Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Enquête — Culture et idées

Enquête sur l’écofascisme : comment l’extrême droite veut récupérer l’écologie

« Tuer les envahisseurs » pour « sauver l’environnement », « sauvez les abeilles pas les migrants »... L’extrême droite s’approprie les fondements de l’écologie pour légitimer ses discours de haine. L’écofascisme se propage en France, et le péril est imminent.

[1/2 La menace écofasciste] - L’écofascime est déjà une réalité. En Europe comme en France, l’extrême droite accapare les fondements de l’écologie pour justifier ses discours identitaires et nationalistes. Qui sont les écofascistes ? Pourquoi s’approprient-ils l’écologie ? Une alliance avec Éric Zemmour est-elle possible ? Reporterre a mené l’enquête, en deux parties.



Le fond de l’air est brun et les nostalgiques du fascisme [1] se drapent de vert. À l’extrême droite, aujourd’hui, une nébuleuse de groupuscules s’accapare les thèses de l’effondrement et utilise l’écologie pour nourrir leur obsession identitaire. La menace est réelle et la situation inédite, alimentée à la fois par le péril climatique, la crise migratoire et la banalisation des discours xénophobes. La tentation « écofasciste » est, plus que jamais, d’actualité.

Certains groupes appellent à créer « des Zones identitaires à défendre » (Zid), d’autres achètent des fermes à la campagne pour « défendre les terroirs », d’autres s’arment lourdement en prévision d’une hypothétique guerre civile. Certains apprennent les rudiments de la vie sauvage en pleine nature et se revendiquent de la décroissance. Fruit d’un bricolage idéologique déconcertant, ces mouvances mêlent culture de l’alimentation saine et fascination pour les armes, haine des migrants et jardinage, virilisme et néopaganisme [2].

Les autorités commencent à y être attentives. Le coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, Laurent Nuñez, évoque « un mouvement qui se développe », à l’image des suprémacistes blancs aux États-Unis, et qui « n’hésite pas à appeler à des techniques de clandestinité et à la pratique du survivalisme ». Dans le contexte de la catastrophe environnementale, ces courants disparates marquent une recomposition en profondeur du mouvement fasciste.

« L’homme doit défendre son biotope contre les espèces invasives »

« L’écologie est une aubaine pour eux, explique à Reporterre le philosophe Dominique Bourg. Elle leur permet de se rénover, de se réaffirmer et de reprendre une importance dans l’époque. » Pour lui, cette récupération est, somme toute, logique : « Cela fait des décennies qu’ils fantasment le déclin. Le changement climatique apporte de l’eau au moulin. Il nourrit leur croyance en l’apocalypse, nourrit aussi leur imaginaire marqué par la peur de l’invasion et de la disparition. »

Dès 1999, un des idéologues de l’extrême droite, Guillaume Faye, prédisait « un choc des civilisations » et une « convergence des catastrophes », économique, géopolitique et environnementale. Pour les fascistes, la prophétie serait en train de se réaliser. La crise climatique accélérerait le « grand remplacement », théorie popularisée par l’écrivain Renaud Camus qui prétend que les « peuples européens », dits « de souche », seront peu à peu remplacés par les peuples issus de l’immigration. Pour y résister, les écofascistes pensent qu’il va falloir accaparer et protéger les rares territoires où les« populations de souche » pourraient encore vivre, et lutter contre « les hordes de migrants » qui fuient les autres continents devenus inhospitaliers.

L’écologie sert ici de paravent à une pensée ségrégationniste. Depuis les années 1970, les intellectuels du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (Grece) en sont les principaux instigateurs. Ils mènent un travail idéologique pour incorporer les thèmes de l’écologie à l’extrême droite. Le philosophe Alain de Benoist, le fondateur du Grece, se dit lui-même décroissant [3] et utilise le concept de nature pour légitimer « la sélection, l’inégalité et la hiérarchie ».

Renaud Camus prétend que les « peuples européens » seront peu à peu remplacés par les peuples issus de l’immigration. Flickr/CC BY 2.0/Renaud Camus

Au creux de ces théories résident la haine de l’autre, le culte de la frontière et la hantise du métissage. « La vraie écologie se doit de préserver la diversité humaine par le maintien des grandes races dans leur environnement naturel », écrit ainsi Alain de Benoist. « L’homme doit défendre son biotope contre les espèces invasives. Il faut protéger les écosystèmes, à commencer par les écosystèmes humains que sont les nations », poursuit dans la même lignée Hervé Juvin. Ce cadre du Rassemblement national a créé l’association Les localistes ! avec l’ancien membre de la France insoumise Andréa Kotarac. Dans son manifeste, ce mouvement assure que « toute la France est une zone à défendre ».

« Cette approche est ethnodifférentialiste, explique à Reporterre l’historien Stéphane François. Il ne s’agit plus d’établir une hiérarchie entre des races biologiques, mais de tracer des frontières étanches entre des “cultures” ou des “civilisations”. » Cette vision correspond à ce que le philosophe Malcom Ferdinand désigne sous le nom « d’écologie de l’arche de Noé ». Par écofascisme, il faudrait entendre une politique désireuse de préserver les conditions de vie sur Terre, mais au profit exclusif d’une minorité, blanche de surcroît.

« Embarquer sur l’arche de Noé, c’est d’abord acter d’un point de vue singulier, d’un ensemble de limites tant dans la charge que peut supporter la Terre que dans la capacité de son navire. Monter sur l’arche de Noé, c’est quitter la Terre et se protéger derrière un mur de colère. C’est adopter la survie de certains humains et non humains et légitimer le recours à la sélection violente de l’embarquement », écrivait le chercheur dans son livre Une écologie décoloniale.

« Il faut tuer les envahisseurs et ainsi sauver l’environnement »

Cette vision n’est pas seulement théorique. Elle se traduit aussi en actes. Le 15 mars 2019, à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, un homme équipé d’armes de guerre, Brenton Tarrant, a ouvert le feu dans une mosquée, tué 51 personnes et blessé 49 autres. Quelques minutes auparavant, il diffusait un manifeste de soixante-quatorze pages dans lequel il détaillait son parcours idéologique et se revendiquait ouvertement « écofasciste ». « L’immigration et le réchauffement climatique sont deux faces du même problème, écrivait-il. L’environnement est détruit par la surpopulation, et nous, les Européens, sommes les seuls qui ne contribuent pas à la surpopulation. [...] Il faut tuer les envahisseurs, tuer la surpopulation, et ainsi sauver l’environnement. »

Le 3 août de la même année, un autre attentat s’est déroulé à El Paso, au Texas, dans un supermarché fréquenté par des Hispaniques. Patrick Crusius a tué 23 personnes et en a blessé 26 autres à l’arme automatique. Son manifeste est encore plus révélateur que celui de Brenton Tarrant : « Notre style de vie détruit notre environnement. Il crée une dette massive pour les générations futures. [...] J’aime les habitants de ce pays, mais ils sont tous trop têtus pour changer leur façon de vivre. Dans ces conditions, la prochaine étape est de réduire le nombre de gens qui consomment des ressources en Amérique. Si nous pouvons nous en débarrasser en quantité suffisante, alors notre mode de vie pourra devenir un peu plus viable sur le long terme. » Plus loin, dans son manifeste, il déclarait s’être préparé toute sa vie à un futur qui n’existe pas.

Ces deux affaires sont loin d’être des épiphénomènes. En Europe, plusieurs groupuscules armés se revendiquent aussi de l’écofascisme, tandis que de nombreuses personnes d’extrême droite pratiquent le survivalisme. Selon Stéphane François, « le noyau des militants écofascistes compte en France 200 à 300 personnes. Autour, il y a une nébuleuse plus diffuse où ce type d’idées se propage notamment par des revues comme Éléments, Terre et peuple, Réfléchir et agir ou la maison d’édition Culture & Racines. Leur lectorat tourne autour de 20 000 personnes ».

Ces revues prônent une conception romantique de l’écologie, faisant la part belle aux poètes régionaux — Giono, Mistral, etc. — et aux classiques de la bibliothèque néonazie française — Saint-Loup ou Robert Dun, un ancien SS précurseur d’une écologie racialiste. Contre une écologie « colonisée par la gauche cosmopolite », leur écologie promeut la figure du paysan enraciné dans son milieu régional et fait le lien entre le peuple, la terre et le sang. Leur écologie est inséparable d’une certaine vision du nationalisme, et vient justifier la nécessité d’une révolution à la fois anticapitaliste et identitaire.

Avec le numérique, ces messages trouvent désormais encore plus d’écho. Ils circulent via les réseaux sociaux, les chaînes YouTube et les messageries cryptées. Au cours de son enquête, Reporterre s’est glissé dans plusieurs groupes écofascistes qui échangent sur l’application Telegram. Ils s’appellent NEO (195 abonnés) ou Ecofash propaganda (2 600 abonnés). Ses membres diffusent en toute tranquillité des visuels et des textes de propagande appelant « à défendre notre race » et vantant pêle-mêle « l’écologisme aryen », la vie dans les bois ou les méfaits de la révolution industrielle. On retrouve aussi des slogans comme « Sauvez les abeilles pas les migrants » ou « La terre ne ment pas ».

Les images qui circulent sur les réseaux sociaux écofascistes :


« Ce pays mérite une guerre civile raciale bien sale »

Récemment, en France, plusieurs affaires judiciaires ont révélé l’imminence du péril. Le parquet antiterroriste a d’ailleurs été saisi à plusieurs reprises. Mardi 23 novembre 2021, un groupe de survivalistes d’extrême droite nommé Recolonisons la France et composé de treize personnes a été arrêté par les forces de l’ordre qui ont découvert un arsenal de 130 armes lors de l’interpellation. Les membres de ce groupe sont jeunes et issus de la gendarmerie. Cette structure se définissait comme un « groupe communautaire de survivalistes patriotes ».

Quelques jours auparavant, deux militants d’ultradroite étaient également arrêtés en Occitanie. Ils prévoyaient de faire un attentat et se qualifiaient « d’accelérationistes ». Ils étaient persuadés de l’arrivée de l’effondrement et de la guerre civile, et souhaitaient encourager des affrontements entre communautés.

En octobre dernier, trois autres survivalistes d’extrême droite ont été mis en examen dans la région de Saint-Étienne (Loire), après la découverte de plusieurs armes et munitions à leur domicile. Sur l’un des terrains perquisitionnés, une base de vie avait été organisée avec un important stock de vivres et de médicaments. Un pistolet-mitrailleur, un fusil d’assaut, deux fusils à pompe et trois grenades, ainsi que 2 500 munitions avaient également été retrouvés.

Il y a tout juste un an, dans le Puy-de-Dôme, un homme de 48 ans assassinait trois gendarmes et en blessait un quatrième. Il était armé d’un Glock et d’un fusil d’assaut AR-15 et possédait des équipements de combat. Selon le procureur, Éric Maillaud, le forcené était « catholique, très pratiquant, voire extrémiste. Survivaliste. Il semblerait qu’il était convaincu de la fin du monde prochaine ».

De manière générale, le courant survivaliste est très perméable aux idées d’extrême droite. Il est également bien présent au sein de la police. Dans une enquête, en juillet 2020, Mediapart avait révélé les échanges entre plusieurs membres des forces de l’ordre à Rouen (Seine-Maritime). Des policiers se définissaient eux-mêmes comme fascistes et adeptes du survivalisme, et stockaient armes et vivres. « Ce pays mérite une guerre civile raciale bien sale » ; « Moi, je veux un État normand, fasciste, barbare, et qu’on se retrouve entre nous, entre Blancs », écrivaient-ils sur leur groupe privé WhatsApp.

« La véritable nature des Européens, c’est d’être un Waffen SS »

« À son origine, le survivalisme est issu d’une pensée profondément réactionnaire », rappelle le sociologue Bertrand Vidal. Le mouvement a été créé pendant la guerre froide face à la menace soviétique. « Ses fondateurs, dont Kurt Saxon, écrivaient des conseils de survies et des fictions édités par l’imprimerie du parti nazi étasunien. À la base du survivalisme, il y a une conscience dichotomisante du monde : d’un côté il y aurait les élus, les winners de la fin du monde, et de l’autre côté les damnés de la terre, ceux qui méritent de disparaître. Logiquement, l’extrême droite a pu se lover dans cette vision. »

En 2016, un des pontes du survivalisme, Piero San Giorgio, déclarait que la véritable nature des Européens, « c’est d’être un Waffen SS, un lansquenet, un conquistador... ». Il ajoutait qu’« on fait en sorte que des gens qui n’auraient pas dû exister existent... on sauve les malades, les handicapés... c’est très bien, ça donne bonne conscience, mais c’est pas comme ça qu’on construit une civilisation, c’est comme ça qu’on la détruit ».

Son livre Survivre à l’effondrement économique s’est très largement vendu et a été traduit en dix langues. Dans ses ouvrages, il théorise le concept de « base autonome durable » (BAD) comme moyen de survie. Selon lui, il faut acquérir des propriétés dans des zones rurales afin d’y établir des bases retranchées autosuffisantes tant au niveau alimentaire qu’énergétique, avec de quoi tenir une période difficile, pour participer à une guerre civile qu’il juge inéluctable.

Piero San Giorgio organise avec le fasciste Alain Soral et son association Égalité et Réconciliation des stages de survie dans le sud de la France près de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Il a aussi assuré la promotion d’articles de survivalisme sur le site de commerce en ligne Prenons le maquis d’Alain Soral, dont il a été partenaire et actionnaire. Une affaire florissante. Alain Soral lui-même s’est installé à la campagne. Il a acheté à Ternant, dans la Nièvre, une ferme au lieu-dit La Souche. À l’extrême droite, plusieurs militants ont fait le choix d’un retour à la terre ou, du moins, d’une vie loin des métropoles. Ce repli à la campagne est vu comme une première étape, avant de repartir à la reconquête du territoire.

Des travaux sur la ferme bourguignonne d’Alain Soral et de ses adeptes, en 2014. Capture d’écran d’une vidéo d’Égalité et Réconciliation.

Génération identitaire invite ainsi à « développer des stratégies de résilience communautaire dans des espaces abandonnés » pour « y susciter une économie qui nourrit ses membres ou une partie importante ». « Cela ne pourra se faire qu’à la campagne », précise l’un de ses porte-parole, Clément Martin, dans un récent article. « Dans toute guerre, il y a une avant-garde et une arrière-garde : les deux positions ne se contredisent pas, elles sont complémentaires. Il s’agit de garder à l’esprit que pour perdurer, notre idéal doit s’incarner dans des familles où les enfants sont heureux de grandir au cœur d’un terroir préservé. C’est pourquoi il est impératif de reconquérir nos campagnes et d’en faire nos Zid : zones identitaires à défendre », écrivait-il.

Ces projets avancent en souterrain. Même l’Action française appelle ses « patriotes » à s’enraciner. Plusieurs « fermes nationalistes » ont déjà été créées. La plus connue s’appelle la Desouchière, à Mouron-sur-Yonne (Nièvre). Ses membres prônent une vie en communauté seulement entre « Blancs », « au cœur du Morvan, en vieux pays celtique, là où de tout temps une rude race a vécu avec ténacité et indépendance ». Ils avaient associé à son projet une Amap [4] dans l’agglomération dijonnaise et proposé un assortiment de produits locaux estampillé du blason de la Bourgogne.

Le retour à la campagne est dans l’air du temps. Logan Alexandre Nisin, en prison depuis quatre ans après avoir projeté de faire des attentats avec son groupe OAS, était également le trésorier de l’association France-Village. Celle-ci avait pour ambition d’acheter un petit village pour « sauver la race blanche ».

L’écofascisme n’a donc rien d’un fantasme, il est déjà une réalité. Demain, Reporterre reviendra sur ses origines historiques et sa récente conquête des esprits, sa porosité avec certains milieux écologistes et sa possible alliance avec la candidature d’Éric Zemmour.


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende