Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Culture et idées

« Il nous faut apprendre à aimer les doux »

Dans ce joli livre, Nancy Huston donne à sentir tout ce que la pandémie rend nécessaire de changer dans un monde régenté par des « hommes surpuissants » et des « pères tyranniques ».

  • Présentation du livre par Hervé Kempf, de Reporterre :

Lors du premier confinement dû au Covid, en 2020, la surprise nous a saisi, mais aussi, pour beaucoup, des sentiments nouveaux et mêlés d’anxiété, d’espoir d’un « monde d’après », ou de silence méditatif sur ce qui nous arrivait. Ainsi en a-t-il été de l’écrivaine Nancy Huston qui, plutôt qu’un journal, a écrit de courtes notes, essayant de saisir le sens de cette période étrange. Rassemblées, ces chroniques, dont plusieurs ont été publiées dans Reporterre — livrent un regard juste sur le monde comme il va, à la fois doux et acéré. Toutes les méditations de Huston s’appuient sur des petites histoires, et son propos, au croisement entre écologie et féminisme, nous font comprendre la nécessité de sortir du monde patriarcal où des « pères tyranniques », des « hommes surpuissants », nous conduisent au désastre humain, écologique et pandémique.

« Il nous faut apprendre à aimer les doux », suggère Huston à « ô mes sœurs », plutôt que les machos et les guerriers, « quitter l’Ère des violents et entrer dans l’Ère des vivants ». Et plus que la maladie qui écrase la société, chercher à comprendre ce qui lui a ouvert les vannes : « Ce n’est pas la Covid-19 qui doit nous effrayer, c’est le CAC40 ». Mais nulle injonction, nulle imprécation dans ce livre juste et soucieux des êtres : il n’accuse pas tant les autres qu’il nous invite à nous demander, chacune et chacun, comme nous avons contribué au grand désordre. « Comme si les autres bêtes nous disaient, “ça suffit, réfléchissez” ». Réfléchir, et aussi apprécier cet ouvrage si bien écrit, qui rappelle que « les livres sont des tapis volants ».


  • Je suis parce que nous sommes, Nancy Huston, Leméac, 2020, 15 €.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende