14 %
Objectif 30 000 €

En Suède, la maison naturelle fait pousser fruits et légumes

7 juillet 2016 / Margot Hemmerich et Charles Perragin (Reporterre)



Le concept de maison naturelle, entourée d’une serre créant un microclimat, permet d’utiliser l’énergie de l’environnement pour chauffer les habitations. Il s’inscrit dans la dynamique de transition énergétique portée par les pouvoirs publics de ce pays scandinave depuis près de trente ans.

- Stockholm (Suède), reportage

À 17 heures, le soleil commence à décliner et la véranda se teinte d’une chaude lumière printanière. Au niveau du toit, les stores électriques se replient complètement pour laisser apparaître une vaste baie vitrée. Elle enveloppe une grande bâtisse en bois aux reflets d’or, simplement nappée d’une couche d’huile de lin. À quelques kilomètres au sud-ouest de Stockholm s’élève la « maison-serre » de Charles et Marie Sacilotto. 300 mètres carrés intégralement entourés d’une vitre épaisse de 4 millimètres. Entre la maison et la structure en verre, une nature, inconnue du royaume scandinave, émerge. Des pousses de tomates et quelques plantes aromatiques étreignent les barres métalliques d’un escalier en colimaçon. Des concombres, mais aussi des figues, mûrissent doucement. Il y a même une petite mare remplie de poissons rouges.

JPEG - 281.1 ko
Fruits et légumes inconnus en Suède peuvent pousser sous la serre.

Une idée saugrenue ? Pas tant que ça dans le pays. Sur le plan écologique, la maison permet de limiter les basses températures, et donc de produire tout au long de l’année des fruits et des légumes. Unique dans le pays, mais également en Europe, le concept est issu de l’imagination d’un homme, Bengt Warne, architecte spécialiste de l’écologie en Suède. Dans les années 1980, il est le premier à avoir développé ce modèle de maison « naturelle » — ou nature house, en anglais — dans la banlieue de Stockholm.

« La maison fonctionne comme un capteur solaire » 

Jeune français fraîchement installé en Suède, Charles Sacilotto est immédiatement séduit, et décide en 2004 de travailler avec Bengt Warne pour faire construire sa propre maison-serre. « La maison fonctionne comme un capteur solaire qui accumule l’énergie du soleil pendant la journée. » En moyenne, Charles et sa femme, Marie, disent gagner trois à quatre mois de chauffage chaque année. « Dès le mois de mars, la chaleur du soleil suffit à rendre la température agréable à l’intérieur », assure le quarantenaire.

Ancien ingénieur d’EDF à la centrale nucléaire de Cruas, et aujourd’hui professeur de mathématiques physiques et techniques au lycée de Nacka, petite commune de la banlieue de Stockholm, Charles en connait un rayon sur la thermodynamique. Il explique avoir construit sa maison pour qu’elle soit active : « Aujourd’hui, on parle beaucoup des habitats passifs, mais notre maison, au contraire, est plutôt active. » La carapace joue en effet le rôle d’un catalyseur : dès que les premiers rayons du soleil s’infiltrent dans la serre, l’air se réchauffe très vite. « Par temps clair, s’il fait - 2 °C à l’extérieur, nous pouvons atteindre 15 ou 20 °C dans la serre. » En revanche, la différence de température s’évanouit dès que le soleil disparaît. Mais Marie a son idée : « Il faudrait que nous puissions stocker l’énergie solaire, avec du sel liquide par exemple, et là nous deviendrions autonomes en énergie. »

JPEG - 473.6 ko
Charles Sacilotto.

L’autonomie, le couple y pense depuis le début, même si l’objectif initial était simplement de consommer moins d’énergie, pour des raisons évidemment écologiques. Des vignes tissent peu à peu leurs nervures sur un pan intérieur de la façade en verre. Charles est satisfait. En Suède, les raisins ne poussent pas dans les épaisses forêts de bouleaux et de pins. « Nous avons ici des grappes bien sucrées pour faire du jus. Si je travaillais moins, l’idéal serait de cultiver tous les fruits et légumes dont nous avons besoin pour devenir autosuffisants. » Le toit fait pour l’instant office de terrain de jeu. Mais il sera bientôt transformé en potager. Une belle exposition au soleil qui permettra à Charles Sacilotto de faire pousser des melons. En attendant, même s’il continue d’acheter certains produits, il jouit tout de même de certains avantages. « En plus des tomates, des concombres et du raisin, nous cultivons déjà beaucoup d’oignons et de pommes de terre », sourit-il.

