1e tour - La carte des résultats des candidats notables et atypiques

12 juin 2017 / Hervé Kempf, Moran Kérinec et Lorène Lavocat (Reporterre)



Le premier tour des législatives a vu une très forte abstention, une victoire du mouvement de M. Macron, l’effondrement du PC et du PS. Reporterre a été en reportage chez un écologiste, à la France insoumise et avec une candidate « citoyenne ». Et vous propose une carte des candidats notables et atypiques.

Le premier tour des élections législatives, le 11 juin, a vu le taux d’abstention atteindre un record, avec 51,29 % des inscrits sur les listes électorales.

Les principaux résultats, en suffrages exprimés, se présentent ainsi, selon le ministère de l’Intérieur :

. La République en marche 28,21 %
. Les Républicains 15,77 %
. Front national 13,20 %
. La France insoumise 11,02 %
. Parti socialiste 7,44 %
. Ecologistes 4,30 %
. Modem 4,11 %
. UDI 3,03 %
. PCF 2,72 %

A LIRE CI-DESSOUS :
- La carte des candidats atypiques
- Reportages chez Alexis Corbière, Julien Bayou et Caroline de Haas.
- Résultats détaillés des candidats atypiques.


LA CARTE DES CANDIDATS NOTABLES OU ATYPIQUES

Voir en plein écran

Vous pouvez aussi consulter ces résultats à la fin de cet article.


A MONTREUIL, UN GOÛT DE VICTOIRE AVEC ALEXIS CORBIÈRE

Alexis Corbière.

C’est sans doute un des rares endroits de France où la France insoumise ne fait pas grise mine : à Montreuil (Seine-Saint-Denis), Alexis Corbière, un des principaux porte-paroles du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, est bien placé pour le 2e tour. Avec 21,60 % des suffrages exprimés, il réussit son pari de prendre la tête de la gauche et des écologistes dans cette banlieue traditionnellement « rouge ». Les militants se retrouvent dans un vaste café d’une des rues animées de la ville, Le Mojito’s, et se congratulent en buvant de grands bocks de bière. A mesure que, de tous les bureaux de vote, les résultats arrivent, la bonne tendance se confirme. Raoul, casquette sur la tête, se réjouit : « C’est bon, on est bon ».

Le coordinateur de la campagne, Pierre Vila, reconnaît cependant que le résultat national – environ 11 % des voix pour France insoumise – est décevant. « C’est une base basse, dit-il, l’électorat de Jean-Luc Mélenchon s’est abstenu pour une part, et a voté EELV ou PC. » Ne fallait-il pas chercher l’alliance ? « France insoumise a eu raison de proposer de réunir dans un même cadre les forces qui ont soutenu Mélenchon, parce que c’est comme ça que s’établit le rapport de force avec le gouvernement. » Le souvenir du Front de gauche a servi de leçon : des forces qui s’unissent mais ont des stratégies différentes ne peuvent pas former un bon attelage. Et quand, ensuite, on interroge Alexis Corbière sur les 7 millions de voix de Mélenchon à la présidentielle qui se sont dissipées dimanche 11 juin, il explique : « Si l’on additionne France insoumise et le PC, on est à 14 % et devant le Front national, j’en suis heureux. » Reste qu’avec un groupe de députés sans doute restreint, la force sera trop faible pour peser dans les institutions.


LA DEFAITE SUR LE FIL DE L’ÉCOLOGISTE JULIEN BAYOU

Julien Bayou.

Verre de blanc ou pinte de blonde à la main, l’ambiance est bon enfant au Gourbi Palace, un troquet à deux pas de la station de métro Jacques Bonsergent, où Julien Bayou célèbre sa fin de campagne. L’homme de la soirée, candidat EELV sur la 10e circonscription de Paris et porte-parole du parti, s’est pour l’instant éclipsé en direction du plateau de France 3. Sur une table, une carte géante à son honneur est signée à tour de rôle par les militants : en ce jour d’élection, le candidat fête ses 37 ans.

Quelques jeunes militants attablés regardent l’écran géant diffuser le journal de France 3. Les scores défilent, affichant la débâcle du Parti socialiste. « C’est bien ça va forcer la gauche à travailler sans argent, ça peut aider à multiplier les idées et les initiatives », analyse Matthieu, un sympathisant. À l’écran, les résultats viennent de tomber : Le porte-parole EELV aurait réuni 13 % des suffrages. Tonnerre d’applaudissements dans la salle : « 13 ! Grosse campagne ! » s’enthousiasme Julie, proche du mouvement. « Ce ne sont pas les résultats définitifs, on est encore deuxième pour l’instant », tempère un membre de l’équipe de campagne, car le candidat est au coude-à-coude avec Seybah Dagoma (PS).

Une heure plus tard, Julien Bayou est de retour au Gourbi Palace, les yeux cernés de fatigue. Devant l’assemblée d’une cinquantaine de personnes, il annonce sa mauvaise nouvelle : il aurait été battu 39 voix près par Seybah Dagoma (on saura lundi matin que l’écart est de 49 voix). « La faute à Mélenchon », explique-t-il, regrettant les divisions causées par le leader de la France Insoumise. « Mais nous avons fait un bon bout de chemin depuis six mois, réconforte-t-il ses troupes, on a un collectif, maintenant il faut travailler pour l’amener plus loin, choisir des causes sur lesquelles s’engager. Dès mardi, on va s’organiser pour la suite », promet-il. Mais en cette fin de soirée, les sourires se sont affaissés.


LA DEFAITE DE LA GAUCHE - LA DECEPTION DE CAROLINE DE HAAS

Caroline de Haas.

Il est 19h59 dans le petit local étouffant de la 18e citoyenne, nom donné à la campagne de Caroline De Haas dans la 18e circonscription de Paris. Une trentaine de militants patientent devant le video-projecteur qui retransmet la soirée électorale de France 2. Certains énumèrent les raisons d’y croire encore... Dès 20h, devant la vague macroniste qui semble déferler sur l’Assemblée nationale, une militante s’exclame : « On s’est fait marcher dessus ! »

Cerises et verre de cidre à la main, Armand tente de se rassurer : « Nous avons fait une bonne campagne de terrain, il y avait une forte dynamique autour de la candidature de Caroline, des communistes, des écolos mais aussi des citoyens de tous horizons... » La 18e circonscription de Paris compte en effet pas moins de 26 candidats, dont l’ancienne ministre du Travail, Myriam El Khomri. Et à l’image du reste du pays, l’alliance à gauche est tombée à l’eau, de peu : malgré plusieurs réunions et un appel signé par de nombreux militants, la France insoumise a présenté son propre candidat, Paul Vannier, face à Caroline De Haas, soutenue par EELV et le PCF.

Une division qui aura finalement eu raison de la 18e citoyenne. A 21h, la candidate lève les yeux de son ordinateur : « C’est plié, on est quatrième. » Elle ne cache pas sa déception : « Nous avons manqué d’une identité, d’une organisation nationale qui soutienne notre campagne, à l’instar de la France insoumise. Nous avons aussi pâti de l’effet majorité présidentielle : dans plusieurs bureaux de vote, on a vu des gens entrer en demandant qui était le candidat Macron, sans avoir lu ni réfléchi à son programme. » Fragmentation de la gauche, abstention, effet Macron.. les ingrédients de la déroute se retrouvent au niveau local et national. « La gauche s’est fait ratiboiser, c’est un champ de ruine, enchaîne la candidate. Le pari de Jean-Luc Mélenchon de partir seul a échoué. Si nous voulons une gauche majoritaire dans ce pays, nous avons besoin de nous rassembler. »

- Ecouter Caroline de Haas :


LESSULTATS DES CANDIDATS NOTABLES ET ATYPIQUES

Les scores obtenus sont indiqués en pourcentages des suffrages exprimés.

  • Isabelle Attard, qui rassemblait EELV, FI, PC et PS, est éliminée avec 18,20 %. Le deuxième tour opposera Bertrand Bouyx (REM), 38,96 % à Cédric Nouvelot (LR), 23,15 %, dans la 5e circonscription du Calvados.
  • Matthieu Orphelin, ancien bras droit de Nicolas Hulot, REM, en ballotage favorable, 38,97 %, face à Caroline Fel (LR ), 7,57 %, dans la 1re circonscription du Maine-et-Loire).
  • François de Rugy (REM), ex-EELV, est en ballotage favorable avec 45,34 % des suffrages face à Julien Bainvel (LR), 17,24 %, dans la 1e circonscription de Loire-Atlantique.
  • Jean-Luc Mélenchon est en ballotage favorable, 34,31 %, face à Corinne Versini, 22,66 %, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le PS Patrick Menucci est éliminé.
  • André Chassaigne (PC), en ballotage favorable, 34,85 %, face à Sébastien Gardette, membre de la Confédération paysanne et président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme (REM), 29,27 %, dans la 5e circonscription du Puy-de-Dôme.
  • Ben Lefetey, opposant au barrage de Sivens, se présentait pour La Relève citoyenne, dans la 2e circonscription du Tarn : 1,37 % des voix. Le deuxième tour opposera Marie-Christine Verdier-Jouclas (REM) à Doriane Albarao (FN).
  • François Ruffin, candidat Picardie Debout, qui rassemble FI, EELV et PC, est en ballotage avec 24,32 % face à Nicolas Dumont (REM) 34,13 %, dans la 1re circonscription de la Somme.
  • Clémentine Autain (FI) est avec 37,21 %, en ballotage favorable face à Elsa Wanlin (REM), 28,28%, dans la 11e circonscription de la Seine-Saint-Denis.
  • Monique Pinçon-Charlot, candidate Unité à gauche (liste portée par le PC et Ensemble), sociologue spécialiste des riches, est éliminée avec 4 ;01 % des voix. Le 2e tour opposera Frédérique Dumas (REM), 45,39 %, à Georges Siffredi (LR), 24,77 %, dans la 13e circonscription des Hauts-de-Seine.
  • Charlotte Marchandise, candidate citoyenne, obtient 2,22 % des voix. Le ballotage opposera Mostapha Laabid (REM), 34,70 %, à Grégoire Le Blond (UDI), 15,68 %, dans la 1re circonscription d’Ille-et-Vilaine.
  • Barbara Romagnan, candidate PS et EELV, est en ballotage avec 16,84 % face à Fannette Charvier (REM), 29,87 %, dans la 1re circonscription du Doubs.
  • Manuel Valls, candidat de la Majorité Présidentielle, est en ballotage avec 25,45 % face à Farida Amrani (FI), 17,61 %, dans la 1re circonscription de l’Essonne.
  • Alexis Corbière, l’un des portes-paroles de la France insoumise, en ballotage, 21,60 %, face à Halima Mehnoudj (REM), 24,70 %, à Montreuil (Seine-Saint-Denis).
  • Cécile Duflot (EELV), est éliminée, 14,69%, dans la 6e circonscription de Paris. Elle est battue par Danielle Simonnet (FI), à 18,83 %, à face Pierre Person (REM), 39,42 %. Le candidat écologiste Yves Frémion obtient 1,98 % des voix.
  • Benoît Hamon, candidat (PS), est éliminé avec 22,59 %. Le ballotage opposera Nadia Haï (REM), 32,98 %, à Jean-Michel Fourgous (LR), 23,09 %, dans la 11e circonscription des Yvelines.
  • Julien Bayou (EELV), éliminé dans la 5e circonscription de Paris, à 12,36 % des suffrages exprimés (7,19% des inscrits). Le deuxième tour opposera Benjamin Griveaux (REM), 43,63 %, à Seybah Dagoma (PS), 12,47 %.
  • Caroline De Haas (liste citoyenne, EELV, PCF), éliminée, 13,57%, dans la 18e circonscription de Paris. Le second tour verra s’affronter Myriam El Khomri (PS), 20,23%, face à Pierre-Yves Bourzanel (REM), 31,76%.
  • Barbara Pompili (REM), ex-EELV, est en ballotage, avec 40,70 %, face à Cédric Maisse (FI), 14,33 %, dans la 2e circonscription de la Somme.
  • Emmanuelle Cosse (EELV), ex-ministre du Logement, finit cinquième, 9,47 %, et est éliminée dans la 3e circonscription de Seine-Saint-Denis.
  • Claire Dujardin, avocate de la famille de Rémi Fraisse et candidate FI, est en ballotage, 18,34 %, face à Pierre Cabare (REM), 33,70 %, dans la 1e circonscription de Haute-Garonne.
  • Alexandre Mahfoudhi, candidat SDF Laikos, obtient 0,27 % des voix. Le 2e tour opposera Catherine Fabre (REM), 39,78 % à Anne Walryck (LR), 15,79 % dans la 2e circonscription de Gironde.
  • Adrien Doutreix, candidat SDF Laikos, obtient 0,02 % des voix dans la 1e circonscription de Gironde. Le 2e tour opposera Dominique David (REM), 43,95 %, à Nicolas Florian, 20,07 %.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Hervé Kempf, Moran Kérinec, et Lorène Lavocat, pour Reporterre.

Carte : Moran Kérinec pour Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Elections 2017

THEMATIQUE    Politique
24 novembre 2017
Contre la folie consommatoire du « Black Friday », la résistance se lève
Info
22 septembre 2017
Fermes d’avenir, des petites fermes aux grandes ambitions
Alternative
25 novembre 2017
Radio Bambou : À l’écoute du dinosaure trompettiste
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Elections 2017



Sur les mêmes thèmes       Politique