En finir avec la discrimination des animaux

Durée de lecture : 1 minute

16 février 2018 / Sous la direction de Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier et Pierre Sigler

  • Présentation du livre par son éditeur :

Êtes-vous spéciste ? Autrement dit, refusez-vous de prendre en compte les intérêts de certains animaux, uniquement parce qu’ils sont d’une autre espèce que la nôtre ? Si c’est le cas, vous commettez une discrimination arbitraire, similaire à celle que les racistes opèrent à partir de la race ou l’ethnie. C’est en tout cas la thèse de ce livre, qui entreprend une déconstruction en règle de ce spécisme.

Constitué de textes fondamentaux du mouvement anti­spéciste français et d’articles inédits, il montre l’inanité aussi bien de l’idéologie qui oppose la nature à la culture que des éthiques fondées sur une hiérarchie des êtres. À la place, il promeut une éthique plus juste, qui prend en compte les intérêts de l’ensemble des êtres capables d’être affectés en bien ou en mal par ce qui leur arrive, c’est-à-dire de tous les êtres éprouvant des sensations, des émotions et des sentiments.

L’antispécisme nous invite ainsi à opérer une révolution dans nos rapports aux animaux humains et non humains — y compris les animaux sauvages.


  • La révolution antispéciste, sous la direction de Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier et Pierre Sigler, éditions PUF, février 2018, 17 €.

DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Culture et idées
9 avril 2020
Comment les grandes fortunes redorent leur image grâce au coronavirus
Info
8 avril 2020
Coronavirus : aux Pays-Bas, le gouvernement mise sur le « confinement intelligent »
Reportage
9 avril 2020
Contre le virus, les plantes sauvages sont des alliées
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Culture et idées