Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Numérique

L’antenne 4G soupçonnée de perturber des vaches ne sera pas désactivée

L’antenne 4G ne sera pas débranchée pour le moment. D’après l’AFP, le Conseil d’État a annulé, le 17 août, la décision du tribunal administratif de Clermont-Ferrand. Celui-ci avait ordonné le 23 mai la désactivation pour deux mois d’une antenne relais en Haute-Loire. Frédéric Salgues, un éleveur de Mazeyrat-d’Allier, la soupçonnait d’affecter le comportement de son troupeau.

L’agriculteur affirme que ses bovins meurent davantage depuis l’installation, en mai 2021, d’une antenne relais à proximité de son élevage. En outre, sa production de lait a diminué. Le tribunal administratif de Clermont-Ferrand était allé dans son sens, en demandant aux opérateurs (Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR) d’interrompre l’antenne relais. Mais ces derniers se sont pourvus en cassation devant le Conseil d’État.

La haute juridiction administrative ne conteste pas la décision sur le fond, mais sanctionne une erreur de droit : le tribunal n’aurait « pas caractérisé l’existence d’un péril grave ». L’avocat de Frédéric Salgues affirme étudier d’autres recours en justice.

De leur côté, les avocats des opérateurs téléphoniques rappellent qu’aucune étude scientifique n’établit de lien entre la santé des animaux et les antennes relais.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende