Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

En Allemagne, manifestation contre une mine géante de charbon

Quelque 2.000 manifestants sont venus dimanche 5 novembre dénoncer l’impact du charbon sur le climat, dans une mine proche de Bonn, l’ex-capitale allemande où s’ouvre lundi la 23e conférence de l’ONU sur les changements climatiques.

Après une longue marche à travers un no man’s land, les protestataires, vêtus d’une combinaison blanche, se sont postés au bord du gigantesque cratère formé par la mine de lignite à ciel ouvert de Hambach. Sous les yeux des policiers, postés notamment autour d’une excavatrice de plus de 200 m de long, ils ont déployé leurs pancartes « Bienvenue à la COP23 » et « Brûlons les frontières, pas le climat ».

« La lignite est l’une des énergies fossiles les plus polluantes », pour l’air comme pour le climat, souligne le mouvement anti-charbon allemand Ende Gelande, à l’origine de cette action, accompagné pour l’occasion de militants venus d’Océanie. « Sur la scène internationale, politiciens et corporations se présentent comme des sauveurs du climat quand, à quelques km, le climat part littéralement en fumée », dénonce Janna Aljets, porte-parole de la campagne.

Située à une cinquantaine de km à l’ouest de Bonn, en Rhénanie du Nord-Westphalie, la mine de lignite visée dimanche appartient au groupe allemand RWE. Selon RWE, la mine, ouverte en 1978, est aujourd’hui profonde de 370 m : le site de 85 km2, dont près de la moitié est exploité, contient au total 2,5 milliards de tonnes de lignite allant jusqu’à 450 m de profondeur. Quarante millions de tonnes en sont extraites chaque année.

La mine de lignite à ciel ouvert de Hambach.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le charbon rejette 45 % des émissions mondiales de CO2 liées au secteur énergétique, auxquelles s’ajoutent autres gaz à effet de serre et particules fines. Selon l’ONU, 80 à 90 % des réserves de charbon devront rester sous terre si le monde veut tenir son objectif, fixé par l’accord de Paris, de rester sous 2°C de réchauffement.

-  ¨Source : La Provence

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende