L’Andra finance une campagne de communication contre les déchets radioactifs

Durée de lecture : 2 minutes

15 mai 2019



Bures n’est pas Bure et veut que ça se sache ! Bures, en Meurthe-et-Moselle, se plaint d’être confondue avec Bure, dans la Meuse, voisin d’une centaine de kilomètres, car ce dernier a mauvaise presse à cause du projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs. En effet, Bure, petit village de 80 habitants, a été choisi pour accueillir le projet Cigéo, porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Le maire de Bures, Michel Marchal, l’a dit au Canard enchaîné daté du 8 mai 2019 : « Le Bure meusien nous pénalise. Souvent, quand on nous appelle, on nous demande si ce n’est pas ici qu’il y a des déchets radioactifs. » Les touristes hésitent à venir et les hébergements se vident, en dépit de la base de loisirs de la commune, de son étang et de son observatoire à oiseaux.

Selon le journal satirique, la commune de Bures a donc lancé une campagne de communication pour se distinguer de son homonyme toxique et redorer son blason. Coût de l’opération : 20.000 euros, soit deux fois plus que le budget annuel de la municipalité. Et l’Andra a accepté de financer en partie la campagne, à hauteur de 3.000 euros, dans le cadre de sa politique de parrainage. D’ordinaire, ces parrainages se limitent à des projets situés à proximité du site Cigéo, dans des territoires comme la Meuse ou la Haute-Marne.

France Bleu Lorraine a interrogé la porte-parole de l’Andra, Dominique Mer, sur cette subvention :

« Est- ce une manière de reconnaître qu’il y a une mauvaise image autour de ce site d’enfouissement des déchets radioactifs et d’acheter la paix sociale ?
— Nous le voyons d’une autre façon,
a répondu la salariée. L’Andra inscrit ses activités sur le long terme. Nous voulons devenir un acteur local et responsable. Raison pour laquelle nous accompagnons des initiatives qu’on verra grandir à nos côtés comme voisin. »






11 juillet 2020
La baleine franche de l’Atlantique nord est au bord de l’extinction
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Pollution de l’air : le Conseil d’État ordonne au gouvernement d’agir, sous astreinte de 10 millions d’euros par semestre
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Lubrizol poursuit sa réouverture progressive, au grand dam des associations et élus locaux
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Budget : les députés ne prennent pas en compte les mesures de la Convention climat
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
La justice condamne la construction illégale du barrage de Caussade
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Projet T4 de terminal à Roissy : 0/20, à revoir, selon l’Autorité environnementale
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Le projet de Center Parcs à Roybon est abandonné, grâce aux luttes
Lire sur reporterre.net
8 juillet 2020
Manifestation : Ensemble pour le climat et contre les violences policières
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Le mois dernier fut le « 2e mois de juin le plus chaud pour l’Europe »
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Contre l’avis de la mairie de Paris, le gouvernement valide le réaménagement polémique de la gare du Nord
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Aux Etats-Unis, la critique de la pollution par le plastique est qualifiée de « terrorisante »
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Des collectifs demandent un moratoire sur les projets de centres commerciaux et logistiques
Lire sur reporterre.net
3 juillet 2020
Pollution de l’air : l’État risque une lourde amende pour inaction
Lire sur reporterre.net
3 juillet 2020
Mercosur : « Stoppées net » selon M. Macron, les négociations sont finalisées, annonce l’Union européenne
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Le reporter Stéphane Trouille est condamné à huit mois ferme en appel
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

10 juillet 2020
EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire
Info
11 juillet 2020
Pièges à lapin, plantes comestibles et purificateurs d’eau : j’ai suivi un stage survivaliste
Reportage
11 juillet 2020
Antennes téléphoniques : des enfants italiens invoquent le principe de précaution
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires