François Ruffin veut devenir l’agitateur de l’Assemblée nationale

28 mars 2017 / Martin Cadoret (Reporterre)



Le réalisateur du documentaire « Merci patron ! » est candidat aux législatives dans la Somme. Il fédère ici la gauche et les écologistes. Reporterre l’a suivi dans sa campagne de porte-à-porte.

  • Amiens (Somme), reportage

« Ce DVD, c’est ma meilleure arme électorale ! » François Ruffin, le réalisateur de Merci patron !, l’affirme, et multiplie les projections pour expliquer, débattre, et peut-être convaincre les gens que lui, l’agitateur du film, peut aussi devenir celui de l’Assemblée nationale. Cet après-midi à Amiens-Nord, le documentaire césarisé est projeté chez Cathy, une habitante du quartier. Elle a invité plusieurs connaissances rencontrées via une association locale. La sauce prend — elles s’amusent des aventures des Klur, ce couple autrefois licencié par le groupe de Bernard Arnault, et tentant avec l’aide du journaliste de duper le grand patron. Générique, François Ruffin entre dans la pièce.

« Ça vous a plu ? Vous vous êtes reconnues dans le film ? » La question aurait pu être rhétorique, mais il veut savoir : dans la pièce, il y a quatre femmes voilées, et toutes sauf Cathy sont d’origine maghrébine. Se sont-elles identifiées à la figure de l’ouvrier blanc présenté dans le film ? Oui de la tête, puis les langues se délient, Lila raconte comment son mari s’est « fait licencier d’Auchan pour avoir réclamé de la paie en plus pour avoir travaillé le jour de Noël ». Et puis les parents, les conjoints ouvriers « jartés » après une délocalisation ou la robotisation de l’usine. Nejma, elle, explique comment elle a enchaîné les petits boulots, « le ménage, la laverie ». « J’ai veillé sur mes enfants... tellement que j’étais le gardien de prison ! Pour qu’ils ne soient pas comme nous. » « C’est là qu’on se rend compte que ces histoires de souffrance au travail, elles sont universelles », analyse François Ruffin.

François Ruffin en campagne dans le salon de Cathy, qui tient le César du film « Merci patron ! ».

Ruffin écoute, beaucoup. On parle éducation, puis, au moment où la discussion arrive à la question des discriminations, il démarre son discours. « Quand on voit le film, on comprend pourquoi il y a du racisme. Parce que, quand on a des problèmes au travail, ou qu’on est au chômage, on commence à s’en prendre à ce qu’on voit. Ça peut être les immigrés, mais aussi les assistés... Il faut trouver le moyen de recomposer le vrai adversaire, le patron. Avant, à Flixecourt, on voyait ce rapport : la famille Saint [autrefois patrons de la première entreprise industrielle du département, la société de textile Saint-Frères), elle avait son château dans le coin et sa chapelle au cimetière, quand les autres étaient enterrés à même le sol. Aujourd’hui, il y a un éloignement entre le salarié et ceux qui leur font du mal. J’ai l’exemple de Whirlpool, une usine d’Amiens qui va bientôt être délocalisée, où les salariés ne connaissaient pas le PDG. » En l’occurrence, Jeff Fettig, un États-Unien classé dans les 500 premières fortunes mondiales.

« Les politiques, ils viennent pas nous voir » 

Un discours direct qui plaît à Patrick, le militant venu lancer la projection ce jour-là. « J’ai jamais milité dans un parti politique, je suis plutôt tendance anarchiste », lâche-t-il dans un sourire. Comme lui, au sein de la première circonscription de la Somme, pas mal de nouvelles têtes se mêlent aux militants communistes et à ceux de la France insoumise. Les porte-à-porte rassemblent une cinquantaine de personnes, c’est-à-dire beaucoup pour un scrutin législatif qui n’aura lieu que dans quatre mois.

Patrick a vu Merci patron ! il y a un an. « J’ai eu un déclic. C’était une bombe : concret, avec de l’humour... et il s’en prend aux puissants. C’est ça que je voulais faire ! » Depuis, il quitte régulièrement son appartement de banlieue parisienne, où il habite avec sa mère, pour venir jouer les petites mains de la campagne. « J’ai pas d’emploi, mais ça, c’est du travail », glisse-t-il.

François Ruffin le 20 avril 2016 à la Bourse du travail, à Paris, lors d’une réunion publique sur « l’étape d’après » Nuit debout.

