L’habitat informel en Guyane et à Mayotte est menacé par le projet de loi Élan

Durée de lecture : 3 minutes

24 juillet 2018 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Le projet de loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dit Élan, est en discussion au Sénat. Il comporte notamment une mesure qui pourrait entrainer la démolition de centaines d’habitats précaires à Mayotte et en Guyane.

Résistants (encore un peu) à la torpeur estivale, les sénateurs devaient examiner jusqu’au mardi 24 juillet le projet de loi sur l’évolution du logement de l’aménagement et du numérique, dit Élan.

Alors que la France métropolitaine se désintéresse complètement de ce laborieux mille-feuille législatif, Guyanais et Mahorais suivent avec inquiétude les débats parlementaires. En cause, un petit amendement passé presque inaperçu juste après l’article 57. Adopté en première lecture par les députés, il pourrait aboutir à l’expulsion de centaines d’habitants dans ces deux départements d’outre-mer. Leur tort : vivre dans des quartiers informels.

« Cet amendement donne des pouvoirs exorbitants au préfet de Guyane pour détruire, sans décision du juge et dans un délai d’un mois, tout quartier d’habitat informel », explique Marius Florella, de la fédération Droit au logement (DAL) de Guyane. Dans les faits, s’il estime qu’il existe « des risques graves pour la salubrité, la sécurité des habitants ou la tranquillité publique », « le représentant de l’État dans le département peut, par arrêté, ordonner aux occupants de ces locaux et installations d’évacuer les lieux et aux propriétaires de procéder à leur démolition à l’issue de l’évacuation ».

Un habitat informel, selon l’amendement, est un local édifié « majoritairement sans droit ni titre » sur un terrain non viabilisé, c’est-à-dire où manque l’un de ces éléments : voirie, réseau d’eau potable, égouts, réseau d’électricité, équipement collectif « propres à en assurer la desserte, la salubrité et la sécurité dans des conditions satisfaisantes ».

« Normalement, quand on a des quartiers informels, on régularise, on viabilise » 

Or dans les départements ultramarins de Guyane et de Mayotte, ces habitats sont légion, souligne Jean-Baptiste Eyraud, du DAL : « En Guyane, la spéculation foncière sur la bande littorale est telle qu’il est très difficile pour les populations pauvres d’accéder à des terrains. Plutôt qu’être à la rue, des centaines de familles ont donc construit des cabanes sans permis de construire, qui sont aujourd’hui devenues de belles maisons, où elles vivent parfois depuis des années. » Dans ces quartiers, même s’il manque souvent certaines commodités de base (tout-à-l’égout, routes goudronnées), on trouve des commerces, des écoles, des lieux de culte. D’après Marius Florella, des milliers de personnes pourraient cependant être expulsées de leur logement par la future loi.

L’amendement, porté à l’origine par le gouvernement avec le soutien d’élus locaux, vise à juguler « l’expansion des constructions illicites par des occupants sans droit ni titre, dans un contexte de pression migratoire sans comparaison avec l’Hexagone et les autres territoires ultramarins ».

Pour M. Eyraud, la démolition n’est pas la solution : « Normalement, quand on a des quartiers informels, on régularise, on viabilise. C’est ce qu’on appelle la résorption des habitats insalubres. Dans tous les autres pays de la région, c’est ainsi que ça se passe. » Il fustige une « mesure néocoloniale ». Un avis partagé par Marius Florella, qui refuse cette « nouvelle discrimination » : « Nous sommes toujours dans la République, souligne-t-il. On ne peut pas créer une loi uniquement pour Mayotte et la Guyane. Les 80 km/h s’appliquent partout en France, les lois doivent s’appliquer partout de la même manière. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : À Châtenay-Malabry, le Grand Paris « chasse les pauvres »

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photo :
. chapô : un logement informel en Guyane. © DAL

DOSSIER    Habitat Écologie et quartiers populaires

18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Habitat Écologie et quartiers populaires





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)