Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Agriculture

Extinction Rebellion a occupé une ferme abandonnée dans les Yvelines

Le week-end du 23-24 novembre 2019, dans les Yvelines, Extinction Rebellion a occupé une ferme abandonnée avec d’autres associations locales. Le collectif exige « la remise en culture de ces terres nourricières », ainsi que « la protection contre tout projet d’urbanisation et de destruction des écosystèmes ». 80 militants se sont installés illégalement sur les lieux pendant deux jours, organisant un camping à proximité du corps de ferme et en plantant un début de verger.

La ferme, propriété de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, est délaissée depuis maintenant quatre ans. Les champs se sont embroussaillés et les serres, en partie, effondrées. Les militants craignent désormais le bétonnage de ces terres agricoles et le développement de projets immobiliers.

« Ce serait une aberration », estiment les militants. Le département des Yvelines manque cruellement de terres agricoles. D’après l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), en trente ans, elles ont diminué de 9 %. Les sols conquis par l’immobilier ont augmenté de 31 %.

Plusieurs maraîchers se sont portés candidat pour reprendre la ferme afin de continuer son exploitation en agriculture biologique mais la communauté d’agglo ne leur a pas donné de réponse. Depuis plusieurs années, les associations se confrontent à son silence, d’où l’idée de renforcer la mobilisation.

« Cette action montre aussi la volonté chez Extinction Rebellion de nous insérer désormais dans des luttes plus locales, là ou on vit et d’apporter notre force à des collectifs déjà existants », explique à Reporterre une militante d’XR. « Chaque groupe local va se mobiliser dans les mois qui viennent sur son territoire », pense-t-elle.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende