Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Pêche

L’Europe interdit le chalutage en eau profonde d’une petite partie de l’Atlantique

Un chalutier au port de Guilvinec, en Bretagne, en 2008.

Le 15 septembre, la Commission européenne a annoncé la fermeture d’une partie de l’océan Atlantique nord-est aux engins de pêche fragilisant les fonds marins. Situées au large des côtes de l’Irlande, de la France, du Portugal et de l’Espagne, « 87 zones sensibles » verront ainsi leur biodiversité préservée de l’activité destructrice des chalutiers en eau profonde.

« C’est un jour de joie, a réagi avec enthousiasme Claire Nouvian, fondatrice de l’association Bloom, qui œuvre à la conservation marine. Les écosystèmes remarquables au-delà de 400 mètres de profondeur vont enfin pouvoir souffler et cesser de se faire broyer par des énormes engins industriels qui pulvérisent des coraux millénaires, des éponges et des requins centenaires… » Elle accuse cependant Paris et Madrid d’avoir longtemps bloqué l’envoi de données scientifiques permettant d’établir la cartographie des milieux à protéger en priorité, et ce, dans le but de satisfaire les lobbies de la pêche.

Lire aussi : « Le Parlement européen est miné par les lobbies de la pêche industrielle »

Cette nouvelle interdiction s’adresse à tous les navires équipés d’engins de fond, du filet maillant aux palangres, en passant par les casiers, les pièges ou encore les dragues. La zone de protection définie s’étend sur 16 400 km2, soit près d’une fois et demi la superficie de l’Île-de-France.

Élaboré après deux ans de vifs débats entre les États membres et les acteurs concernés, ce règlement viendra compléter l’interdiction du chalutage de fond en dessous de 800 mètres de profondeur, actée par l’Union européenne en 2016. Il offrira un répit à ces écosystèmes marins vulnérables, dont la capacité à stocker efficacement et à long terme le CO2 se révèle précieuse dans la lutte contre le changement climatique.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende