En ville, les oiseaux sont les champions de l’adaptation

23 décembre 2015 / Montaine Delmotte (Reporterre)



La ville, néfaste à la biodiversité ? Ce n’est pas le cas pour les oiseaux, dont les populations augmentent, notamment à Paris. La Ville lumière, malgré des désavantages, est digne d’intérêt pour les volatiles, qui parviennent à s’y adapter.

Qui n’a jamais râlé en retrouvant une fiente de pigeon sur sa voiture ? C’est que les oiseaux, même s’il n’est pas simple pour eux de vivre en ville, s’y trouvent de mieux en mieux. « Contrairement à une idée reçue, le nombre d’espèces capables de se reproduire en milieu urbain a augmenté au cours du XXe siècle, spécialement depuis 1950, et le phénomène continue », indique Frédéric Malher, vice-président du Centre ornithologique d’Île-de-France (Corif), dans son article « Les oiseaux en ville, une surprise qui s’explique ». Mais la diversité de ces espèces reste faible.

D’après le Corif, les oiseaux les plus courants à Paris en 2013 sont le pigeon biset, le martinet noir, le moineau domestique et l’étourneau sansonnet.

JPEG - 275.2 ko
Les étourneaux sansonnets font partie des espèces les plus communes à Paris.

On y trouve aussi des espèces plus surprenantes. Tel cet oiseau paré d’un plumage vert jaune, d’une longue queue et d’un bec crochu, large et arrondi, de couleur rouge rose. Avez-vous deviné qui il est ? C’est la perruche à collier, qui vit en Afrique centrale (Ouganda) et en Asie du Sud (Inde et Sri Lanka). On présume que les premiers individus installés à Paris se sont échappés de conteneurs d’avions-cargos à Orly et à Roissy entre les années 1970 et 1990.

JPEG - 94.9 ko
Les perruches à collier, venues de loin, se sont bien acclimatées dans les grandes villes.


Les espèces qui se plaisent à Paris sont globalement des espèces grégaires d’origine forestière. Côté alimentation, elles sont omnivores (elles mangent de tout) et opportunistes (elle profitent des restes alimentaires des autres espèces). Côté habitat, elles sont sédentaires et préfèrent nicher dans des cavités en hauteur. Ces espèces sont donc capables de s’adapter au milieu urbain et à ses conditions. « On les trouve un peu partout, surtout dans les bois de Boulogne et de Vincennes », indique David Bismuth, d’Ornithomédia, un portail d’information sur l’étude et l’observation des oiseaux. Très peu d’espèces ont disparu de Paris. Seules ont déserté la capitale des espèces migratrices, insectivores et nichant assez bas.

En ville, les oiseaux souffrent de... malbouffe

Les oiseaux choisissent de s’installer dans les villes comme Paris car ils y trouvent de nombreux avantages. La température, supérieure de 2 à 3 °C à la campagne environnante, en est un : durant l’hiver, ils ont moins froid. Leur période de reproduction est donc plus longue, explique Frédéric Malher, vice-président du Corif, dans son article déjà cité.

JPEG - 162.4 ko
Un moineau domestique.

« Les oiseaux de Paris, originaires des montagnes ou des falaises, se plaisent sur les toits des nombreux bâtiments » qui remplacent leur habitat d’origine, indique-t-on, par téléphone, à Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité d’Île-de-France. La nourriture est abondante et disponible sans effort. En conséquence, il y a « moins de compétition avec les autres oiseaux qu’à la campagne », poursuit-on, à Natureparif. Les espèces bénéficient aussi de la politique de réduction des pesticides menée par la municipalité. Pas non plus de chasseurs pour leur tirer dessus, et un peu moins de prédateurs. Ces avantages sont tels que certaines espèces comme le pigeon biset, le moineau domestique, l’hirondelle des fenêtre et le martinet noir auraient du mal à survivre en-dehors des villes et en sont dépendantes.

Mais paradoxalement, la vie en ville n’est pas toujours facile pour ces petites boules de plumes. Premier piège : la malbouffe. Que faites-vous si vous avez devant vous un plat préparé ou les ingrédients pour cuisiner ? Vous préférez la facilité. Chez les oiseaux, c’est la même chose. Ils choisissent les restes de nourriture et les aliments distribués par les humains, plutôt que les insectes, graines et autres becquées qu’ils doivent chercher dans la nature. Mais les aliments des humains ne sont pas les meilleurs pour les volatiles : « Cette alimentation inadaptée provoque une baisse de l’espérance de vie et des taches blanches sur le plumage des corneilles », constate-t-on au Corif. Elle empêche même les jeunes oiseaux de s’envoler.

Prédateurs redoutables

Les espaces verts, qui abritent les oiseaux, sont peu nombreux et éloignés les uns des autres. Le nombre d’animaux y augmente et entraîne une surpopulation. Le niveau sonore lié à la circulation les oblige à s’adapter. « Les oiseaux urbains, pour compenser les problèmes de bruit de la ville, chantent plus tôt, plus fort ou plus aigu, et de manière plus variée », observe Frédéric Malher. L’éclairage public, la pollution chimique et les ondes électromagnétiques les gênent aussi.

Les chats de compagnie des humains se révèlent enfin des prédateurs redoutables pour les volatiles urbains, comme le montre une enquête de la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

JPEG - 142.2 ko
Le chat est un prédateur féroce pour les oiseaux des villes.

Malgré tous les inconvénients de la ville pour les oiseaux, leur présence est importante. Elle participe à « un écosystème », indique-t-on à la LPO. « Elle crée de la biodiversité et un équilibre écologique », précise David Bismuth, d’Ornithomédia. En effet, les oiseaux limitent la prolifération des insectes, leur met préféré. Cette biodiversité urbaine est « importante pour la santé des citadins », estime Frédéric Malher, dans son article. Avec un aspect à ne pas négliger, pour M. Bismuth : « Le plaisir des yeux, bien sûr ! »

Les villes prennent conscience de la problématique des oiseaux, notamment la ville de Paris. « La capitale a mis en place un plan biodiversité et essaye de gérer les problèmes qu’ils peuvent », observe Natureparif. « Paris met en œuvre des politiques de réduction des pesticides », signale Frédéric Malher. La Ville lumière « limite aussi la pollution lumineuse en éclairant moins la nuit. En plus, cela permet des économies ! » explique Denis Couvet, professeur au Muséum national d’histoire naturelle. Il y a de l’idée, mais tout n’est pas parfait. « Paris fait élaguer les arbres » qui sont le refuge des oiseaux et « l’herbe y est trop souvent coupée », explique la LPO.

Il existe pourtant des solutions simples à quelques-uns de ces problèmes. « Tondre l’herbe deux à trois fois par an suffit. Dans les copropriétés, les propriétaires peuvent se mettre d’accord pour laisser pousser le gazon dans le parc ou la parcelle de végétation appartenant aux immeubles », poursuit la LPO.

Comment les aider ?

Paris a également posé des nichoirs pour les faucons pèlerins, une espèce qui s’était raréfiée dans les années 1950 à cause des pesticides. Avec succès : un couple de faucons résidant dans le XVe arrondissement a donné naissance à trois petits en 2013, une première depuis 1947 !

« On pourrait enherber les toitures et mettre d’autres nichoirs pour d’autres espèces d’oiseaux », continue la LPO. Mais aussi, renforcer le ramassage des déchets, aménager des espaces verts et des friches y compris en centre-ville...

Les villes ne sont pas seules à pouvoir agir. Vous aussi, vous pouvez aider les oiseaux ! L’hiver, n’hésitez pas à nourrir les passereaux avec des graines et d’autres aliments spécialisés. Cette nourriture, riche en calories, leur convient bien pendant les périodes de gel, car ils consomment énormément d’énergie. Mais gare au pain, qui leur fait gonfler le ventre et provoque des troubles digestifs. N’oubliez surtout pas de mettre de l’eau à leur disposition car les points d’eau les plus proches sont souvent à un ou plusieurs kilomètres de là. Pensez aussi à la changer le plus souvent possible.

JPEG - 138.4 ko
L’hiver, il est conseillé de donner des graines aux oiseaux.

L’hygiène a aussi son importance : il faut régulièrement nettoyer les mangeoires et leurs alentours pour retirer fientes, restes alimentaires et éviter la transmission de maladies. Installez aussi des nichoirs.

JPEG - 165.4 ko
Quand il gèle, les oiseaux dépensent énormément d’énergie.

Si vous voulez aussi aider les autres oiseaux, plantez des arbres à baies dans votre jardin, si vous en avez un. Enfin, évitez l’utilisation de pesticides pour préserver la santé de nos amis les bêtes.


À TÉLÉCHARGER

- Le rapport d’activité 2013 de l’Observatoire régional des oiseaux communs à Paris.

PDF - 3.1 Mo
Le rapport d’activité 2013 de l’Observatoire régional des oiseaux communs à Paris.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Sauver les oiseaux devant son ordinateur

Source : Montaine Delmotte pour Reporterre

Photos : ©Montaine Delmotte/Reporterre
. Chapô : Un pigeon biset.



Documents disponibles

  Le rapport d’activité 2013 de l’Observatoire régional des oiseaux communs à Paris.
DOSSIER    Animaux

29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info
30 septembre 2016
En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir
Alternative
29 septembre 2016
« L’Homme qui plantait des arbres » : quand l’œuvre de Giono s’enracine au pied de La Défense
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux