Femmes de chambre en grève à l’hôtel Ibis : « La sous-traitance, c’est la maltraitance »

Durée de lecture : 10 minutes

8 janvier 2020 / Alexandre-Reza Kokabi et NnoMan (Reporterre)



En grève depuis le 17 juillet 2019, les femmes de chambre de l’hôtel Ibis Clichy-Batignolles, à Paris, continuent de lutter pour mettre fin à la sous-traitance et décrocher de meilleures conditions de travail. Les négociations avec la direction s’enlisent, mais l’espoir et la détermination ne fléchissent pas. Avant elles, d’autres femmes de chambre ont remporté ce combat.

  • Paris, reportage

Devant l’entrée de l’hôtel Ibis Batignolles, dans le 17e arrondissement de Paris, deux grandes galettes des rois — baptisées « galettes des reines » — et des bouteilles de cidre sont disposées sur un tréteau, à côté d’une caisse de grève. Une enceinte crache un morceau du rappeur français MHD et des drapeaux de la CGT ondoient au souffle du vent frais. Ce mardi 7 janvier, comme tous les jours depuis bientôt six mois, une quinzaine de femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de l’hôtel tiennent un piquet de grève sur le parvis, emmitouflées dans leur doudoune. Là, les clients de l’hôtel ne peuvent pas les rater. « Nous ne sommes plus des invisibles », dit en souriant Rachel Kebe, gouvernante au sein de l’établissement.

Le 17 juillet 2019, Rachel et vingt-sept de ses collègues ont cessé le travail. Elles ont déposé un préavis de grève illimitée pour dénoncer leurs salaires « déplorables », des conditions de travail « infernales » et obtenir la reconnaissance de leur « dignité de travailleuses ».

« Les femmes souffrent dans cet hôtel, explique Rachel. En France, beaucoup de femmes de chambre souffrent et se taisent. Nous nous sommes tues pendant 20 ans, mais maintenant c’est terminé. L’hôtel fonctionnerait comment sans nous ? C’est parce qu’on prend soin des chambres que le groupe Accor — qui détient la chaîne d’hôtels Ibis — a des sous et que les touristes viennent ici. Aujourd’hui, quand les patrons se baladent en costume, c’est parce que nous travaillons bien. »

Au cœur des revendications des grévistes : la fin de la sous-traitance. Dans le deuxième plus grand Ibis de France, le ménage des 706 chambres de l’hôtel est assuré par la société de nettoyage STN, sous-traitante du géant de l’hôtellerie Accor. Les femmes de chambre sont employées par cette société.

« Aujourd’hui, près de la moitié des hôtels externalisent le ménage, estime Claude Lévy, permanent au syndicat CGT des Hôtels de prestige et économiques (CGT-HPE). Cette activité constitue pourtant le cœur de leur métier, mais facturer à des prestataires leur coûte moins cher que de l’internaliser. » Les grands groupes hôteliers, en ayant recours à la sous-traitance, « se débarrassent par la même occasion de la question de la pénibilité au travail. Le travail de femme de chambre est un travail très pénible et le jour où l’une d’elles est partiellement inapte, l’hôtelier n’en a rien à cirer et dit juste au sous-traitant de se démerder avec (sic). »

Les salariés du sous-traitant ne bénéficient pas des mêmes avantages et du même statut social que le personnel employé de l’hôtel. Leurs prestations sont par exemple facturées en fonction du nombre de chambres nettoyées, et non en volume horaire. C’est pourquoi les grévistes demandent désormais à être salariées directement par le groupe Accor, dans l’établissement où elles œuvrent.

« Travailler dans un même hôtel et ne pas bénéficier d’un statut social équivalent à ceux employés directement par l’Ibis Batignolles de Clichy, c’est scandaleux, s’insurge Claude Lévy. Accor est le sixième groupe hôtelier du monde et a parfaitement les moyens d’embaucher directement les salariés de la sous-traitance. »

Claude Lévy, de la CGT-HPE.

Rachel Kebe, originaire de Côte d’Ivoire, travaille à l’hôtel Ibis Batignolles depuis le 23 avril 2003. « Depuis mon arrivée, j’ai toujours connu la sous-traitance et STN est mon quatrième employeur », dit la gouvernante de 45 ans, payée 1.300 euros net. Cette mère de cinq enfants, qui passe deux heures par jour dans les transports en commun pour venir au travail, estime que « la sous-traitance c’est de la maltraitance » et « de l’esclavagisme salarié ». En cause, notamment, les cadences « infernales », dit-elle, qui sont imposées aux femmes de chambre :

« Elles doivent nettoyer trois chambres et demie par heure, ce qui est tout simplement impossible, regrette Rachel. Pour atteindre leurs objectifs, elles font des heures supplémentaires qui ne sont pas prises en compte et pas payées. Elles se tuent au travail : beaucoup tombent malades, ont des tendinites, mal au dos ou au canal carpien. »

Rachel Kebe.

Kadiddiata Karamoko, femme de chambre à temps partiel, affirme travailler « autant qu’un temps plein ». Elle termine parfois « après 18 heures » des journées débutées « tôt le matin ». Elle gagne à peine 800 euros par mois pour soulever des matelas, dépoussiérer du mobilier, changer des draps, nettoyer des douches et récurer des sanitaires. Le midi, le déjeuner ne lui est jamais fourni. « On doit tout acheter nous-mêmes, même une bouteille d’eau quand il fait très chaud », déplore-t-elle. Après une journée de travail, « mon corps ne répond plus pour tout ce que j’ai encore à faire à la maison avec mes quatre enfants. Je suis vidée de toutes mes forces », déplore-t-elle.

Des salariés du groupe STN, comme Aboubacar Traoré — le seul homme parmi les grévistes — ont tenté de réclamer des conditions de travail plus décentes à leur employeur. Mais c’était peine perdue. « STN me l’a fait payer, raconte cet équipier, chargé du nettoyage du linge et des parties communes. Le groupe a essayé de me licencier à trois reprises. Toutes ces tentatives ont été rejetées par l’inspection du travail. J’ai aussi reçu des courriers d’avertissement m’accusant de mal faire mon boulot, quand ce n’étaient pas des menaces de mutation. Comme j’étais délégué syndical CGT-HPE, ils voulaient ma peau. »

Aboubacar Traoré.

Six mois après l’amorce de la grève, les femmes de chambre ont obtenu de maigres victoires dans leurs négociations avec STN et Accor. L’inspection du travail a demandé l’installation d’une pointeuse pour comptabiliser leurs heures effectives. La pointeuse a été installée par STN, qui a également mis dans la balance un panier-repas à 3,62 euros — contre 7,24 euros demandés par les grévistes — et des augmentations de salaire horaire. Mais les femmes de chambre n’en démordent pas : elles refusent de reprendre le travail tant qu’elles ne seront pas employées directement par Accor. À ce jour, les négociations entre Accor, STN et les grévistes sont au point mort. Sollicitées par Reporterre, les directions de STN, d’Accor et de l’établissement Ibis Batignolles n’ont pas répondu.

Mardi 7 janvier, devant les personnalités politiques Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo (Décidons Paris), des cheminots, des agents de la RATP, des éducateurs, des postiers, des artistes ou encore des membres du CNRS, en grève contre la réforme des retraites et venus partager les « galettes des reines » avec elles, les femmes de chambre ont affiché leur volonté de ne pas cesser le combat. La CGT Info-Com, Sudposte Hauts-de-Seine et la CGT Goodyear leur ont apporté un chèque de 15.000 euros, issu de leur caisse de grève. « Quand il y a des sous dans la poche, il y a encore du courage », les a remerciés Sylvie, une femme de chambre en lutte qui a passé les fêtes de fin d’année sur le piquet de grève.

Les femmes de chambre disposent aussi, en outre, d’un pot commun et d’une caisse de grève, mis en place par la CGT-HPE, pour leur permettre de compenser une partie de la perte de leur salaire. Pour l’heure, ces fonds ne désemplissent pas. « La solidarité est là, le pot commun marche fort », se réjouit Claude Lévy. Et pour cause : depuis le 17 juillet, les femmes de chambre n’ont cessé de se montrer et de s’impliquer sur les terrains de lutte sociale en Île-de-France. Elles ont tracté leurs revendications dans les manifestations contre la réforme des retraites, elles ont défilé à Halloween aux côtés du mouvement des sans-papiers Gilets noirs et réalisé des actions de désobéissance civile. Ce mardi soir, elles ont occupé pendant quelques minutes le hall d’un établissement du groupe Accor, l’hôtel Mama Shelter, dans le 20e arrondissement.

Les grévistes et leurs soutiens, le mardi 7 janvier, devant l’hôtel Ibis Batignolles.

Malgré l’abandon de quatre des vingt-huit grévistes, qui ont repris le travail le mois dernier, les femmes de chambre ont de bonnes raisons d’espérer une issue favorable. En février 2018, leurs consœurs de l’Holiday Inn de Clichy, à moins de cent mètres de là, avaient obtenu la fin du paiement à la chambre, la suppression des mutations et une prime de panier à 7,14 euros, après 111 jours de grève. Cette lutte était déjà accompagnée par la CGT-HPE, qui n’a encore jamais perdu une grève.

« Avant d’organiser une mobilisation, on s’assure de la motivation des salariées de l’hôtel, explique Claude Lévy. L’organisation ne lance pas de mobilisation si la moitié des salariés, au moins, n’est pas syndiquée. »

Une stratégie payante : le Concorde Montparnasse, le Campanile Première Classe de Suresnes (Hauts-de-Seine), et le Park Hyatt Vendôme s’y sont cassé les dents. « Si Accor souhaite encore laisser pourrir la situation pendant des mois, qu’il sache que nous ne lâcherons pas, qu’il fasse froid, qu’il neige, nous on est là », prévient Aboubacar. « Depuis six mois, de plus en plus de gens nous écoutent et s’intéressent à notre mouvement, on rencontre d’autres personnes qui luttent et nous aident à faire connaître notre situation, dit Rachel. Si on arrête maintenant, on aura l’air ridicules. On a le courage, la force, et on finira par gagner. Nous n’abandonnerons pas le combat. »

Pour l’historienne Clyde Plumauzille, chargée de recherche au CNRS, ce combat, « qui rejoint plusieurs luttes récentes dans le secteur hôtelier », est d’autant plus important qu’il est plus largement celui de toutes ces travailleuses invisibles — parce qu’invisibilisées — qui, quotidiennement, prennent soin de nous, quand la société, elle, se refuse à sécuriser leurs existences », écrivait-elle dans le quotidien Libération en septembre dernier.

Cette lutte des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles témoigne aussi, pour la sociologue Caroline Ibos, de l’émergence d’un prolétariat de service largement féminin et racisé : « Ces femmes racisées, qui effectuent un travail dévalorisé et déconsidéré, sont à la fois des symboles d’exploitation de genre, de classe, et de race, dit-elle à Reporterre. Mais elles sont aussi le symbole des résistances, des capacités d’organisation contre l’exploitation. Il ne faut pas seulement les voir comme des victimes ou seulement comme des personnes vulnérables, il faut aussi les voir comme des femmes en lutte. »

D’où l’utilisation du terme « prolétariat »  : « Historiquement, la figure du prolétaire s’est construite comme masculine et essentiellement européenne, explique Caroline Ibos. Les femmes de chambre, les travailleuses du care ou encore les femmes qui travaillent dans les Ehpad se voient souvent dénier cette capacité d’organisation et cette culture de la lutte qu’on associe au prolétariat. Elles montrent pourtant, en remportant de nombreux conflits depuis le début des années 2000, en France ou en Espagne, qu’elles ont une réelle culture de la lutte et des capacités d’organisation. Elles constituent bien une nouvelle figure du prolétariat. »

  • Notre reportage en images





Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos : NnoMan Cadoret pour Reporterre

THEMATIQUE    Luttes
2 juillet 2020
Municipales : pas de « vague verte », mais des gouttes d’eau sur des pierres brûlantes
Chronique
1er juillet 2020
Les autorités sanitaires minorent la contamination aux pesticides de l’eau du robinet
Info
1er juillet 2020
Après le confinement, des élèves expérimentent l’école en plein air
Alternatives


Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi et NnoMan (Reporterre)