Fuite radioactive dans le dépôt de déchets nucléaires aux Etats-Unis. Cause probable : une litière pour chats !

Durée de lecture : 3 minutes

16 mai 2014 / The Gazette

Un changement dans le type de litière pour chat, utilisée pour absorber les déchets toxiques liquides, pourrait être à l’origine de la fuite radioactive qui a obligé le gouvernement américain à fermer sa seule décharge nucléaire, au Nouveau Mexique.


C’est l’une des théories que les enquêteurs explorent concernant la fuite du 14 février survenue au Waste Isolation Pilot Project, Projet pilote de confinement des déchets, situé dans le sud-est du Nouveau Mexique, et qui a contaminé 21 travailleurs avec de faibles niveaux de rayonnement, comme le Carlsbad Current- Argus l’a rapporté.

Jim Conca, un scientifique qui a travaillé au Centre de confinement de 2000 à 2010, a déclaré au journal qu’il pense qu’un changement de la litière organique pour une litière non-organique a pu provoquer une réaction chimique à l’intérieur d’un fût de déchets, et la libération des isotopes radioactifs.

Le secrétaire du département de l’Environnement du Nouveau Mexique, Ryan Flynn, a confirmé au journal lundi qu’il a entendu des fonctionnaires du ministère de l’Énergie discuter de la possibilité que la litière pour chat puisse avoir été à l’origine de la fuite de radiations. Flynn a dit que c’est l’une des nombreuses théories et que rien n’est certain pour le moment.

Dans un communiqué, le DOE (ministère de l’Energie) a seulement dit qu’il étudie « tous les scénarios possibles ».

De la "litière pour chat" pour traiter des déchets radioactifs

Jim Conca explique que la décharge située à 26 miles (environ 40 kilomètres) à l’est de Carlsbad ne pouvant pas recevoir de déchets liquides, on utilise une sorte de litière pour chat pour absorber tout liquide avant que les fûts de déchets soient scellés et expédiés à l’installation. La décharge est le seul dépôt permanent dans lequel le gouvernement fédéral enfouit les déchets de plusieurs décennies de construction de bombes nucléaires à Los Alamos National Laboratories et autres installations fédérales.

Le directeur du Waste Isolation Pilot Project (WIPP), Jim Blankenhorn, a déclaré lors d’une réunion à la mairie la semaine dernière, qu’après plusieurs explorations dans le demi-mile (environ 800 mètres) de profondeur référentiel, les responsables estiment que la fuite radioactive a vraisemblablement été causée par une réaction chimique dans les déchets nucléaires qui auraient été mélangés à du sel de nitrate. Blankenhorn pense que le passage à une substance non-organique a été ce qui a déclenché l’événement.

« La substance non identifiée contenant des éléments qui ressemblent au sel de nitrate est la litière pour chat », affirme Conca. Le DOE a confirmé que tous les déchets liquides sont généralement traités avec « un absorbant comme de la litière pour chat ».

« Je meurs d’envie de savoir pourquoi cela est arrivé et qui l’a approuvé, a déclaré Conca, parce que c’était une idée stupide ». « On ne peut pas faire un changement à la procédure sans l’évaluer. »

Les enquêteurs ont déclaré que les équipes de la dernière exploration dans la mine ont repéré du plastique fondu et du caoutchouc sur des tambours et les boîtes de déchets, ce qui indique qu’il y avait une sorte de chaleur produite dans l’endroit où les déchets sont stockés.

Neuf jours avant la sortie, un camion transportant du sel dans la mine a pris feu. Mais les responsables ont dit que le feu était loin de la zone de manipulation des déchets et que les événements n’étaient pas liés.

L’enquête initiale sur les deux accidents a pointé du doigt une lente érosion, après quinze ans, de la culture de la sécurité sur ce site de plusieurs milliards de dollars.


- Complément d’info - Un incendie s’était par ailleurs produit mercredi 5 février sur ce même site de stockage de déchets nucléaires dans l’Etat américain du Nouveau-Mexique.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : The Gazette. Traduction par Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Photo : Current Argus News

Lire aussi : Malgré les conclusions du débat public, l’Andra continue le projet Cigeo

DOSSIER    Déchets nucléaires

THEMATIQUE    International
16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires



Sur les mêmes thèmes       International