. « Toutes ces présences policières, les répressions qu’elles exercent, c’est avant tout la traduction d’une certaine peur », poursuit Mika, appelant à « diviser leurs forces limitées en multipliant les actions ». À ses côtés, Ana espère que « toujours plus de de personnes se mobiliseront, se réveilleront au fil du temps et des mouvements, pour remettre en question un ordre établi et injuste ». « En tout cas, nous, on a encore les piles pour tenir très longtemps », promettent-ils.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : À Belleville, dans le métro, à Tolbiac… à Paris, la « Zad est lumière »

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos : © Alexandre-Reza Kokabi/Reporterre

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Luttes
15 octobre 2019
Dans l’Indre, il pleut mais la sécheresse demeure
Reportage
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)