La Commission du débat public refuse d’être instrumentalisée par le gouvernement

Durée de lecture : 2 minutes

18 décembre 2018



Dans une lettre adressée à Matignon datée du 15 décembre, la commission nationale du débat public (CNDP), chargée de mettre sur pieds la « grande concertation » rappelle fermement ses principes et son indépendance. Plusieurs de ses membres estiment que si l’exécutif ne respecte pas les règles, la CNDP doit se retirer du jeu.

« Il est primordial de ne jamais laisser entendre que le gouvernement pilote directement ou indirectement », écrit noir sur blanc la CNDP dans cette lettre. Elle rappelle également qu’un débat public ne peut être un outil à la solde du pouvoir : la commission « veillera à ce que les réunions du ’grand débat’ ne soient en aucun cas des ’meetings politiques’, ni pour le gouvernement, ni pour la majorité », écrit-elle. La commission rappelle qu’elle est neutre, indépendante et qu’elle seule décide de la méthode pour organiser le débat et en restituer les conclusions.

Après avoir mené, elle aussi, une série de consultations préalables, la CNDP met en garde l’exécutif : la défiance est forte. Elle lui déconseille d’évoquer « des lignes rouges » et de persister à employer des termes comme « pédagogie », ou « explication » au risque de vider les salles ou de les radicaliser. Elle réclame du gouvernement qu’il « s’engage à répondre par écrit, de manière argumentée et détaillée à toutes les positions et propositions » et à ne prendre pendant les deux mois et demi de concertation aucune décision qui n’en tienne pas compte.

En cause notamment, la réunion convoquée mardi 18 décembre au soir à l’Elysée pour préparer le grand débat national, en présence du Premier ministre, qui fait bondir certains membres de la commission, selon franceinfo. L’un d’entre eux évoque une « réunion jupitérienne » en contradiction absolue avec les principes de l’institution. « Emmanuel Macron ne peut pas en faire une affaire personnelle », s’indigne l’un des représentants de la société civile qui y siège.

Emmanuel Macron envoie pourtant le signal parfaitement contraire quand il déclare comme il l’a fait hier que finaliser le débat public et en clarifier les règles avant le Conseil des ministres impose qu’il n’aille pas à Biarritz. C’est une « priorisation normale de mon agenda » a déclaré le chef de l’État, qui se fait remplacer par Jean-Yves Le Drian, son ministre des Affaires étrangères, à la réunion de préparation du G7.





Lire aussi : Chantal Jouanno : « Ce n’est pas au décideur d’éclairer le public, c’est au public d’éclairer le décideur »


11 juillet 2020
La baleine franche de l’Atlantique nord est au bord de l’extinction
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Pollution de l’air : le Conseil d’État ordonne au gouvernement d’agir, sous astreinte de 10 millions d’euros par semestre
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Lubrizol poursuit sa réouverture progressive, au grand dam des associations et élus locaux
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Budget : les députés ne prennent pas en compte les mesures de la Convention climat
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
La justice condamne la construction illégale du barrage de Caussade
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Projet T4 de terminal à Roissy : 0/20, à revoir, selon l’Autorité environnementale
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Le projet de Center Parcs à Roybon est abandonné, grâce aux luttes
Lire sur reporterre.net
8 juillet 2020
Manifestation : Ensemble pour le climat et contre les violences policières
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Le mois dernier fut le « 2e mois de juin le plus chaud pour l’Europe »
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Contre l’avis de la mairie de Paris, le gouvernement valide le réaménagement polémique de la gare du Nord
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Aux Etats-Unis, la critique de la pollution par le plastique est qualifiée de « terrorisante »
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Des collectifs demandent un moratoire sur les projets de centres commerciaux et logistiques
Lire sur reporterre.net
3 juillet 2020
Pollution de l’air : l’État risque une lourde amende pour inaction
Lire sur reporterre.net
3 juillet 2020
Mercosur : « Stoppées net » selon M. Macron, les négociations sont finalisées, annonce l’Union européenne
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Le reporter Stéphane Trouille est condamné à huit mois ferme en appel
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
10 juillet 2020
EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire
Info
11 juillet 2020
Antennes téléphoniques : des enfants italiens invoquent le principe de précaution
Tribune
10 juillet 2020
En Allemagne, le militant Loïc Schneider condamné à trois ans de prison
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Libertés