Retour dans le salon de Cathy, où l’une des habitantes avoue, désemparée, « ne plus savoir pour qui voter » face aux injustices vécues et racontées par ses amies. Réponse : « Bon, vous savez que je me présente aux législatives... » L’annonce intervient tard : le journaliste François, rédac’ chef de Fakir, son journal amiénois « fâché avec tout le monde ou presque », a parfois du mal à laisser la place au candidat Ruffin.

Mais il se reprend et sort un tableau qui illustre l’explosion des dividendes en 30 ans et détaille ses solutions : « Une certaine forme de protectionnisme, parce qu’il n’est pas normal qu’on puisse délocaliser et venir refourguer ses machines en France » et « des aides aux entreprises sur projet. Parce que c’est Carrefour et Auchan qui ont le plus touché de CICE [Crédit impôt compétitivité, 40 milliards d’euros pour les entreprises, mesure phare du quinquennat Hollande] en France, c’est pas normal. » Fin de la discussion, photo avec la statuette du César, qui a récompensé le meilleur documentaire de l’année, trimballé de projection en projection, et échange d’adresses électroniques et téléphones. « Et surtout, n’hésitez pas à en parler autour de vous, ou à prêter le DVD si vous avez des amis qui veulent voir le film ! » lance le candidat en partant. Nejma est plutôt emballée. « Les politiques, ils viennent pas nous voir. Là, il nous parle directement, il nous connaît. »

Un détour par les locaux de Fakir pour reposer le César dans une boîte à chaussures rouge, et François Ruffin repart rencontrer des petits commerçants du centre-ville d’Amiens. Qui veut-il convaincre ? Réponse : « Notre cible, ce sont les abstentionnistes de gauche et les déçus de la politique, qui votent FN. Notre arme, c’est le porte-à-porte. » C’est d’ailleurs comme cela qu’a été « recrutée » Claire, la commerçante qui accueille la rencontre dans le petit jardin à l’arrière de sa boutique.

« Et toi, pourquoi tu te présentes ? »

Ce soir-là, la discussion part dans tous les sens, entre complaintes sur le RSI — le régime social des indépendants — et la TVA. Puis Pierre, jeune restaurateur installé récemment, pose la question : « Et toi, pourquoi tu te présentes ? » Tous écoutent attentivement la réponse. « J’aime bien vivre des aventures et puis j’avais honte de cette gauche divisée. Là, j’ai la possibilité de rassembler le reste de la gauche, hors du PS... C’est aussi l’aboutissement de mon engagement à Fakir. À la fin de chaque dossier, je me demandais quelle loi je ferais. L’écharpe tricolore me permettrait d’avoir une légitimité pour rencontrer et interpeller les ministres. Pendant la loi Travail, j’avais été au ministère, mais personne n’est descendu me rencontrer. »

La rencontre chez Claire.

Le candidat ne se fait pas trop d’illusions sur sa capacité à influencer la politique nationale, mais invoque la fonction « tribunicienne » du député. « Mon intervention aux Césars a fait du bien à des dizaines de milliers de personnes. Ça leur serait positif de se sentir un peu représenté à l’Assemblée. Et puis, pour trouver des alternatives politiques, il faut poser des jalons », poursuit François Ruffin devant la petite assemblée. Avant d’enchaîner sur les trois mesures qu’il s’appliquera. « Je me mettrais au Smic, je ferais gérer ma réserve citoyenne par un groupe de citoyens tiré au sort et si 25 % des inscrits de la circonscription font une pétition en ce sens, je démissionnerais. »

Cette volonté de transparence plaît. De là à paraître populiste quand il parle de se mettre au Smic ? « Je le suis », admet-il avec un sourire potache. « C’est un truc qui parle aux gens. Finalement je me fous du salaire du député, ce qui m’intéresse, c’est que les députés protègent les gens. Et puis, ce n’est pas ma philosophie d’attendre un consensus pour, en définitive, bouger d’un millimètre. » D’ailleurs, son équipe n’a pas attendu les autres candidats pour inonder la circonscription d’affiches, d’Amiens-Nord à Abbeville.

Le lendemain, un de ses fidèles lieutenants a pris le volant de la camionnette bardée d’affiches de Lafleur, ce petit personnage picard dont les « coups de pied au cul » sont la spécialité. « Bon, sur cette route, techniquement, on devrait voir ta gueule partout », annonce Thomas. Lui et son candidat sont vigilants. « Là, pourquoi ça a été arraché ? Il faudra le signaler. » François Ruffin plaisante : « Si le scrutin se jouait aux affiches, on serait au deuxième tour contre Asselineau ! » Et ce grâce à des colleurs d’affiches motivés, comme « Fifi », un grand type maigre à la queue de cheval, militant communiste et « malade de l’affichage », selon sa femme. Entre deux collages, il admet dans un sourire que François Ruffin est « un candidat pas comme les autres ». Il se plaint qu’il y ait moins de panneaux d’affichage qu’avant. « Avec un copain, à Camon, on est en train de construire un gros panneau dans son jardin, se marre Fifi. Voilà, c’est l’illustration parfaite du slogan de la campagne : on a pas l’argent, mais on a les gens. »

« Pour l’instant, on occupe le terrain pas encore investi par d’autres » 

Dans la camionnette qui l’emmène d’Amiens à Abbeville, François Ruffin précise sa pensée de la veille. « Ma tentative, c’est aussi d’essayer de reconquérir les classes populaires abandonnées par la gauche. C’est pour cela que le dossier Whirlpool devient un symbole. Il ne faut pas laisser ça au FN. » Lui rend souvent visite aux salariés, essaye de prodiguer quelques conseils pour « réveiller quelque chose », pour qu’ils n’assistent pas à la délocalisation de leur usine avec résignation.

« Dans un sens, je pense que ça marche. On m’a déjà dit que des personnes qui pensaient voter FN à la présidentielle allaient voter pour moi aux législatives. Après, quelle partie des esprits on touche... ça, c’est incertain », admet le candidat. Thomas le corrige. « T’es toujours pessimiste ! Il y a quand même quelques signes. Dans un quartier d’Abbeville qu’on cible particulièrement, on voulait organiser une projection de Merci patron !, mais le responsable de campagne du coin nous a dit qu’une cinquantaine de DVD avaient déjà tourné et que beaucoup de gens avaient vu le film. » Quand on parlait d’une arme de campagne...

« Pour l’instant, on occupe le terrain pas encore investi par d’autres », admet le candidat. Les autres, ce sont Pascale Boistard, côté PS, secrétaire d’État du gouvernement Hollande, et Frank de Lapersonne, un comédien ayant récemment affiché son soutien à Marine Le Pen. D’ailleurs Thomas, même s’il redoute un score élevé du FN, pense que ce parti a commis une erreur. « Les militants locaux ne sont pas contents, parce que c’est un parachuté. Ils auraient mis un inconnu, ils étaient sûrs de faire un gros score, mais là ça pourrait être contreproductif. » Face à Pascale Boistard, qui avait recueilli un quart des voix en 2012, devant Les Républicains (18,5 %) et le FN (16,2 %), la bataille risque d’être rude. « Elle a les réseaux. Moi j’ai le César, je ne suis même pas dans le journal d’Abbeville, et elle, elle y est même quand elle va pisser », se marre François Ruffin avec une pointe d’amertume.

Après avoir déjeuné dans un bistrot d’Abbeville qui accueillera une session de Merci patron !, le candidat se dirige vers le nord-est de la ville pour une autre projection. Dans la salle, le dialogue a du mal à s’installer, sans doute parce que le film renvoie plusieurs spectatrices à leur propre condition, de RSA en petits boulots. Les mêmes histoires d’usines qui ferment, d’emplois en mairie refusés faute de piston. « J’imaginais pas cette vie pour mes enfants », raconte, les larmes aux yeux, l’une d’elles. Et le candidat écoute encore, prend des notes. « Ah ! au fait, je me présente aux législatives. »




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : « Le rapprochement rouge vert est une nécessité »

Source : Martin Cadoret pour Reporterre

Photos : © Martin Cadoret/Reporterre sauf :
. Bourse du travail : © Éric Coquerel/Reporterre

DOSSIER    Elections 2017

23 novembre 2017
La forêt contre les déchets nucléaires : au bois Lejuc, c’est dans les arbres qu’on résiste
Reportage
22 novembre 2017
Quand les temps deviennent difficiles, une seule solution : l’entraide
Tribune
14 novembre 2017
Le plus grand cimetière de locomotives de France, un immense gâchis
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Elections 2017





Du même auteur       Martin Cadoret (Reporterre)