EDITO - Allons enfants de la fratrie

Durée de lecture : 2 minutes

12 janvier 2015 / Hervé Kempf (Reporterre)

"Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres
L’étendard d’espoir est levé
L’étendard de justice et de paix."

On avait réfléchi, hésité, discuté. Et puis, comme l’a dit Jean-Pierre, « On ne choisit pas toujours ses amis, fussent-ils des amis d’un jour. Il faut distinguer l’essentiel de l’accessoire ». Et on a été au rassemblement de dimanche. L’essentiel, c’était de manifester, au sens propre du terme, que la liberté est le coeur de l’existence humaine, et l’essence de cet être commun que l’on appelle la France.

Ce sentiment, on l’a senti vibrer, tout au long de l’après-midi, dans le silence et dans la gravité qui frissonnaient au long des boulevards et des places, on l’a lu sur les milliers de panonceaux, on l’a entendu dans la douceur étrange avec laquelle les gens se parlaient, dans la bonne humeur, le soir place de la Nation.

C’était gai, c’était jeune, c’était vieux, c’était tous.

Et puis, plusieurs fois, cette Marseillaise. Des mots étranges, cette musique si familière, ce symbole si puissant. Et la foule chantait, plusieurs fois, pour dire ce que les paroles du chant de 1792 ne disent pas. Pour dire que l’on veut changer d’époque.

Alors, si je voulais retenir une idée, un acte, une marque que cette journée du 11 janvier est un vrai tournant, c’est que l’on change ces paroles, que l’on abandonne les étendards sanglants aux assassins, qu’on arrête de croire qu’il peut y avoir un sang impur, que l’on ensemence les sillons de la paix dans laquelle, durant un dimanche illuminé, des millions d’êtres humains ont voulu communier.

Cette nouvelle Marseillaise, elle existe, elle a été chantée. Ecoutons :


la nouvelle marseillaise par makdamassakr

La Marseillaise

Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres
L’étendard d’espoir est levé
L’étendard de justice et de paix.

Rassemblons nos forces, notre courage
Pour vaincre la misère et la peur
Que règnent au fond de nos cœurs
L’amitié la joie et le partage.

La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières
Partons, partons, amis, solidaires
Marchons vers la lumière.

2005, Graeme Allwright - Sylvie Dien
Texte libre de droit, offert par les auteurs, à distribuer sans modération.

Diffusée aussi par Julien Bayou


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Hervé Kempf pour Reporterre.

THEMATIQUE    Libertés
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)