La grande distribution fait exploser ses marges sur les fruits et légumes bio

Durée de lecture : 2 minutes

29 août 2017

Les fruits et légumes bio restent en moyenne 79 % plus chers que leurs équivalents en agriculture conventionnelle, des tarifs prohibitifs pour les plus modestes et qui proviennent en grande partie de « sur-marges » pratiquées par les distributeurs, dénonce mardi 29 août l’UFC-Que Choisir. Une étude menée par l’association de consommateurs sur 1.541 magasins montre que le prix d’une consommation annuelle en fruits et légumes bio revient pour un ménage français en moyenne à 660 euros, contre 368 euros pour le conventionnel.

« Si les coûts de production sont plus élevés en bio (rendements plus faibles, main d’oeuvre relativement plus importante ...), ceci n’explique qu’à peine la moitié du surcoût pour les consommateurs » dont « 46 % provient en réalité des “sur-marges” réalisées sur le bio par les grandes surfaces », indique l’UFC dans un communiqué. Ainsi, sur la consommation annuelle de fruits et légumes d’un ménage, la grande distribution réalise 304 euros de marge brute - différence entre le prix de vente et le prix d’achat - sur le bio, contre 169 euros pour le conventionnel. Cet écart varie fortement d’un produit à l’autre, de +191 % pour les poireaux à -36 % pour le chou-fleur.

« Au global, la stratégie de marge de la grande distribution - à la justification économique obscure - aboutit à renchérir de 135 euros le panier bio annuel d’un ménage. Autrement dit, seulement la moitié du surcoût du bio payé par le consommateur va à la production, le reste étant capté par la grande distribution en sur-marges », dénonce l’association. Ces différences de prix et de marges constituent « un frein rédhibitoire » à l’accès au bio pour de nombreux ménages, indique l’UFC, qui réclame à l’Observatoire des prix et des marges de « faire toute la transparence sur les marges » réalisées sur le bio.



Lire aussi : La grande distribution s’engouffre dans la bio... et en menace les valeurs

Photo : © Marie Astier/Reporterre



23 juillet 2019
Les députés ont voté pour la ratification du Ceta
Lire sur reporterre.net
23 juillet 2019
Canicule : EDF obligé de mettre à l’arrêt deux réacteurs nucléaires
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
Bure : expulsion en cours au bois Lejuc
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
La justice interdit à Greenpeace de s’approcher de convois transportant des déchets nucléaires
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
À Bure, le bois Lejuc est réoccupé
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
YouTube, Netflix, porno… les vidéos en ligne sont néfastes pour le climat
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Un quart des aéroports Ryan Air en Europe sont sous perfusion de fonds publics
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Bure : les opposants à Cigéo affirment réoccuper le bois Lejuc
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Brésil : en Amazonie, le territoire des Yanomami est envahi par 20.000 chercheurs d’or
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
605 suicides ont eu lieu dans le monde agricole en 2015
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
En plein été, le gouvernement sort un rapport sur l’avenir des forêts publiques
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
La fonte express du pergélisol en Arctique canadien
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
Élisabeth Borne est nommée ministre de la Transition écologique
Lire sur reporterre.net
16 juillet 2019
Le déclin des éléphants réduit les stocks de carbone
Lire sur reporterre.net
16 juillet 2019
Manifestation des opposants au projet de poulailler industriel de Pitgam
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Alimentation

23 juillet 2019
Tritium dans l’eau : « Aucune raison de paniquer mais beaucoup de raisons de se mobiliser »
Entretien
22 juillet 2019
Gilets jaunes, écologistes et Collectif pour Adama, ensemble contre les crimes de la police
Reportage
22 juillet 2019
Sites naturels : l’urgence de réguler le tourisme de masse
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Alimentation