Des activistes climatiques internationaux ont été expulsés d’un squat à Paris

Durée de lecture : 2 minutes

9 décembre 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Ils sont venus de tous les pays du monde, pour participer aux actions de la société civile lors de la COP 21. Les forces de l’ordre les ont expulsés mardi 8 décembre.

- Paris, reportage

Mardi 8 décembre à 19h. La rue Blanche (Paris 9e) est particulièrement encombrée. Les voitures avancent au ralenti, car la voie est largement occupée par une longue file de véhicules bleu et blanc. Un car de police, et au moins dix camions de gendarmerie… un dispositif impressionnant.

Un squat hébergeant pour la durée de la COP 21 des activistes du climat est en cours d’expulsion par les forces de l’ordre. Au 29-31 de la rue, des policiers – au moins une quarantaine – bloquent l’accès, casque et matraque en main.

Des dizaines de militants, jeunes ou vieux, sortent du bâtiment à la façade délabrée, sac à dos et duvet dans les bras. Des agents relèvent les identités de chacun. « Je me sens bouleversé », explique un Espagnol. « On nous a mis dehors, et on se retrouve dans la rue de nuit, et sans logement. » Comme lui dans le squat, ils seraient une petite centaine d’activistes venus de France, d’Europe et d’ailleurs pour participer aux actions citoyennes en marge de la COP21.

Ce lieu aurait ouvert le week-end dernier. D’après « Camille », l’un des occupants, le bâtiment qu’ils occupent est vide depuis trois ans. L’affirmation est confirmée par une voisine, qui explique « que des travaux sont prévus de très longue date. » La dame semble par ailleurs étonnée du remue-ménage qui se déroule sur le pas de sa porte : « J’étais là tous les jours, je n’ai vu personne ! »

Le squat compte environ vingt-cinq chambres, une cuisine et des lieux de réunion. « C’est ridicule ! », s’exclame une anglaise sexagénaire. « Nous ne faisions aucun mal, nous avions juste besoin d’un lieu où dormir pendant la COP. »

La police leur a proposé de se loger dans des gymnases, accessibles uniquement de 22 h 00 à 9 h 00. Mais les squatteurs, craignant d’y être surveillés, préfèrent chercher d’autres solutions.

Ils entassent matelas, matériel de cuisine et autres bidouilles dans des camions « amis », sous l’œil attentif des policiers. « D’un côté, c’est bien car tout s’est passé sans violence », estime une militante espagnole. « Mais c’est triste et révoltant d’être ainsi mis dehors, sans lieu pour nous réunir. »

Par ailleurs, les squatteurs attendent l’arrivée mercredi 9 décembre d’environ soixante-dix activistes venus de l’étranger.

L’occupation de ce squat est liée au manque criant de logements prévus pendant la COP. Il y a déjà plusieurs mois, la Coalition 21 avait alerté les autorités quant à ce problème, en vain, comme Reporterre l’avait relaté.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La police violente de nouveau des manifestants pour le climat

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : compte twitter @Suysulucha

DOSSIER    Climat : de COP en COP

THEMATIQUE    Libertés
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP



Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)