L’Andra finance une campagne de communication contre les déchets radioactifs

Durée de lecture : 2 minutes

15 mai 2019

Bures n’est pas Bure et veut que ça se sache ! Bures, en Meurthe-et-Moselle, se plaint d’être confondue avec Bure, dans la Meuse, voisin d’une centaine de kilomètres, car ce dernier a mauvaise presse à cause du projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs. En effet, Bure, petit village de 80 habitants, a été choisi pour accueillir le projet Cigéo, porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Le maire de Bures, Michel Marchal, l’a dit au Canard enchaîné daté du 8 mai 2019 : « Le Bure meusien nous pénalise. Souvent, quand on nous appelle, on nous demande si ce n’est pas ici qu’il y a des déchets radioactifs. » Les touristes hésitent à venir et les hébergements se vident, en dépit de la base de loisirs de la commune, de son étang et de son observatoire à oiseaux.

Selon le journal satirique, la commune de Bures a donc lancé une campagne de communication pour se distinguer de son homonyme toxique et redorer son blason. Coût de l’opération : 20.000 euros, soit deux fois plus que le budget annuel de la municipalité. Et l’Andra a accepté de financer en partie la campagne, à hauteur de 3.000 euros, dans le cadre de sa politique de parrainage. D’ordinaire, ces parrainages se limitent à des projets situés à proximité du site Cigéo, dans des territoires comme la Meuse ou la Haute-Marne.

France Bleu Lorraine a interrogé la porte-parole de l’Andra, Dominique Mer, sur cette subvention :

« Est- ce une manière de reconnaître qu’il y a une mauvaise image autour de ce site d’enfouissement des déchets radioactifs et d’acheter la paix sociale ?
— Nous le voyons d’une autre façon,
a répondu la salariée. L’Andra inscrit ses activités sur le long terme. Nous voulons devenir un acteur local et responsable. Raison pour laquelle nous accompagnons des initiatives qu’on verra grandir à nos côtés comme voisin. »




3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
En Colombie, les gangs profitent du confinement pour assassiner des militants des droits humains
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
En pleine crise du coronavirus, l’UE donne son feu vert à un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Les « éléphants à touristes » menacés de mourir de faim en Thaïlande à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Une manifestation pour sauver le système de santé
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le général Lizurey, qui a expulsé la Zad, assiste Édouard Philippe dans la lutte contre le Covid-19
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville repoussé à 2024
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - En Guyane, l’orpaillage illégal s’intensifie pendant la pandémie
Reportage
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - Rendues vulnérables par un système de santé dégradé, les Outremer se préparent au pire
Info


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires