Pour un accès responsable à la nature en période de confinement

Durée de lecture : 7 minutes

22 avril 2020 / Billy Fernandez et Solène Petitdemange



« Se promener dans la nature n’a pas d’incidence sur la circulation du coronavirus », rappellent les auteurs de cette tribune. « En revanche, de nombreuses études démontrent l’effet bénéfique du contact avec la nature et de l’activité physique sur la santé. »

Billy Fernandez est accompagnateur en montagne. Solène Petitdemange est médecin généraliste.


La liste des personnes signataires de cette tribune se trouve à la fin du texte.


Monsieur le président de la République,

Le confinement instauré par le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 limite l’exercice de l’activité physique et de la promenade à une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile (et cent mètres de dénivelé par arrêté préfectoral en Haute-Savoie). Certains préfets, comme celui de l’Isère, ont également pris des arrêtés interdisant la pratique des activités de plein air et de montagne – dont la randonnée – sur l’ensemble du territoire départemental. Alors que nous manquons de moyens, cette réglementation semble être appliquée avec sévérité en espace naturel et mobilise des moyens parfois très importants (hélicoptères, drones, quads, motocross, etc.), y compris à l’encontre de simples promeneurs, respectant les gestes barrières de mise à distance. La presse locale et nationale s’en fait d’ailleurs régulièrement l’écho.

L’heure n’est pas à pratiquer des sports de nature ou de montagne à risque, au vu de la très forte tension, voire la saturation, dans certains établissements hospitaliers. Mais comment comprendre que l’on verbalise de simples promeneurs respectant les règles ?

Il serait pourtant logique de pouvoir se disperser dans les espaces de nature

En cette période de confinement, il serait pourtant logique de pouvoir se disperser dans les espaces de nature plutôt que de se concentrer dans les lieux à forte densité, dès lors que les activités pratiquées ne sont pas plus risquées que le jardinage ou autres pratiques domestiques, et de manière qu’elles n’induisent pas de surfréquentations dommageables pour la faune, la flore et les milieux. En effet, pratiquées de façon responsable et en respectant une distance minimale qui pourrait être portée à deux mètres, ces activités (promenade, randonnée, trail, photographie, yoga, etc.) n’ont pas d’incidence sur la circulation du virus, ni sur l’accidentologie.

Il est en outre scientifiquement établi que ces activités contribuent à maintenir les individus en bonne santé, sur le plan psychologique mais aussi immunitaire. Ainsi, de nombreuses études médicales démontrent l’effet bénéfique du contact avec la nature sur le stress, l’anxiété, ou encore la dépression. Il est aussi démontré que ce bénéfice se répercute sur le système immunitaire et sur les comportements addictifs (liés à la dépendance envers l’alcool, le tabac, les anxiolytiques, les psychotropes) et probablement même sur les violences familiales. C’est également un outil de justice sociale : l’accès à la nature est d’autant plus important quand on est confiné dans un environnement de béton, dans un logement exigu, sans jardin, et parfois toxique.

En l’absence de vaccin et de traitement, notre système immunitaire apparaît, outre les gestes barrières et de distanciation sociale, comme la meilleure arme pour lutter contre le virus. Il convient donc de le protéger.

Par ailleurs, en favorisant la motivation à « bouger » dans un environnement naturel agréable (beauté, silence, odeurs), ces activités permettraient de lutter contre la morbidité liée à la sédentarité (maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, insuffisance veineuse, douleurs articulaires, mal de dos, etc.), inhérente au confinement. Du reste, en Allemagne, où l’épidémie de Covid-19 est moins sévère qu’en France, la pratique des sports et activités de plein air a été encouragée, dès sa première allocution, par la chancelière Angela Merkel, suivie depuis par les dirigeants des Länder. Les autorités appellent la population à être raisonnable et à privilégier les balades ou sorties en vélo de proximité, sans limitation kilométrique, ni attestation de déplacement. Il est ainsi autorisé d’aller à la plage lorsqu’on habite un Land côtier. Même la pratique générale des sports de montagne n’est pas interdite, seulement déconseillée. Des approches similaires existent en Suisse et en Belgique, notamment.

Le Covid-19 est à l’origine d’une épidémie qui compte déjà plus de 170.000 morts dans le monde et plus de 20.000 en France, et en provoquera certainement beaucoup plus. Le confinement risquant de durer encore de longues semaines, il ne faudrait pas que s’y ajoutent d’autres sources de mortalité parmi celles évoquées plus haut, qui tuent déjà en temps normal des milliers de personnes chaque année (41.000 pour l’alcool, 75.000 pour le tabac, 21.000 pour la sédentarité...)

Ainsi, nous vous demandons, Monsieur le président de la République, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 et contre les autres causes de mortalité et morbidité associées au confinement, de modifier le décret et d’autoriser l’accès aux espaces naturels, à condition de respecter strictement des règles de distanciation sociale éventuellement renforcées, et exclusivement pour les activités qui ne présentent objectivement pas plus de risque que des activités domestiques ou de jardinage. Nous laissons le soin aux autorités de définir ce cadre.


  • Liste des signataire.s. de la tribune

- Christophe André - Psychiatre, psychothérapeute
- Alexia Barrier : Navigatrice, Skipper du Vendée Globe 2020, Fondatrice de 4myplanet
- Delphine Batho - Députée, ancienne ministre de l’écologie, présidente de Génération Écologie
- Philippe Bourdeau - Enseignant chercheur, spécialiste des pratiques sportives de nature
- Dominique Bourg - Philosophe, professeur honoraire à l’Université de Lausanne
- Valérie Cabanes — Juriste internationale, autrice de Homo Natura. En harmonie avec le vivant
- André Cicolella – Toxicologue, président du Réseau Environnement Santé
- Lionel Daudet – Alpiniste et écrivain engagé, auteur de Le tour de la France, exactement
- Pascale d’Erm – Autrice de Natura - Pourquoi la nature nous soigne... et nous rend plus heureux
- François Labande – Alpiniste, écrivain, administrateur du Parc national des Écrins
- Xavier de Le Rue – Snowboarder, double champion du monde et triple vainqueur du Freeride World Tour
- Henri Malosse – 30e président du Comité économique et social européen
- Frédi Meignan – Acteur de la montagne, ancien gardien du refuge du Promontoire
- Corinne Morel Darleux — Conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes, autrice de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce
- Guillaume Néry – Champion du monde d’apnée
- Xavier Ricard – Philosophe, ethnologue, essayiste, cofondateur de la revue Terrestres
- Marie Toussaint – Députée européenne, juriste, à l’origine de la pétition « l’Affaire du siècle »
- Guillaume Vallot — Journaliste, éditeur et alpiniste


Les auteurs de cette tribune sont à l’origine d’une pétition, déjà signée par près de 26.000 personnes, « pour un accès responsable à la nature en période de confinement ». Pour la signer, cliquez-ici.





Lire aussi : Au nom du coronavirus, l’État met en place la société de contrôle

Source : Courriel à Reporterre

Photo :
. chapô : Massif des Aiguilles de Chabrière, Hautes-Alpes, printemps 2019. © Billy Fernandez

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    Covid-19

THEMATIQUE    Nature Libertés
9 novembre 2020
La santé mentale, grande oubliée de la crise sanitaire
Info
27 octobre 2020
La fermeture des frontières place les migrants à la merci du changement climatique
Info
20 novembre 2020
Politique anti-Covid : la France impose, l’Allemagne concerte
Info


Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Nature Libertés