Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Animaux

Des associations attaquent l’arrêté autorisant l’abattage des loups

Le collectif d’associations Cap Loup a saisi le Conseil d’Etat le 19 avril pour demander l’annulation de l’arrêté ministériel permettant de tuer deux loups. La ministre de l’Environnemetn Ségolène Royal a autorisé le 10 avril dernier l’abattage de deux loups supplémentaires. La ministre a également annoncé que cet arrêté serait suivi d’un autre, identique. Ces 4 loups s’ajouteront aux 36 abattus officiellement depuis juillet 2016.

« Sur une population estimée à moins de 300, ce nombre de 40 abattages voulus par la ministre met en péril la conservation de l’espèce en France », estime Cap Loup dans un communiqué. Les associations mettent en avant une étude rendue en mars dernier par le Muséum national d’histoire naturelle et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Cette expertise, commandée par le ministère, tire la sonnette d’alarme : si la politique de gestion de l’espèce devait se poursuivre avec un niveau haut de tirs (40 loups pour 2016/2017), elle induirait l’impossibilité d’atteindre les objectifs de viabilité génétique à long terme sur le territoire français. Les chercheurs questionnent également l’efficacité des tirs pour la sécurité des troupeaux.

-  Source  : Cap Loup.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende