Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Énergie

L’inflation s’envole, le Royaume-Uni taxe le secteur pétrolier et gazier

Plateforme gazière offshore dans la baie de Morecambe, au Royaume-Uni.

Les géants de l’énergie vont devoir mettre la main au portefeuille. Jeudi 26 mai, le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, a annoncé un nouveau paquet d’aides de 15 milliards de livres sterling (plus de 17,6 milliards d’euros) à destination des foyers les plus modestes. Ce budget sera en partie financé par les entreprises de pétrole et de gaz, dont les bénéfices vont être taxés à hauteur de 25 %.

Le gouvernement britannique rechignait depuis plusieurs mois à mettre en œuvre cette disposition. Mais l’inflation ne cesse d’augmenter — elle était à 9 % en avril, un record depuis quarante ans — et les habitants sont de plus en plus nombreux à être en difficulté financière. Le gouvernement a donc dû agir et proposer de nouvelles aides, après un premier paquet de 22 milliards de livres sterling annoncé précédemment.

Ce sont donc les entreprises de pétrole et de gaz [1] ayant réalisé des « profits extraordinaires » depuis le début de la guerre en Ukraine et la hausse mondiale des cours d’hydrocarbures, qui participeront au soutien des familles les plus modestes. Les entreprises pourront toutefois être quasiment exemptées de cette taxe si elles réinvestissent leurs bénéfices dans des sources d’énergie bas carbone.

L’ONG Greenpeace réclamait jusqu’ici une taxe de minimum 70 %.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende