Grands projets inutiles : corruption, police et gaspillage. Voici la carte des résistances

20 décembre 2014 / Vladimir Slonska-Malvaud (Reporterre)



Aéroport, ferme-usine, barrage, stade, village de vacances, centre commercial… Notre-Dame-des-Landes et le Testet ne sont que deux parmi les nombreux Grands projets inutiles qui abiment la France. Sur le terrain, les opposants se mobilisent. Reporterre publie la carte de cette déferlante de béton.

GP2I, ça vous dit quelque chose ? Grands projets inutiles imposés. Tout est dit. « Ces projets constituent pour les territoires concernés un désastre écologique, socio-économique et humain, dit la Charte de Tunis, adoptée en mars 2013 lors du Forum social. Ils n’intègrent jamais la participation effective de la population à la prise des décisions, (…) s’inscrivent dans une logique de concurrence exacerbée entre les territoires et impliquent une fuite en avant vers toujours ‘plus grand, plus vite, plus coûteux, plus centralisateur’. »

Il y en a forcément un près de chez vous. De la ferme-usine des Mille Vaches à la centrale à biomasse de Gardanne, aucune région ne semble épargnée. En réaction, des citoyens se rassemblent, s’organisent et luttent. Recours judiciaires, occupation, création de Zad (zone à défendre).

« Chacun des mouvements a acquis des connaissances et des compétences, les uns sur la protection de la biodiversité, d’autres sur les problématiques ferroviaires, d’ordre juridique », écrit Attac dans un communiqué.

L’organisation est à l’initiative d’une première réunion de travail coopératif, qui s’est tenu à Paris samedi 13 septembre. « Il est de l’intérêt de tous de pouvoir mutualiser ces compétences, non pas pour créer une supra organisation, mais simplement pour être plus efficaces grâce aux savoirs que l’ont peut partager. »

Après quatre forums internationaux contre les GP2I, et une
convergence des luttes lancée en juillet depuis Notre-Dame-des-Landes, l’heure est donc au rassemblement et à la coopération.

Gaz de schiste, complexe commercial ou ligne ferroviaire. Reporterre publie aujourd’hui une carte de France, évolutive bien entendu, de ces GP2I.

- Pour toute correction ou complément,
envoyer courriel à < planete (arobase) reporterre.net >

- On nous a envoyé de nombreuses informations relatives à d’autres projets inutiles. Nous les ajouterons bientôt à cet article et à cette carte. On en indique déjà quelques-uns ci-dessous, après la carte. Merci de nous excuser de ce retard indépendant de notre volonté :)



Cliquer ICI pour VOIR EN PLEIN ECRAN


A quoi il conviendra d’ajouter :

- Décharge à ciel ouvert sur le site des Parrines, à Chateau-Arnoux (Alpes-de-Haute-Provence. Projet maintenu malgré un avis négatif de la commission d’enquête.

- Extension d’un supermarché à Réalmont, dans le Tarn.

- Lignes à haute tension dans la Durance, au nord des Alpes.

- Canal Seine Nord Europe : 1.300 hectares, vingt millions de mètres cubes d’eau prelevés dans les rivières et zones humides, prélèvement du fret sur les trains plutôt que sur les camions, import-export de céréales,… pour un coût de 4,8 milliards d’euros qui aura un "effet d’éviction" (termes de l’Inspection générale des finances") sur les autres investissements

- Carrière de Bedeilhac, dans l’Ariège.

- Réacteur expérimental de fusion thermonucléaire ITER, à Cadarache. 13 milliards d’euros - et des milliers de tonnes de béton - pour une éventuelle et incertaine énergie à la fin du siècle.

- Centrale à biomasse de Pierrelatte (Drôme) : elle dévore 150.000 tonnes de bois par an.

- Déviation routière en pleine zone naturelle près de Deauville, combattue par l’association Pays d’Auge nature et conservation.

- Centre de Congrès à Annecy, sur la presqu’ile d’Albigny.

- Projet de LGV (ligne à grande vitesse) Limoges-Poitiers. À voie unique. Sans possibilité d’y faire circuler des trains de marchandises. Pas rentable économiquement. Fort impact écologique. Info ici.

- Mine d’or dans la Creuse : près de Lussat. Voir le Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois.

- Hyper incinérateur à Echillais, près de Rochefort, en Charente-Maritime. Tiens, encore avec la compagnie Vinci.

- Surface commerciale à Montesson (Yvelyines) : la ZAD Patates résiste.

- Usine de tri mécano biologique à Bordères-sur-l’Echez, dans les Hautes Pyrénées. Bien que l’enquête publique ait montré le refus des habitants, la préfecture a donné son accord pour le permis de construire le 23 septembre. Trois jours avant l’amendement de la loi relative à la transition énergétique et la croissance verte qui interdit la construction de ces usines... à partir de janvier 2016. Voir l’Adrise, association des riverains

- Le projet fou d’autoroute marine autour de l’ïle de La Réunion. Le projet du conseil Régional de « la nouvelle route du littoral » va coûter plus de deux milliards d’euros aux contribuables européens pour seulement douze kilomètres. Une fois de plus les options alternatives on été survolées. Si le projet se concrétise, les gagnants seront Vinci, Bouygues, les vendeurs d’automobile et de pétrole. Les perdants seront la biodiversité et la population réunionnaise (la région en s’endettant sur ce projet risque de cristalliser l’investissement structurel pour l’île pour les 25 années à venir, selon la Cour des comptes).

- Un projet de gare à Allan, juste à côté de Montélimar, où il y a déjà une gare.... Il s’agit de la construction d’une gare TGV à Allan, en zone agricole, sachant qu’il existe déjà deux gares TGV à proximité (Valence et Avignon), et deux gares ferroviaires (Montélimar et Le Teil). Imaginé il y a 20 ans, ce projet est porté aujourd’hui par les députés-maires UMP Franck Reynier (Montélimar) et Hervé Mariton (Crest).




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Dossier GPII : Grands projets inutiles imposés

Source : Vladimir Slonska-Malvaud pour Reporterre

Première mise en ligne le 13 septembre 2014.


Cettte carte a été réalisée par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info
30 septembre 2016
En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir
Alternative
29 septembre 2016
« L’Homme qui plantait des arbres » : quand l’œuvre de Giono s’enracine au pied de La Défense
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Vladimir Slonska-Malvaud (Reporterre)