Des étudiants de l’EHESS racontent comment ils ont empêché leur évacuation

Durée de lecture : 4 minutes

3 mai 2018

Le mardi 1e mai, l’EHESS (Ecole des hautes études des sciences sociales) a repoussé une intervention policière qui voulait évacuer ce lieu universitaire occupé. Des étudiants racontent ce qui s’est passé dans ce texte envoyé à Reporterre :

« Depuis la veille, nous occupions le bâtiment n°96 du boulevard Raspail, ce que nous avions voté en assemblée générale pendant les vacances du fait de la situation et pour s’organiser en vue du 1er mai. Nous nous étions entendu.es avec la présidence pour prendre en charge le bâtiment (fermeture des portes à minuit, ouverture à 7h, présence d’un vigile, etc.).

La nuit se passe sans incident. Le matin, nous partons pour la manifestation qui se révéla être un moment intense à plusieurs égards. En fin d’après-midi, les gens fatigués retournent à l’occupation, se reposent. L’ambiance est tranquille, crêpes, confiture et cigarettes sur la terrasse.

À la tombée du soir, on voit arriver sur le boulevard Raspail une manifestation de plusieurs dizaines de personnes pourchassées par des policiers qui enlèvent leurs matricules. Le portail est ouvert, ils se réfugient à l’intérieur, puis les policiers tentent de le forcer, en ordonnent l’ouverture, visent les gens avec des flashballs, insultent sans trêve. On a la sensation que frustrés de leur 1er mai les flics veulent se venger et partent en mission commando en courant à l’arrière. Rapidement, une dizaine de personnes referment et verrouillent le portail.

À l’arrière du bâtiment, rue Notre-Dame-des-Champs, les flics se ruent sur un enseignant-chercheur qui tentait de sortir, le tirent hors du bâtiment, le mettent au sol et le violentent. Ensuite, les flics essaient de forcer la porte, matraquent et gazent abondamment par l’entrebâillement. On a pris le témoignage d’une étudiante violemment blessée lors de cette agression : « je suis arrivée pour aider le mec, je me suis pris un coup sur le bras, un sur la main et un sur la tête, il avait bloqué la porte avec son pied, comme ça il a pu passer sa gazeuse et il a longtemps, très longtemps gazé. Ensuite, à cause de l’air qui devenait irrespirable, on a appelé de l’aide, beaucoup de gens sont arrivées nous relayer. » À cause des gaz, des personnes sont tombées au sol, quelques occupant.e.s ont dû se réfugier à la Brêche pour se faire soigner.

Un inoffensif pétard de lâché les pousse à se retirer. La porte est fermée, barricadée.

Les policiers encerclent ensuite le pâté de maison, quatre fourgons se répartissent entre le métro Notre-Dame-des-Champs, l’angle boulevard Raspail–rue de Fleurus et le métro Saint-Placide. Sur le boulevard, des soutiens affluent devant la porte, les policiers poireautent sur le terre-plein central. La situation se pose, on attend en se soignant et en peaufinant les barricades. Des contacts se font avec l’extérieur via l’escalade des grilles, un membre du Bureau de la présidence arrive, discute avec les flics ; il est rejoint par le président Prochasson quelques instants après. Le Président et un membre du Bureau entrent ensuite dans le 96 et s’entretiennent avec les occupant.e.s.

Il est alors 22h et les flics repartent. Peu après, ceux qui souhaitent sortir sont escortés par le Bureau de la présidence jusqu’au métro Saint-Placide, tandis qu’à l’intérieur la pression se relâche et l’occupation continue.

Ensemble, en nous faisant confiance, nous avons réussi à repousser cet assaut de flics enragés qui, faisant fi de toute légalité, ont attaqué sans autorisation une université. Mettre en mots ce qui s’est passé hier soir à l’école ne peut pas retranscrire l’intensité de ce que nous avons vécu sur le moment. C’est une tentative pour partager ce qui nous a fait vibrer pendant une heure, à d’autres moments et dans d’autres circonstances entre copaines de lutte de partout. Cette sensation de confiance et de puissance c’est à nous de la nourrir, de la propager, que tou.t.es nous puissions la sentir et l’honorer. Mais ne fait que commencer… »

  • Source et photo : courriel à Reporterre envoyé par un Collectif d’étudiants de l’EHESS.


Lire aussi : L’École des hautes études EHESS occupée à Paris en soutien à la Zad


25 février 2020
Rivières à sec, nappes au plus bas : 2019, une année noire pour l’eau en France
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
En Australie, les incendies ont détruit 20 % des forêts
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
Coronavirus : l’air chinois est moins pollué
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Top départ du débat national sur l’avenir de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Salon de l’agriculture : des activistes ont envahi le stand du ministère
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
ONG et syndicats demandent un plan pour une transition sociale et écologique de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
En Iran, huit écologistes condamnés à plusieurs années de prison
Lire sur reporterre.net
22 février 2020
Le gouvernement veut libérer dans l’environnement les déchets à très faible radioactivité
Lire sur reporterre.net
21 février 2020
Mille scientifiques l’affirment : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire »
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Fin d’un permis de recherches d’hydrocarbures : le gouvernement accusé de double jeu
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Le jaguar, l’éléphant d’Asie et le requin océanique seront mieux protégés
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Contre l’extension de l’aéroport de Roissy, 15 associations déposent un recours
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
L214 dévoile une nouvelle vidéo choc, tournée dans un abattoir de veaux
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
La limitation d’Airbnb devient un enjeu des municipales à Paris
Lire sur reporterre.net
19 février 2020
L’épidémie de coronavirus fait baisser les émissions de CO2 de la Chine de 25 %
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes
25 février 2020
La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués
Enquête
24 février 2020
Dans certaines cantines scolaires, la malbouffe fait son œuvre
Tribune
24 février 2020
VIDÉO - Se passer des pesticides chimiques, grâce aux « préparations naturelles peu préoccupantes »
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Luttes