Adéquation entre les initiatives locale et les politiques publiques en matière énergétique

Innovante, écologique, la maison de Charles et Marie a bien trouvé sa place dans le paysage suédois. Elle illustre d’ailleurs parfaitement l’adéquation entre les initiatives locales et les politiques publiques en matière énergétique.

Selon une étude publiée par Michel Cuciani dans les études de l’Ifri (l’Institut français des relations internationales) en juin 2016 [1], la Suède présente la particularité d’avoir engagé de manière précoce une transition énergétique efficace et durable. « Fin 2014, la Suède pouvait afficher une consommation en énergie finale à 52 % d’origine renouvelable. (…) En ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, le pays présentait en 2013 la plus faible empreinte carbone de l’Union européenne, aussi bien au regard de son PIB que mesurée par habitant », écrit l’auteur.

JPEG - 253.1 ko
La vigne court le long de la structure de la serre.

En plus d’une taxe sur les émissions de CO2, la Suède a mis en place dans les années 1990 des subventions pour les collectivités locales. Le gouvernement privilégie alors les réseaux de chaleur alimentés aux bioénergies, et les particuliers qui acceptent d’être raccordés à ce réseau. Un lien fort avec le local, qui a permis l’émergence des ces fameuses Naturhus, comme celle de la famille Sacilotto. « Au début, quand j’ai lu le livre de Warne, écrit avec la célèbre romancière suédoise Marianne Fredricksson, il parlait de vivre en harmonie avec la nature. Pour moi c’était de la science-fiction. » Et pourtant, même si ces projets restent coûteux — 90.000 euros rien que pour la serre —, et peu répandus — quatre maisons de ce type dans la banlieue de Stockholm — ils ont le mérite d’exister, et d’orienter la recherche et les politiques publiques. C’est ainsi que l’année dernière, l’agence Tailor Made achève la rénovation d’une grange dans le sud du pays (« Nature House Uppgrenna »), dans le prolongement de la Naturhus et son principe d’écologie active : utiliser l’énergie de l’environnement plutôt que d’isoler l’habitat. Un bijou de technologies regroupant des logements, des espaces de détente, des activités de loisirs et une production agricole.

50 % d’énergies renouvelables en 2020 

Depuis trente ans, les politiques énergétiques n’ont cessé d’aller dans ce sens. En 2009, conformément à une directive européenne relative à l’efficacité energétique, le Parlement suédois adopte un ensemble de mesures et d’objectifs chiffrés, toujours poursuivis aujourd’hui par la nouvelle majorité en place. Ces objectifs prévoient d’atteindre 50 % d’énergies renouvelables en 2020, et de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990.

JPEG - 210.5 ko
Le projet Nature House Uppgrenna de Tailor Made.

Selon l’Agence suédoise de l’énergie, la Suède se place aujourd’hui en première position parmi les membres de l’Union européenne avec 36 % d’énergies renouvelables ; enfin, le nucléaire continue d’occuper une place importante, puisqu’il représente près d’un tiers de la production. À plus long terme — à l’horizon 2050 — le pays vise la neutralité carbone.

Un modèle pour les pays voisins. Mais avant de calquer l’exemple suédois, à échelle individuelle, les habitants pourront toujours s’inspirer de l’initiative personnelle des Sacilotto. Tous les ans, Charles et Marie reçoivent déjà la visite d’une cinquantaine de personnes qui souhaitent bâtir leur propre maison-serre. Une présentation de leur maison sur Youtube atteint même les deux millions de vues. Et « le concept pourrait tout à fait voir le jour dans certains départements français, comme dans le Nord ou en Bretagne », assure l’ingénieur.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1La transition énergétique en Suède, étude de l’Ifri.


Lire aussi : Dans sa maison, Amory Lovins cultive les bananes‏ sous la neige et sans gaspiller d’énergie

Source : Margot Hemmerich et Charles Perragin pour Reporterre

Photos : © Charles Perragin/Reporterre

DOSSIER    Habitat

3 décembre 2016
Cuba, le pays de l’agriculture biologique
Reportage
2 décembre 2016
Grâce à vous, les prochains temps forts de Reporterre
Edito
2 décembre 2016
Une soupe chez BNP Paribas pour mettre l’évasion fiscale sur la table
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Habitat





Du même auteur       Margot Hemmerich et Charles Perragin (Reporterre)