La calotte glaciaire du Groenland fond sept fois plus vite que prévu

Durée de lecture : 2 minutes

11 décembre 2019

La calotte glaciaire du Groenland, deuxième plus importante après celle de l’Antarctique, fond sept fois plus vite que prévu. C’est ce qu’indique une étude publiée mardi dans la revue scientifique Nature.

L’étude, menée avec le concours d’une centaine de scientifiques, compile des données relevées sur plus de 25 ans par des moyens terrestres et spatiaux. Selon les auteurs, ces nouvelles données montrent que les pertes de glace du Groenland suivent le scénario du réchauffement climatique le plus pessimiste établi par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

« Nous constatons un niveau de perte qui ne fait que s’amplifier au fur et à mesure des années », explique Xavier Fettweis, chercheur au Laboratoire de climatologie de l’Université de Liège (B), qui a contribué à l’étude.

Le Groenland a perdu 3.800 milliards de tonnes de glace depuis 1992

« Le taux de perte de glace est passé de 33 milliards de tonnes par an dans les années 1990 à 254 milliards de tonnes par an au cours de la dernière décennie, soit sept fois plus en trois décennies. En 2019, les premières estimations suggèrent une perte d’environ 500 milliards de tonnes », ajoute-t-il.

Au total, les chercheurs estiment que le Groenland a perdu près de 3.800 milliards de tonnes de glace depuis 1992. La moitié en surface, conséquence de la hausse des températures d’environ 1°C tous les 10 ans depuis 1990, et l’autre moitié en raison de l’augmentation de l’écoulement glaciaire (détachement d’icebergs), provoquée par la hausse des températures de l’océan.

En 2013, le Giec avait prédit que le niveau mondial de la mer augmenterait de 60 centimètres d’ici 2100, exposant 360 millions de personnes à des inondations côtières annuelles.

Cette nouvelle étude, qui montre que les pertes de glace augmentent plus vite que prévu au Groenland, table sur une hausse supplémentaire du niveau des mers de sept centimètres, ce qui aurait une incidence sur 40 millions de personnes de plus d’ici 2100.

Source : Le Matin

Complément d’info : Lien vers l’article de Nature

Photo : The Guardian



Lire aussi : La fonte des glaciers du Groenland multipliée par quatre en seulement dix ans


28 mars 2020
Les dépenses françaises pour la bombe atomique pourraient financer 100.00 lits de soins intensifs
Lire sur reporterre.net
28 mars 2020
Aux États-Unis, en raison du coronavirus, l’administration suspend les contrôles environnementaux
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
En pleine crise du Covid-19, les entreprises se préparent à verser des dividendes record
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
En 2018, on pouvait fabriquer 200 millions de masques par an en France
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
Plan de relance et aides d’urgence : la justice sociale et l’écologie doivent primer
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
Fermeture des marchés : les paysans lancent une carte des alternatives
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Les pangolins sont porteurs de coronavirus liés au SRAS-CoV-2, indique une étude scientifique
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Amazon ment et continue de profiter de la crise
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Charbon : les projets de centrales en recul pour la quatrième année consécutive
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Coronavirus : la qualité de l’air s’est améliorée de 20 à 30% à Paris, selon Airparif
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les compagnies aériennes demandent 200 miliards de dollars d’aide
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les hippopotames de Pablo Escobar restaurent un monde perdu
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Airbus force la reprise du travail chez ses sous-traitants, dénonce la CGT
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les associations environnementales demandent la suspension des enquêtes publiques
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Adieu, Manu Dibango
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    COP25

THEMATIQUE    Climat
27 mars 2020
Les Amap, îlots de lien social dans l’océan du confinement
Alternatives
27 mars 2020
Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar
Tribune
28 mars 2020
« La métropolisation du monde est une cause de la pandémie »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       COP25



Sur les mêmes thèmes       Climat