La société civile lance une commission d’enquête indépendante sur le décès de Rémi Fraisse

Durée de lecture : 3 minutes

15 novembre 2014 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi 14 novembre, la Ligue des droits de l’homme, France nature environnement et le Syndicat des avocats de France ont annoncé la création d’une commission d’enquête indépendante sur les circonstances de la mort de Rémi Fraisse.


Comment en est-on arrivé là ? La question est sur toutes les lèvres indignées. Ligue des droits de l’homme, Syndicat des avocats de France, France Nature environnement ont tenu une conférence de presse commune vendredi 14 novembre. Ensemble, ils ont annoncé vouloir créer une commission nationale d’enquête, pour « faire toute la vérité sur la mort de Rémi Fraisse. »

Cette décision intervient après que, mercredi, Mediapart et Le Monde ont publié le texte des échanges entre gendarmes confirmant que, dès le matin du décès de Rémi Fraisse, les autorités connaissaient la cause et les circonstances du drame.

Pas question de faire concurrence à l’enquête judiciaire. « Nous avons confiance en la justice, martèle le président de la LDH, Pierre Tartakowsky. Nous voulons être un complément civique, pas un contre-pouvoir. » L’idée : recueillir le maximum de témoignages citoyens, au Testet et ailleurs. L’objectif : déterminer des responsabilités et éviter qu’un tel drame ne se reproduise.

- Ecouter Pierre Tartakowsky :

- Pierre Tartakowsky -

Qui a donné l’ordre ?

« Nous savons désormais que les gendarmes ont reçu des consignes de sévérité extrême à l’encontre des manifestants, explique Maître Arie Alimi, l’un des avocats de la famille de Rémi Fraisse. Sévérité extrême, cela signifie que les forces de l’ordre ont eu l’autorisation de leurs supérieurs d’utiliser des grenades explosives, celles qui ont causé de décès de Rémi. »

- Ecouter Arie Alimi :

- Arie Alimi -

« Les grenades ne sont que le problème de surface »

Pour autant, il ne s’agit pas de se focaliser sur les grenades. « Ce n’est que le problème de surface, poursuit Arie Alimi. La vraie question, ce sont les conditions de maintien de l’ordre. » La répression policière, sur la ZAD et ailleurs, s’intensifie. « Le nombre de plaintes contre les forces de l’ordre a augmenté, indique Florian Borg, du Syndicat des avocats de France. Rien que pour le Testet, nous en avons reçu une vingtaine. »

Pourquoi une telle escalade ? « La disproportion et la brutalité de la répression montrent un refus de dialogue, et une volonté de balayer les interlocuteurs », estime Pierre Tartakowsky.

Certains, comme Xavier Beulin, le président de la FNSEA, accusent la radicalisation du mouvement écolo. Benoît Hartmann, porte-parole de FNE, s’inscrit en faux : « Quand on traite des jeunes botanistes de djihadistes verts, de quelle côté est la violence ? »

- Ecouter Benoit Hartmann :

- Benoit Hartmann -

Benoît Hartmann espère que « ce travail de vérité viendra rééquilibrer la communication dramatisante que les politiques nous servent depuis deux semaines ».

Les libertés en danger

Pour Pierre Tartakowsky, ce drame questionne aussi l’état actuel de la démocratie. « L’affaire de Sivens est significative des maux qui traversent notre société : en amont, des procédures vides de sens, entachées de corruption, qui prennent le pas sur la démocratie. »

« Quand un jeune botaniste décide d’aller occuper un lieu, c’est que quelque chose ne tourne pas rond, ajoute Benoît Hartmann. Un dossier pourri, des actes illégaux et aucune négociation possible avec les élus... tout ça ne laisse pas d’autres solutions que d’aller occuper et de manifester. »

« Rémi Fraisse est mort en défendant une cause juste, que des milliers de citoyens partagent », conclut-il. Défendre une zone humide, mais aussi défendre les libertés fondamentales d’une société démocratique, comme le droit de manifester. Ce sont les mots du père de Rémi, lus avec émotion par Arie Alimi.

- Ecouter le texte du père de Rémi Fraisse, lu par Arie Alimi :


LE MINISTRE DE L’INTERIEUR PUBLIE UN RAPPORT SUR LES DISPOSITIFS DE MAINTIEN DE L’ORDRE

Le 13 novembre, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a annoncé diverses « mesures destinées à prévenir tout nouveau drame ». Il a aussi publié un rapport "relatif à l’emploi des munitions en opérations de maintien de l’ordre" que l’on peut télécharger ici :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source, photos et sons : Lorène Lavocat pour Reporterre.

Photos :
. chapô : conférence de presse : LDH Nice
. portraits : DR.

Lire aussi : À Toulouse, Rennes et Rouen, la mobilisation contre les violences de l’Etat et les projets inutiles se poursuit


Ce reportage a été réalisé par une journaliste professionnelle et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre   Sans titre   Sans titre   Sans titre
DOSSIER    Sivens

18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)