En Provence, un coin de paradis soigné en permaculture

Durée de lecture : 4 minutes

2 mai 2014 / Mathilde Gracia (Reporterre)

A 52 ans, France Rieger a choisi de changer de vie et de venir vivre à la campagne. Pour partager sa vision du monde, elle a développé une association de permaculture dans un petit coin de paradis sur la Côte d’Azur.

- Tourrettes du Loup, reportage

Dans les Alpes maritimes, à une dizaine de kilomètres au-dessus de la ville de Grasse, le petit chemin pédestre qui mène à la maison de France Rieger longe les gorges du Loup. Il faut marcher 250 mètres depuis la route la plus proche à Tourrettes-sur-Loup, pour atteindre le terrain de treize mille mètres carrés, au milieu de la végétation. Au loin, entre les feuilles, se dessine une paroi rocheuse qui arbore un dégradé de couleurs orangées.

L’endroit est « une merveille de biodiversité » pour France Rieger, installée dans cette zone Natura 2000 depuis la création de son association Les Jardins du Loup. L’emplacement, qu’elle a trouvé avec sa compagne Corinne, servait d’antan à la culture de jasmin, d’oranger ou de bigaradier (oranges amères) qui alimentaient les parfumeries de Grasse. « J’ai eu envie de faire revivre ce lieu », dit-elle.

- France Rieger -

En venant s’installer au milieu de la nature, à Pont-du-Loup, France a ainsi fait un pas de plus vers l’écologie. Lorsqu’elle est arrivée en 2011, le petit chalet de vingt mètres carrés présent sur le terrain ne disposait pas de l’eau potable. « Au début, mes amis ont été surpris de me voir m’installer ici, dans un lieu avec si peu de confort ! s’exclame-t-elle. On allait chercher l’eau dans les villages alentours ».

La contrepartie, c’est cette vue dégagée sur la vallée boisée, surplombée de la paroi rocheuse. « La nuit, elle est éclairée par la lune, c’est magnifique », continue de s’émerveiller France. Récemment, elles ont réussi à se rattacher à un point d’eau ; un ruisseau qui passe sur leur terrain en descendant vers le loup. « C’est une grande avancée dans le confort ».

Depuis le lancement des Jardins du Loup en 2011, elle favorise le développement des pratiques écologiques en expérimentant la permaculture sur son terrain et en la faisant connaître grâce à des ateliers de formation ou de partage. Le concept de permaculture est inspiré du fonctionnement de la nature : chaque plante a une fonction en interaction bénéfique avec les autres.

Une plante qui sert d’engrais vert exerce par exemple trois fonctions au cours de sa vie : lorsqu’elle pousse, elle fait de l’ombre pour maintenir le sol au frais. Puis ses fleurs vont attirer les abeilles et ainsi favoriser la pollinisation. En fin de vie, elle servira d’engrais pour alimenter la terre.

Mais la permaculture, comme France aime à le rappeler, c’est aussi bien plus que des pratiques agricoles, « c’est une nouvelle vision de la société, c’est la sobriété heureuse ». Ce sont les idées de Pierre Rabhi qui ont d’abord interpellé France. Elles lui ont donné envie d’agir : « J’ai toujours été proche de la nature et je me reconnaissais beaucoup dans tout cela ».

Pour mettre en pratique ces techniques, France et Corinne ont réaménagé les terrasses déjà présentes sur les terres inclinées pour cultiver les légumes et les plantes. « On veut montrer qu’il est possible de créer une micro-ferme moderne, capable de générer des revenus pour une famille », dit France. Pour l’heure, leur production n’est pas vendue mais leur permet de se nourrir. Elles tirent leurs ressources monétaires des formations qu’elles organisent à partir de leurs expérimentations, et de différents fonds européens et régionaux. Elles emploient trois personnes en comptant France, une jardinière et un responsable technique.

Les jardins urbains, mis en place à Grasse ou encore à Biot, permettent de propager la pratique permacole. Ainsi, le toit du parking Martelly à Grasse se transforme en atelier de jardinage trois fois par semaine, au bonheur des résidents de ce quartier défavorisé.

Sur leur terrain, Corinne et France ont aussi créé un jardin participatif où les habitants du coin peuvent venir apprendre les techniques de la permaculture, tout en participant à l’entretien du jardin : « C’est le principe d’échange d’énergie contre du savoir, explique France, c’est surtout un moment convivial où il y a un brassage impressionnant d’origines sociales, le toubib côtoie le RMIste ».

Cette vocation sociale, France l’avait déjà mise en pratique en lançant Mosaïcité en 2004, une association qui promeut la réinsertion à travers la mosaïque. « Mettre du beau dans la vie des gens et leur prouver qu’ils ont des talents, c’est important pour moi ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La permaculture se présente aux urbains

Source et photos : Mathilde Gracia pour Reporterre.

Première mise en ligne le 30 avril 2014.

THEMATIQUE    Agriculture
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste


Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Mathilde Gracia (Reporterre)