« Industriels, le monde que vous servez est moribond »

Durée de lecture : 6 minutes

3 mars 2020 / L’Amassada



« Refusez de faire le jeu des puissances mortifères », enjoignent les auteurs de cette tribune, toujours mobilisés contre la construction d’un mégatransformateur électrique dans l’Aveyron. Alors que quatre personnes sont poursuivies en justice pour leur action sur la Zad de l’Amassada, deux jours de rassemblement de soutien sont organisés.

Le 11 mars 2020 au tribunal de Rodez seront jugées quatre personnes pour outrage et violence envers les forces de l’ordre et l’ordre des forces de RTE (Réseau transport électricité). Elles ont été arrêtées lors d’une manifestation réunissant une centaine de résistants, devant le chantier du mégatransformateur de Saint-Victor-et-Melvieu (Aveyron) [1], le 12 octobre 2019. Quatre jours auparavant le hameau de l’Amassada était expulsé et détruit par des gendarmes, des blindés et des pelles mécaniques. « Force est restée à la loi », avait déclaré la préfète venue assister à l’évènement.

Quel est le contexte ? Il suffit de fréquenter un tant soit peu les médias sérieux pour documenter ce qui est sûr : une catastrophe planétaire est en cours. Régulièrement des centaines ou des milliers de scientifiques experts publient tribunes et rapports alarmants.

Régulièrement des évènements climatiques rendent sensible l’humeur de la nature. Chaque jour elle manifeste… Quelles qu’en soient les formes, les réactions ou absences de réaction des humains sont massives : catastrophisme, collapsologie, déni, cynisme, angoisse, repli individuel, organisation collective, résistance… Hormis quelques « perchés », personne ne peut plus dire « on ne savait pas ». Inutile de développer davantage, « on va droit dans le mur » ponctue toutes les conversations.

Dès 1972, on le disait : la logique de croissance économique et industrielle n’est pas soutenable

Et le désastre écologique n’est pas isolé, il est étroitement imbriqué aux questions sociales, géostratégiques, anthropologiques. Le danger est actuel ou imminent. Dès 1972, le célèbre rapport Meadows annonçait la couleur : la logique de croissance économique et industrielle n’est pas soutenable… Autre couleur d’annonce, le pull rouge de René Dumont qui porte la question à la connaissance de chaque citoyen. Ce premier candidat écologiste aux élections présidentielles françaises est paru à la télévision en 1974, prédisant la menace qui pèse sur les ressources naturelles, dont l’air et l’eau, et prédisait un effondrement généralisé pour le milieu du XXIe siècle si des mesures drastiques n’étaient pas prises. En fait de mesures, le monde a été servi puisqu’il s’est agi depuis de tout mesurer, de tout normaliser, numériser jusqu’au diamètre des tomates, pour industrialiser l’ensemble de l’activité humaine si ce n’est l’humain lui-même.

Comme pour faire durer l’illusion des « Trente glorieuses », les efforts n’ont pas manqué, qui des partis écologistes, qui des militants et activistes, qui des ONG, qui des lois et incitations pédagogiques ou fiscales, qui des sommets mondiaux et autres grandes incantations, qui de la culpabilisation des consommateurs eux-mêmes. Aujourd’hui, les grandes entreprises supra nationales organisent les marchés dont celui du carbone en demandant aux États la caution règlementaire quand elles ne favorisent pas l’installation de gouvernements mafieux. Tous les partis politiques verdissent mais la croissance reste leur indicateur-phare sans que l’on prenne le soin de lui accoler un complément d’objet. Croissance de quoi ? La prévision du trafic aérien est à la hausse, la vente des « SUV » a progressé en France de 30 % pendant la dernière décennie, la 5G s’installe tranquillement, on parle de la 6... Pour ne prendre que des exemples triviaux.

De toute évidence, la combinaison entre les bonnes volontés et les entourloupes du profit ne parvient pas à infléchir la trajectoire apocalyptique. Les acteurs de la démocratie elle-même, aliénés aux lobbies et aux logiques électorales, ne peuvent prendre les décisions forcément douloureuses qui seraient à la hauteur des problèmes. Le vote n’est donc plus un levier suffisant pour impulser l’aggiornamento planétaire nécessaire. Quel autre moyen, pour rester un tant soit peu attaché à la démocratie, que de la secouer ? Manifestations, blocages, grèves, Zad, lanceurs d’alerte, utilisation des instruments de la justice, comme dernier rempart institué de civilisation.

L’opposition à la réalisation du projet de RTE comme nécessaire à la sauvegarde de la planète

En ce qui nous concerne, à Saint-Victor, la voie judiciaire a été privilégiée, notamment pour démontrer l’imposture de la déclaration d’utilité publique. Ce qui n’a pas empêché les brutalités, la destruction et le démarrage des travaux alors qu’un recours déposé au tribunal administratif de Toulouse pour illégalité de la procédure n’est pas encore jugé... Nous considérons l’opposition à la réalisation du projet de RTE comme nécessaire à la sauvegarde du bien de l’humanité, sa planète.

Dès lors se trouvent réunies les deux premières conditions qui permettent d’invoquer la notion d’état de nécessité [2] : une situation de danger actuel ou imminent, un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien. La troisième condition exige qu’il n’y ait pas de disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. C’est là que doit s’exercer le jugement. En 1940, le danger était avéré, il n’y avait pas d’autre moyen que de lui résister puisque les gouvernants, a minima temporisaient, a maxima collaboraient. Les deux premières conditions étaient réunies, restait à juger si les actes des résistants étaient proportionnés. Il semble que cela n’ait pas été mis en doute. Cet argument peut paraître déplacé, concernant de « simples et pauvres » militants de l’écologie.

Sur la Zad de l’Amassada, en février 2019.

Mais qu’on y réfléchisse bien. D’un côté, nous, engagés avec nos corps, de l’autre une puissance industrielle meurtrière, ses moyens de propagande (imposture de la transition énergétique), son idéologie de fuite en avant, servie par des forces de
l’ordre instrumentalisées, mercenaires sur deniers publics. Les mêmes qui prêtent main forte pour déloger les campements de réfugiés ou les locataires qui ne payent pas leur loyer. Ne voyez-vous pas que le monde que vous servez est moribond ?

Comme la troupe au 18 mars 1871, refusez de faire le jeu des puissances mortifères qui d’ailleurs vous méprisent ! La résistance est la propriété d’un composant à s’opposer au passage du courant électrique. Son unité de mesure est l’ohm.


Venez rejoindre l’Amassada les 10 et 11 mars à Rodez, rassemblements, conférences, pique-nique, musique...
Cette tribune est également publiée sur le site douze.noblogs.org





[1Un projet porté par RTE, une filiale à 51 % d’EDF, qui souhaite désengorger ses grands axes de distribution d’électricité, selon elle saturés par la mise en service de nombreux parcs éoliens et photovoltaïques dans le sud du Massif central. Lire ou relire nos précédents articles, comme « Expulsée, la Zad de l’Amassada n’abandonne pas la bataille contre le mégatransformateur ».

[2Selon l’article 122-7 du code pénal, « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. »


Lire aussi : Expulsée, la Zad de l’Amassada n’abandonne pas la bataille contre le mégatransformateur

Source : Courriel à Reporterre

Photo : © Alain Pitton/Reporterre
la Zad de l’Amassada, 10 février 2019.

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

THEMATIQUE    Énergie Luttes
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
24 novembre 2020
Avec le soutien de Macron, Amazon continue à tisser sa toile en France
Enquête
18 novembre 2020
Locataires et précaires, grands oubliés de la rénovation
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Énergie Luttes