La grande distribution fait exploser ses marges sur les fruits et légumes bio

Durée de lecture : 2 minutes

29 août 2017

Les fruits et légumes bio restent en moyenne 79 % plus chers que leurs équivalents en agriculture conventionnelle, des tarifs prohibitifs pour les plus modestes et qui proviennent en grande partie de « sur-marges » pratiquées par les distributeurs, dénonce mardi 29 août l’UFC-Que Choisir. Une étude menée par l’association de consommateurs sur 1.541 magasins montre que le prix d’une consommation annuelle en fruits et légumes bio revient pour un ménage français en moyenne à 660 euros, contre 368 euros pour le conventionnel.

« Si les coûts de production sont plus élevés en bio (rendements plus faibles, main d’oeuvre relativement plus importante ...), ceci n’explique qu’à peine la moitié du surcoût pour les consommateurs » dont « 46 % provient en réalité des “sur-marges” réalisées sur le bio par les grandes surfaces », indique l’UFC dans un communiqué. Ainsi, sur la consommation annuelle de fruits et légumes d’un ménage, la grande distribution réalise 304 euros de marge brute - différence entre le prix de vente et le prix d’achat - sur le bio, contre 169 euros pour le conventionnel. Cet écart varie fortement d’un produit à l’autre, de +191 % pour les poireaux à -36 % pour le chou-fleur.

« Au global, la stratégie de marge de la grande distribution - à la justification économique obscure - aboutit à renchérir de 135 euros le panier bio annuel d’un ménage. Autrement dit, seulement la moitié du surcoût du bio payé par le consommateur va à la production, le reste étant capté par la grande distribution en sur-marges », dénonce l’association. Ces différences de prix et de marges constituent « un frein rédhibitoire » à l’accès au bio pour de nombreux ménages, indique l’UFC, qui réclame à l’Observatoire des prix et des marges de « faire toute la transparence sur les marges » réalisées sur le bio.



Lire aussi : La grande distribution s’engouffre dans la bio... et en menace les valeurs

Photo : © Marie Astier/Reporterre



20 novembre 2019
Les députés n’ont pas verdi le budget 2020
Lire sur reporterre.net
20 novembre 2019
La production prévue des énergies fossiles ruinerait le respect de l’Accord de Paris
Lire sur reporterre.net
20 novembre 2019
La Banque européenne d’investissement ne financera plus les énergies fossiles à partir de 2021
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2019
La déforestation en Amazonie atteint un nouveau record
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2019
Le Pape officialise le concept d’« écocide »
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2019
Un journaliste convoqué à Besançon pour avoir porté un masque de protection contre les gaz
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2019
La justice suspend les travaux de la ligne 17 du Grand Paris Express
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2019
500 manifestants dans le Morvan contre les coupes rases en forêt
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2019
Paris : « La Rue est à nous » demande aux candidats de réduire la place de la voiture
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2019
Fessenheim : l’État promet 400 millions d’euros à EDF, des associations portent plainte
Lire sur reporterre.net
15 novembre 2019
Les députés refusent le maintien de l’huile de palme parmi les biocarburants
Lire sur reporterre.net
15 novembre 2019
Bébés sans bras : une enquête préliminaire a été ouverte
Lire sur reporterre.net
14 novembre 2019
Amazon et eBay vendent des pesticides interdits
Lire sur reporterre.net
14 novembre 2019
Lubrizol : premières indemnisations pour les agriculteurs
Lire sur reporterre.net
13 novembre 2019
Les émissions de gaz carbonique des 20 pays du G20 ont augmenté de 1,8 % en 2018
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Alimentation

16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »


Dans les mêmes dossiers       Alimentation