Coronavirus : l’Europe suspend la règle poussant les avions à voler vides

Durée de lecture : 6 minutes

11 mars 2020



- Actualisation - Mercredi 11 mars 2020 -

La Commission européenne a accepté mardi 10 mars de suspendre les règles qui obligent les compagnies aériennes à effectuer des "vols fantômes" à vide, alors que l’UE tente d’atténuer l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’économie.

Les compagnies aériennes se voient attribuer des créneaux horaires dans les aéroports, c’est-à-dire les heures auxquelles elles peuvent atterrir et décoller, mais risquent de les perdre si elles ne respectent pas au moins 80 % d’entre eux au cours d’une année civile.

Bien que l’épidémie de coronavirus ait freiné les projets de voyage et entraîné des annulations massives de vols afin de contenir la maladie, les transporteurs ont quand même dû mettre des avions en vol afin de sauvegarder le plan d’activité de l’année prochaine.

Les règles ont été suspendues dans le passé, après les attaques terroristes du 11 septembre, pendant l’épidémie de SRAS et à certains moments de la crise financière de 2008. Les coronavirus bénéficieront du même traitement.

La Commission a été mise sous pression pour agir sous plusieurs angles. Huit eurodéputés verts avaient déjà écrit à Adina Vălean, la responsable des transports de l’UE, pour lui demander de suspendre le règlement dit "80/20", en invoquant l’impact environnemental inutile d’un respect continu des règles.

La présidente de la commission des transports du Parlement européen, Karima Delli - qui a cosigné la lettre - a déclaré que "les vols à vide sont l’une des conséquences les plus néfastes du coronavirus sur le plan écologique et économique".

La collègue allemande Jutta Paulus a également salué la ligne de conduite de la Commission et a ajouté qu’elle espère que les mesures s’appliqueront aux vols normaux car "même sans pandémie, il y a beaucoup trop de vols à vide".

- Source : Euractiv


- Article publié le 10 mars 2020

En pleine crise du coronavirus, les compagnies aériennes volent à vide pour ne pas "perdre leur place"

Des milliers de litres de kérosène et de tonnes de CO2 en pure perte. Afin de respecter une règle européenne sur l’allocation des créneaux de décollage et d’atterrissage, des compagnies aériennes britanniques font voler leurs avions à vide ou quasiment vides, comme le rapporte le journal britannique Sunday Times vendredi 6 mars.

En effet, si elles ne rendent pas effectifs au moins 80 % de leurs vols, elles risquent tout simplement de perdre leur place au profit de compagnies plus dynamiques : deux fois par an, les créneaux sont en effet remis sur le marché selon la règle du « use it or lose it » (« utilise-le ou perds-le »).

Un gâchis qui pèse lourd sur le plan environnemental. Si bien que le secrétaire d’État britannique aux Transports, Grant Shapps, a exhorté le coordinateur indépendant des créneaux horaires à assouplir cette réglementation. Le site d’info Business Insider rapporte ses propos : « Je suis particulièrement préoccupé par le fait que, pour satisfaire à la règle des 80/20, les compagnies aériennes puissent être obligées de piloter des avions à des taux de remplissage très bas, voire à vide, afin de conserver leurs créneaux horaires […] Un tel scénario n’est pas acceptable. Il n’est pas dans l’intérêt de l’industrie, des passagers ou de l’environnement, et il doit être évité. »

Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a formulé la même demande auprès de la Commission européenne. Lors d’une conférence de presse depuis Bercy, il a déclaré ce lundi 9 mars après-midi : « S’agissant du transport aérien, je suis intervenu auprès du commissaire européen Paolo Gentiloni […] pour lui demander que les compagnies puissent conserver leurs créneaux aériens sans avoir à faire tourner leurs avions à vide dans le ciel. Il est totalement absurde que cette réglementation s’applique dans les circonstances actuelles. »

De son côté, l’Association internationale du Transport aérien (IATA) réclame également la suspension de cette règle du 80/20. Selon elle, le secteur du transport aérien de passagers pourrait subir une perte comprise entre 63 et 113 milliards de dollars en raison de la crise du secteur liée au coronavirus. Le nombre de passagers aurait baissé de 24 % sur les vols d’Europe de l’Ouest, selon les statistiques de l’association.

La Commission européenne, dont un porte-parole est cité par Le Parisien, dit travailler sur une solution : « Nous évaluons toutes les options sur la table, y compris la possibilité de modifier la réglementation sur les créneaux pour faire face à la crise », déclare l’institution.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci. - Pour soutenir, c’est ici





Lire aussi : Lutte pour le climat ? Le monde en délire planifie des centaines de nouveaux aéroports


29 mai 2020
La COP26 de Glasgow reportée à novembre 2021
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
En Belgique, action de détournement publicitaire au nom de la priorité climatique
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Actions antinucléaires à Paris, Lyon et dans la Drôme pour réclamer la fermeture de la centrale du Tricastin, âgée de 40 ans
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
« Le Monde d’après » : une floraison de propositions
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
L’Autorité de sûreté nucléaire pointe un recul de la rigueur chez EDF
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Des incendies « zombies » en Arctique inquiètent les scientifiques
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
En Australie, la compagnie minière Rio Tinto détruit une grotte sacrée connue depuis 46.000 ans
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Le gouvernement et l’automobile : tout pour l’électrique
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Quatre associations attaquent le décret permettant de déroger aux normes environnementales
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Les sociétés civiles française et allemande proposent un plan de relance européen écologique
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les travaux du Charles-de-Gaulle Express ont repris, ceux des lignes RER B et D sont reportés
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Dieselgate : la justice allemande condamne Volkswagen à un remboursement partiel
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Quarante millions de professionnels de santé demandent le respect de l’environnement
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les petits pêcheurs demandent une répartition équitable des quotas de thon rouge
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Des associations proposent 34 mesures pour une relance écologique et sociale
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Transports Coronavirus

THEMATIQUE    Climat
23 mai 2020
Déconfinés, les jardins familiaux peuvent enfin sourire au printemps
Alternatives
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
29 mai 2020
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Transports Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       Climat